30 mars 2009

Bienvenue à Orages sur Léman

Ce site est dédié aux orages et aux phénomènes météorologiques de la région lémanique.

 

Il se présente comme suit:

- Des photos, prises autour du Léman... et ailleurs.

- Une présentation et un aperçu climatologique de la région.

- La chronologie météorologique de la région, année après année; et dès 2008 les récits détaillés de mes "chasses à l'orage", qui permet ainsi de relier les aléas climatiques qu'ont vécu nos ancêtres dans la nuit des temps aux évènements les plus récents... L'historique puis les récits détaillés sont ajoutés dans l'ordre chronologique. Pour consulter les plus récents, aller à la dernière page.

 

Si vous avez des témoignages, des anecdotes ou des photos qui mériteraient d'y être ajoutées, n'hésitez pas à me contacter via le blog.

 

Roger Daniel CLAUDE

Posté par rodac à 19:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


Les vents du Léman

La bise est le vent le plus caractéristique du bassin lémanique. C’est un vent de secteur NNE à NE, désagréable lorsqu’il souffle fort, qui habituellement dégage le ciel et dessèche l’atmosphère, et qui peut persister plusieurs jours d’affilée. La bise est généralement associée à la présence d’un anticyclone sur le proche Atlantique, les Îles Britanniques ou la Scandinavie, et d’une dépression sur l’est de l’Europe ou la Méditerranée occidentale. La bise et le mistral sont parfois contemporains, mais pas toujours.

La croyance qui veut que la bise "doit" souffler 3, 6 ou 9 jours (par multiple de 3...) est assez répandue, mais n'est pas prouvée scientifiquement. En fait, soit la bise est soit de courte durée car l'anticyclone s'installe fermement sur le continent et chasse plus loin vers l'est la perturbation qui l'a précédé; ou soit nous avons affaire à une situation de blocage et du coup la bise se prolonge beaucoup plus longtemps.

Certaines régions riveraines sont abritées de la bise ; c’est le cas de Montreux. Pour vous en convaincre, allez visiter la ville un jour de forte bise ; puis déplacez-vous à Vevey, à 6 km seulement, le contraste est saisissant !

 

La bise noire se produit lorsque qu’une dépression très active est centrée sur la Méditerranée occidentale (notamment le Golfe de Gênes ou la Sardaigne) et fait remonter passablement d’humidité sur les Alpes. Le bise souffle mais le temps reste assez maussade sur le bassin lémanique ; de gros cumuls de pluie ou de neige, selon l’altitude et la saison, sont à attendre sur le massif alpin.

 

A l’instar des bords de mer les brises sont présentes, quoique faibles, à la belle saison. La brise lacustre (appelée rebat ou encore séchard sur le Petit-Lac) souffle en journée, et la brise terrestre (appelée morget) prend le relais au crépuscule.

 

Le vent de sud-ouest, appelé sudois, ou encore "le vent", est remarquable surtout lors du passage des tempêtes d’hiver. Il est aussi présent lorsque la région se trouve à l’avant d’une perturbation venue de l’Atlantique. Le vent blanc, de même secteur, concerne principalement la région genevoise et le Petit-Lac.

 

Le vent de nord-ouest est appelé joran. Il souffle lorsque le flux général a basculé au nord-ouest, par exemple à l’arrière des perturbations classiques (ciel de traîne). Le vent est remarquable surtout le long du rempart jurassien, qui lui est perpendiculaire. Il dévale le versant avec un effet plongeant qui représente un danger pour la navigation surtout sur le Petit-Lac Léman, mais aussi sur les Lacs de Neuchâtel, de Morat et de Bienne.

 

Le foehn, appelé aussi vaudaire de foehn sur le Haut-Lac, est de secteur sud ou sud-est. Il souffle généralement lorsqu’une perturbation ondule sur la France. Le flux est alors perpendiculaire à la haute chaîne des Alpes. Les pluies se déversent sur les versants sud des Alpes et l’air asséché se réchauffe par compression en dévalant sur les versants nord, d’où des hausses de température aussi brutales que spectaculaires. Le foehn touche surtout le Haut-Lac, il est nettement plus rare ailleurs.

 

Les orages apportent aussi des coups de vents brusques et spectaculaires, et parfois très loin du foyer orageux. Lorsque l’orage sévit sur l’arc jurassien et dévale en direction du lac, on parle des fameux coups de joran. Lorsque l’orage sévit sur le Chablais ou les Préalpes vaudoises et que le vent atteint les rives du Haut Lac on parle des coups de vaudaire ou de vaudaire d’orage. S'ajoutent encore les coups de bornan lorsque des orages sévissent sur les préalpes savoisiennes et que les rafales traversent le Grand-Lac du sud au nord, à partir de la Dranse et de ses alentours.

Ces coups de vents très brusques et soudains sont un grand danger pour la navigation sur le lac.

 

Il y a encore d'autres appellations telles que le dézaley ou le jaman, vents descendants qui dévalent des pentes du Lavaux pour le premier, et des Rochers-de-Naye pour le second, ou encore le môlan, de secteur sud à sud-est, parvenant du Faucigny vers la région genevoise et le Petit-Lac.

 

 

Posté par rodac à 19:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

Chronologie du XVIIIe siècle

L'hiver 1700 est très froid et sec; le printemps 1700 est glacial et sec.

