30 mars 2009

Petit aperçu de la climatologie régionale

 

Pour en savoir plus sur la climatologie de la région, il y a l'excellent ouvrage de M. Max Bouët "Climat et météorologie de la Suisse Romande", édition Payot Lausanne.

 

Le climat de la région

Il est de type semi-continental ; cependant à proximité directe du lac la température se trouve quelque peu adoucie (gelées moins fortes en hiver et chaleurs moins fortes en été), cela permet de planter près de ses rives des essences à caractère plutot méditerranéen.

Les étés sont assez orageux ; le lac et le relief de moyenne altitude sont très propice à la formation de nuages convectifs à la belle saison. Il y a en moyenne environ 30 à 35 jours d'orage par an, mais ce chiffre est sans doute plus élevé encore sur les reliefs du Jura et des Préalpes.

En automne et en hiver les phénomènes d’inversion thermique sont assez fréquents. Par conséquent les grisailles par nuages bas (stratus) peuvent s'avérer tenaces ! L’extrémité orientale du lac, davantage insérée à l’intérieur des massifs, est en partie épargnée. Cette couche se situe le plus souvent à une altitude de 1000 m.

Il vaut la peine, si tel est le cas, de prendre de l’altitude et d’arpenter l’un des sommets alentour ; la vue sur la mer de brouillard sera saisissante !

concours fryz

 

 

Les principaux types de temps sur le bassin lémanique

Les types de temps décrits ci-dessous sont les principaux mais ne sont pas les seuls ! De plus il peut y avoir beaucoup d’intermédiaires possibles…

 

Type Sud-Ouest

Les basses pressions règnent sur le proche Atlantique, et les pressions sont élevées sur l’Est de l’Europe. Le Bassin lémanique se trouve alors dans le thalweg et de l’air chaud est acheminé depuis l’Espagne. Le temps est alors très doux en hiver, très chaud et orageux en été.

 

Type Ouest

Situation typique lorsque les pressions sont basses en Europe du Nord, hautes dans le Sud, et qu’un « jet stream » traverse le continent. Si le jet se positionne très au sud, la région sera soumise à un défilé de vigoureuses perturbations entrecoupées de belles éclaircies. Mais habituellement le jet passe un peu plus au Nord, ce qui vaut surtout des passages nuageux plus ou moins denses et un vent d’ouest assez sensible.

 

Type Nord-ouest

Habituellement ce type de temps succède au type Sud-Ouest ou Ouest. La pression remonte sur l’Atlantique et les basses pressions se sont déplacées sur le Nord de l’Europe. Le talweg s’est déplacé sur l’Est de l’Europe et la région se trouve alors dans la partie arrière de la dépression. C’est typiquement le ciel de traîne, ou de giboulées ; le temps est frais pour la saison, et des averses parfois orageuses se succèdent avec des éclaircies.

 

Type Nord-Est

Les hautes pressions dominent sur les Îles Britanniques, la pression est basse sur le Sud-Est de l’Europe. Cela peut résulter d’une succession du type Nord-Ouest par déplacement de la dépression vers l’Est. L’air est sec et le ciel est alors beaucoup plus serein mais c’est alors le domaine de la bise dans la région (et également du mistral dans la basse vallée du Rhône). On trouve également dans ce type de temps l’invasion en hiver d’air très froid provenant de la Russie.

 

Les retours d’Est

Lorsqu’une dépression sévit sur le Golfe de Gênes ou la Méditerranée occidentale, le courant est orienté à l’est et provoque alors les situations de « bise noire ». Si le courant amené sur l’arc alpin est peu humide, il en résulte des passages nuageux souvent denses. si le courant est en revanche très humide, le temps peut être très maussade avec des pluies continues (ou de la neige selon l’altitude ou la saison).

 

Le marais barométrique

Lorsque les pressions sont uniformes sur l’Europe centrale et occidentale, il en résulte une certaine inertie des courants d’altitude. En hiver ce type de temps est propice aux inversions de températures et aux stratus. En revanche, en été, il est favorable à la formation d’orages orographiques, qui se développent sur les reliefs avec un déplacement quasi nul.

