Après un redoux aussi bref que net (16°C ce matin à Prilly), un front froid très actif est attendu en cours de matinée (tempête "Sebastian").

Voici la situation peu avant 8 heures:

20170917 156

Juste le temps d'arriver au job au sec...

Il y a encore quelques rayons de soleil, mais rapidement le ciel est très chargé, avec déjà du vent.

Au passage du front, vers 11 heures, il se produit une très violente rafale en plein Lausanne. Des milliers de parapluies ont été exterminés...

Ce brutal coup de vent a également causé des dégâts en forêt, avec des arbres abattus, et perturbé le trafic.

La chute de température a été spectaculaire à Genève; après une température minimale de 20.0°C la nuit et le matin, celle-ci chute à 9.6°C à la mi-journée...

 

Des vents tempétueux perturbent le trafic en Suisse

La tempête a atteint son paroxysme durant la matinée, a indiqué Urs Graf de MetéoSuisse. Les vents ont par endroit dépassé les 100km/h. Un camion s'est également renversé entre Yverdon et Lausanne, le vent pourrait y être pour quelque chose, selon Viasuisse. Personne n'a toutefois été blessé dans ces accidents.

https://www.rts.ch

 

La température chute sensiblement. Alors qu'il a fait de 16°C à 18°C en début de matinée, il ne fait pas plus de 12°C l'après-midi, sous une pluie continue, et je relève même 7.2°C à Prilly le matin du 15 septembre.

Il fait même 3.9°C à Genève (max. 16.6°C).

Le soir du 15 septembre, il y a de belles couleurs crépusculaires.

 

20170917 159

 

Durant le week-end du jeûne, le temps est changeant est passablement frais.

Le 16 septembre, il fait 4.4°C à Genève (max. 17.3°C).

 

 

"Opération Squirrel"

Voilà quelques temps que j'étais tenté de faire une expédition de photo animalière. J'ai déjà fait des photos d'animaux, mais c'était le plus souvent le cas d'occasions fortuites.

Ma première idée, c'est l'écureuil !

Lors de mes vacances à Davos en 1988, je découvrais avec surprise des écureuils pas farouches du tout, et qui se permettaient même de grimper sur ma jambe pour venir chercher une noisette !

Lors d'un second passage à Davos en 2002, je suis retourné sur le "chemin aux écureuils, et j'ai pu constater qu'il n'y avait pas que les écureuils qui s'intéressaient à mes noisettes... Les oiseaux sont aussi de la partie, à commencer par le cassenoix moucheté, redoutable "rival" de l'écureuil dans la "course aux noisettes". J'avais pu aussi observer de près la mésange charbonnière, le pinson des arbres et le geai des chênes.

 

C'est décidé, je fixe pour le dimanche 17 septembre "l'opération Squirrel", pour laquelle je compte ramener quelques photos !

La veille, j'achète bien sûr quelques provisions de noisettes, mais aussi un casse-croûte, prépare le sac et le matériel photo. Je vais prendre mes deux boîtiers, l'un équipé du téléobjectif, et l'autre d'une focale fixe, mon 50 mm f1.8. Comme ça pas besoin de changer tout le temps d'objectif !

Je repère aussi, sur la carte, où se trouve le chemin aux écureuil dans la station de Crans-Montana.

 

Dimanche 17 septembre, lever 4 h 30, départ 5 h, direction Crans-Montana.

J'arrive sur place vers les 7 heures; l'aube se lève dans un ciel nuageux mais sec. Par contre, il ne fait que 3°C là-haut ! Mieux vaut avoir de bons habits chauds !

Après avoir garé la voiture, direction le chemin aux écureuils, avec tout le barda. Je marche à peine 200 mètres que je croise déjà un écureuil !

Arrivé au chemin des écureuils, c'est au tour d'une mésange charbonnière de venir voler presque sur place juste devant mon nez !

 

Plus qu'à trouver la planque idéale. Après quelques minutes, je trouve un endroit idéal, en pente douce, avec une large souche, au-dessus du sentier, où la forêt est assez ouverte pour laisser entrer la lumière. Je m'installerai ici !

Plus qu'à observer... Le soleil levant perce les nuages et réchauffe un peu l'atmosphère. Pas d'écureuil en vue, mais par contre beaucoup d'oiseaux volent en haut des arbres.

Très singulièrement, je mets des noisettes et des raisins secs sur la souche, et je me couche un peu plus loin, pour voir ce qui va se passer...

 

Il faut peu de temps pour que les oiseaux arrivent. En quelques minutes à peine, c'est l'arrivée du pinson des arbres:

20170917 012

 

de la mésange noire (que je n'ai eu que de dos !)

20170917 004

 

la mésange huppée:

20170917 005

 

et la sittelle torchepot:

20170917 007

 

Tout ce petit monde n'est pas farouche, puisque je prends les photos à 3 mètres à peine.

Voici une autre image de la sittelle torchepot, dans sa position familière, la tête en bas:

20170917 058

 

Le plus remarquable, c'est que chaque oiseau vient chacun son tour chercher une noisette ou un raisin sec, et puis s'en va. Pas de "cohue" indescriptible comme on pourrait en voir avec les pigeons ou les cygnes...

 

Il est près de 10 heures, l'écureuil n'a toujours pas daigné montrer le bout de son nez... mais c'est alors qu'arrive son redoutable concurrent, le cassenoix moucheté !

20170917 041

D'un seul passage, il gobe toutes les noisettes !

Bien plus familier encore que les petits oiseaux, il vient à moins d'un mètre... je peux même faire du portrait serré !

20170917 104

Je me retrouve avec des détails que je n'aurais pas soupçonnés, comme le détail très fin des plumes mouchetées, et aussi le reflet des sapins dans l'oeil !

 

Il est presque midi lorsque j'entends enfin dans un sapin le craquement typique de l'écureuil... le paresseux ! C'est seulement maintenant qu'il arrive !

20170917 088

 

Très vite il va se montrer curieux... En voilà un reniflant soigneusement l'objectif de mon appareil photo...

20170917 174

 

Voici enfin le dernier hôte que j'espérais apercevoir. D'abord un peu discret au départ, je l'ai dans un premier temps aperçu au loin, puis peu à peu, il se laisse approcher...

Un autre amateur de noisettes, le geai des chênes !

20170917 136

 

Au final, ce sont 8 espèces d'oiseaux, en plus de l'écureuil, que j'ai pu observer pendant ce petit séjour, et 7 que j'ai pu photographier ! Plutôt sympa comme première "expédition" animalière.