30 mars 2009

Les orages

 

Quoi de plus fascinant que de voir s'approcher un orage, après une chaude journée d'été ?  Rafales de vent, pluies torrentielles, grêle, foudre, tonnerre, nuages noirs et déchiquetés... autant d'éléments qui attirent l'attention ! L'orage est un chef-d'oeuvre à la dimension de Dame Nature, et nous montre, que sous lui, nous ne sommes que des petites fourmis !

 

20110831b021

 

Pour en savoir plus sur les orages, il y a d'excellentes explications sur le site de Kéraunos:


Les deux ouvrages d'Alex Hermant "Traqueur d'orages" et "100 orages faciles à prévoir" sont aussi des références en la matière; il m'ont été extrêmement utiles pour la compréhension des orages.

 

L'orage est toujours associé à un nuage bien particulier, le cumulonimbus. Ce nuage se distingue par son important développement vertical, son aspect colossal, ainsi que par le dynamisme des courants qui régnent en son sein.

 

Les orages au fil des saisons

 

L'hiver est la saison la moins orageuse dans la région lémanique.

Les températures froides, des journées courtes, un soleil bas sur l'horizon, l'inertie thermique, les inversions de températures, les sols enneigés, sont autant de facteurs qui nuisent à la création d'orages.

Il n'empêche qu'on entend parfois le tonnerre gronder au coeur de l'hiver ! Dans ce cas l'on a forcément affaire à un contexte très dynamique, dans un flux vigoureux, le plus souvent d'ouest ou de sud-ouest, mais parfois aussi de nord-ouest ou de nord.

Je peux citer les cas du 26 janvier 1995 ou du 12 décembre 1999, qui ont été des orages remarquablement électriques pour la saison, en plus des violentes rafales et des pluies torrentielles qu'ils ont occasionnés.

 

 

Le printemps présente déjà de bien meilleures conditions: Les journées s'allongent, le soleil est plus fort, les températures se réchauffent en basses couches tout en restant froides en haute altitude, ce qui resserre le gradient vertical et favorise l'instabilité orageuse.

Dans un premier temps les orages apparaissent surtout dans les traînes actives (giboulées), ou lors de fronts froids océaniques. Mais au fur et à mesure qu'avance la saison, les orages orographiques à caractère estival font leur apparition.

 

 

L'été est la saison des orages par excellence !

Le fort soleil, la chaleur, les longues journées, les puissantes ascendances thermiques... De plus le relief qui entoure le Léman, de moyenne altitude, dépourvu de neige en été, peut donner toute sa mesure aux orages. Nous retrouvons donc les orages orographiques formés sur place; quant aux fronts orageux, les plus fréquents proviennent du sud-ouest, dans le thalweg des perturbations atlantiques.

Les situations de marais barométrique peuvent amener des orages quotidiens pendant des périodes assez longues; il en est de même si le flux perturbé de sud-ouest est maintenu par blocage d'une dépression sur l'Espagne ou le proche Atlantique.

Ainsi juin 1930 a connu une période de 20 jours d'orage sur 23, mai 1990 une période de 15 jours d'orage sur 19, et juin 1982 a eu 11 jours d'orage consécutifs.

 

 

L'automne voit rapidement décroître la probabilité d'orages en région lémanique.

Les derniers orages orographiques se produisent en septembre, et très rarement au début d'octobre.

Il reste trois autres types d'orages, ceux provenant des fronts froids océaniques, ceux des traînes actives, et ceux, assez spécifiques à l'automne, par flux de Sud, qui sont en sorte un prolongement vers le bassin lémanique des orages méditerranéens. Biens qu'atténués, ils peuvent occasionner des pluies fortes et durables.

Le cas du 9/10 septembre 1993 a été éloquent avec de fortes pluies en continu et du tonnerre durant 17 heures d'affilée !

 

 

Les phénomènes tourbillonnaires (trombes et tornades)

Ces météores, aussi impressionnants soient-ils, ne sont pas forcément aussi rares qu'on veuille le croire.

La plus célèbre des tornades ayant affecté une région proche du Léman ces dernières décennies est très certainement celle de la Vallée de Joux, le 26 août 1971.

Les tornades du passé ont été minutieusement recensées ces dernières années.

Pour les tornades ayant affecté le territoire suisse, il y a le site Sturmarchiv (en allemand).

Schweizer Sturmarchiv

" Sturmarchiv Schweiz " ist ein ehrenamtliches Projekt, das sich mit der Erfassung, der Dokumentation, der Analyse und der statistischen Auswertung von Schweizer Extremwetterereignissen (mit Schwerpunkt "konvektive Stürme/Wirbel") befasst. Der Hauptzweck besteht darin, eine belastbare, möglichst lückenlose Klimatologie solcher Ereignisse aufzubauen bzw. zu pflegen.

http://www.sturmarchiv.ch

 

Pour les tornades ayant affecté le territoire français, il y a le site de Kéraunos.

Base de données des tornades en France, des chutes de grêle, rafales convectives, fortes pluies et structures orageuses sévères. - KERAUNOS

Base de données Keraunos des tornades françaises ainsi qu'à la base de données des fortes chutes de grêle, pluies intenses, rafales sous orages, microrafales, macrorafales, supercellules et autres structures convectives. Liste des tornades en France.

http://www.keraunos.org

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Posté par rodac à 19:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,