 

La situation anticyclonique

Lorsque la pression est élevée sur l’Europe centrale et occidentale, il en résulte également en hiver des phénomènes d’inversion et de basses couches. En été, le temps est radieux et se réchauffe de jour en jour, pouvant évoluer en une situation de marais barométrique si aucune perturbation ne vient pénétrer le continent.

 

La goutte froide

Il s'agit d'une masse d'air très froide régnant en altitude, souvent sur une grande étendue. Lorsque l'air en basse couches est resté chaud, cela favorise grandement l'instabilité par le resserrement du gradient thermique. En revanche, si l'air froid a également envahi les basses couches, le temps est alors très médiocre et très froid, parfois très durablement.

Un cas de goutte froide tenace est celle qui a envahi l'Europe occidentale du 21 juin au 7 juillet 1997; le temps est resté automnal durant 18 jours...

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Posté par rodac à 19:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


L'année 1892

11 au 20 janvier 1892 - Très froid. La moyenne est de -3.2°C à Lausanne du 11 au 20 janvier.

 

17 février 1892 - Le temps est exceptionnellement orageux à Lausanne. On compare parfois cette journée à la grande tempête du 20 février 1879, mais les vents y ont été globalement moins violents.

18 février 1892 - Il fait -9.8°C à Lausanne.

 

3 au 15 mars 1892 - Vague de froid

Le temps est glacial. La moyenne de la première décade est de -3.2°C à Lausanne ! (alors que le froid arrive le 3).

 

29 / 30 mars 1892 - Très forte bise dans la nuit.

La fin du mois de mars est toutefois nettement plus douce que le début du mois.

 

1er au 13 avril 1892 - Chaud. Il fait 22°C à Lausanne le 8.

Il y a de l'orage à Lausanne les 9, 11 et 13 avril.

14 au 21 avril 1892 - Il fait au contraire très froid. Il fait -0.8°C à Lausanne le 19, et il y neige les 18 et 19.

1er au 9 mai 1892 - Froid. Il fait 0.5°C à Lausanne le 7. La moyenne du 1 au 10 est de 6.7°C.

 

26 mai 1892 - Très chaud. Il fait 32.2°C à Besançon.

27 et 28 mai 1892 - il fait 31.5°C à Lausanne. La moyenne est de 18.2°C du 21 au 31 mai.

 

31 mai 1892

Après une longue série de beau temps sans nuages, les orages sont de retour. 3 orages simultanés sévissent sur la région genevoise et le Pays de Gex. A 18 heures l'orage est particulièrement violent sur Genève. Il y a eu une convergence des courants sur la région. Le piémont jurassion est blanchi de grêle.

La région de Lausanne est restée en marge, où l'on a entendu tonner au loin. Dans la Broye l'orage a été très électrique, avec grêle et pluie torrentielle; des gens ont "senti leur cheveux se dresser sur leur tête avec la sensation d'une caresse à rebrousse-poil"

 

3 juin 1892 - il y a un peu d'orage entendu à Lausanne.

7 juin 1892 - il fait 7.0°C à Lausanne.


12 au 15 juin 1892 - série de 4 jours d'orages

Série d'orages avec dégâts de foudre surtout dans les régions situées au nord et à l'est du bassin lémanique. Le 12 au matin ce sont les villes et les région de Berne et de Fribourg qui sont concernées. Le 13 au matin c'est au tour du nord vaudois et du Pays d'Enhaut.

 

28 juin 1892 - il fait 29.5°C à Lausanne.

1er au 9 juillet 1892 - le temps est chaud et sec.

10 juillet 1892 -  Violent orage sur la Gruyère. Il fait 31.0°C à Lausanne.

 

11 / 12 juillet 1892 - la catastrophe de Saint-Gervais

Durant la nuit, une poche d'eau dans le glacier de Bionnassay, près de la Tête-Rousse, non loin du Mont-Blanc, à 3150 m d'altitude, cède brusquement. Son volume est estimé au départ à 200'000 m3.

La masse d'eau ainsi crée va tout raser le long du torrent de Bionnassay. Ajoutée à celle de la glace et celle des matériaux saisis sour son passage, la masse en mouvement atteint près de 800'000 m3 !

En arrivant dans le Val Montjoie, le village de Bionnay est complètement inondé, puis les bains de Saint-Gervais. Le village de Saint-Gervais, construit plus en hauteur, est hors de portée des eaux.

Le bilan est très lourd avec 184 personnes tuées.

Durant la journée, on a pu voir défiler dans l'Arve, à Sallanches, Cluses, Bonneville et Genève, quantité de débris tels que portes, fenêtres, passerelles, vêtements, planches, etc

 

13 juillet 1892 -  Violent orage sur le Grésivaudan.

20 juillet 1892 - Froid. La moyenne est à peine de 10.8°C à Lausanne.

21 juillet 1892 - il fait 8.1°C à Lausanne.

 


27 juillet qu 1er août 1892 - puissant "outbreak" orageux sur toute la région - Probable tornade sur les hauteurs de Vevey et de Montreux

 

Après une chaleur étouffante, la première salve frappe la nuit du 27 au 28 juillet sur le Nord vaudois (Bonvillars)

Le 28 juillet à 17 h fort orage sur Orbe, avec pluie et grêle

Dans la nuit du 28 au 29 juillet, à 1 h, orage avec foudre sur le Val d'Illiez, ainsi que sur la Glâne fribourgeoise.

 

Le samedi 30 juillet des orages effrayants touchent une grande partie de Rhône-Alpes, à Lyon, Vienne, Grenoble, Valence, avec de gros dégâts.

Le même jour, un autre orage sur le Haut Valais provoque un écroulement sur le glacier du Rhône.

A Neuchâtel ce sont 4 orages successifs "venus des quatre vents" qui vont toucher la région.

A 18 heures, à Savuit sur Lutry la foudre brûle 500 ceps de vigne. De grosses rafales arrachent arbres et tuiles à Paudex, à Cully, à Vevey et à Montreux; on y parle de la pire tempête depuis 1879.

 

Une probable tornade aurait touché La Tour-de-Peilz, Clarens, Chailly sur Montreux, Blonay et le Mont Cubly. Des centaines d'arbres ont été brisés, le plus souvent tranchés en oblique par rapport au flux de l'orage. Plusieurs toits ont été arrachés, et de multiples objets tels que des tuiles ont été emportées dans un mouvement tourbillonnaire.

Un rapport sur ces évènements a été fait par M. C. Bührer (Société vaudoise des sciences naturelles), consultable sur le site e-periodica.ch

20190826 007

20190826 008

20190826 009

20190826 010

 

Dans la nuit du 30 au 31 juillet, 3 orages consécutifs frappent Grenoble, avec des grêlons pesant jusqu'à 150 grammes.

Le dimanche 31 juillet, à 11 h orage à Orbe; puis à 17 heures à nouveau un gros orage sur le Léman, particulièrement violent de Vevey à Villeneuve ainsi qu'à Meillerie; Lausanne a été plutôt en marge.

La grêle fait des dégâts aux vignobles.

Le 1er août, on récolte des grêlons de 60 à 70 grammes à Gap.

 

17 au 19 août 1892 - Canicule.

Il fait 33.0°C à Lausanne le 17 août, 32.5°C le 18 août, et 32.0°C le 19 août.

25 août 1892 - Il tombe 25 mm à Lausanne.

 

24 septembre 1892 -  Orage sur les hauteurs de Morges.

2 octobre 1892  - Très pluvieux avec orage, il tombe 22 mm à Lausanne.

Le temps est très doux jusqu'au 13 octobre.

14 au 20 octobre 1892 - Il fait très froid.

17 octobre 1892 - Il tombe un peu de grêle à Lausanne.

20 octobre 1892 - Il fait -1.0°C à Lausanne.

28 octobre 1892 - Il fait à nouveau très doux.

 

1er au 19 novembre 1892 - Très doux. Il fait 20°C à Lausanne le 1er novembre.

 

11 décembre 1892 - Froid. Il fait -9.2°C à Lausanne.

16 décembre 1892 - Doux. Il fait 11°C à Lausanne.

24 décembre 1892 - Le temps devient très froid.

Posté par rodac à 20:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,