La "grande inondation" de 1701 emporte la chapelle de Gruyères, qui sera rebâtie un siècle plus tard.

Le printemps 1701 est absolument glacial ! C'est le deuxième printemps le plus froid du XVIIIe siècle sur le plateau suisse.

 

7 / 8 décembre 1703 - la "grande tempête" de 1703 - "the Storm"

C'est l'une des plus violentes tempêtes jamais connues en Europe occidentale; celle-ci ravage le nord et l'ouest de la France, la Belgique, les Pays-Bas, l'Allemagne et le sud de l'Angleterre. Celle-ci fait près de 8000 victimes.

L'hiver 1704 est très froid et sec.

 

L'été 1705 est très chaud et juillet et août. La chaleur a par ailleurs brisé les thermomètres de Cassini par dilatation excessive du liquide.

L'été 1706 est chaud et très sec. L'automne est aussi chaud et sec.

1707 - L'hiver est doux, mais le printemps est froid. L'été est très arrosé, sans doute par de nombreux orages.

 

Novembre et décembre 1708 - Alternance de temps doux et pluvieux avec de brutales vagues de froid.

 

L'hiver de 1709

Le début de l'hiver 1708-1709 est marqué par une alternance, souvent brusque, de périodes très froides et de périodes beaucoup plus douces.

Une vague de froid d'une intensité exceptionnelle va concerner une grande partie de l'Europe.

Le 5 janvier, après plusieurs jours de pluie, la bise commence à souffler (Lochieu, Ain).

Le 6 janvier, jour de l'Epiphanie, la bise souffle avec une violence extrême; la température commence sa chute. Les sols gorgés d'eau, et sans neige, sont rapidement saisis par le gel, rendant les déplacements très périlleux.

Le 7 janvier, la bise souffle avec une telle vigueur que presque personne ne tente de s'y exposer...

Le froid est devenu si intense que les cours d'eau sont pris de glaces dès les premiers jours. Le Rhône est pris de glace même aux endroits où le courant est rapide.

Le sol est durci à tel point qu'il n'est même plus possible d'inhumer les morts.

Les oiseaux sont tombés morts de froid par dizaines, jonchant le sol. Les arbres se fendent en produisant de grand bruits.

Dans le Valromey, les noyers sont anéantis par le gel, tout comme les vignes.

Cette vague de froid dure près de trois semaines, jusqu'au 24 janvier.

Il y aura encore du froid en février et en mars, mais moins intense.

Dans une grande partie de l'Europe, l'hiver 1709 est considéré comme l'un des plus durs jamais connus. Le gel a détruit les cultures et les semailles, s'ensuit des récoltes désastreuses, et une famine. Cet hiver fait autant de victimes que l'aurait fait une grande guerre.

 

2 août 1709 - Trombe sur le lac de Pfäffikon.

L'hiver 1710 est froid et très sec.

L'hiver et le printemps 1711 sont humides. En février et mars la plupart des fleuves en Europe sont en crue. Le Rhône déborde.

L'automne 1711 est aussi très humide.

 

L'été 1713 est froid et très pluvieux; les vendanges sont très tardives. L'automne est aussi très froid et humide.

L'hiver 1714 est très sec. Le printemps 1714 est glacial, l'été et l'automne 1714 sont passablement frais.

23 septembre 1714 - Un énorme éboulement dans le massif des Diablerets ensevelit la région de Derborence.

 

18 juin 1715 - Gros épisode de grêle à Winterthur.

 

L'hiver 1716 est glacial et sec, mais avec parfois d'énormes accumulations de neige, surtout en montagne.

Le printemps 1716 est glacial; l'été 1716 est très frais, les vendanges sont très tardives.

L'hiver 1717 est froid et sec.

 

L'hiver 1718 est très froid; mais l'été 1718 est très chaud et sec. Les vendanges sont très précoces.

L'hiver 1719 est doux et très humide; l'été 1719 est à nouveau très chaud et très sec.

 

L'été 1720 est extrêmement arrosé, c'est le plus humide du XVIIIe siècle sur le plateau suisse.

L'hiver, le printemps et l'automne sont aussi des saisons fort humides.

Le printemps 1721 est très froid et très humide.

L'automne 1722 est chaud.

 

L'hiver 1723 est froid et humide.

Le printemps 1723 est par contre extrêmement chaud et sec. C'est le printemps le plus chaud du XVIIIe siècle sur le plateau suisse.

L'automne 1723 est chaud et sec. Les vendanges sont précoces.

 

L'hiver 1724 est très doux; le printemps 1724 est très chaud mais humide.

L'été 1724 est chaud et sec; l'automne est très sec. Les récoltes sont souvent surabondantes.

 

18 janvier 1725 - Il neige très abondamment à Saint-Romain-sur-Versigny (Saône-et-Loire) pendant deux jours. Il s'ensuit un vent de midi très chaud qui va rapidement faire fondre toute la neige.

De fin janvier à fin mars 1725 le temps est très sec.

Dès la semaine de Pâques (1er avril), la pluie fait son retour, pour persister tout le printemps et l'été...

L'été 1725 est pourri, frais et surtout très pluvieux; en août on compte 24 jours de pluie à Zurich. Les vendanges sont très tardives et les récoltes gâtées.

8 septembre 1725 - Le beau temps fait son retour, pour environ trois semaines, avant le retour d'un temps à nouveau pluvieux.

 

L'hiver 1726 est froid et humide; le printemps 1726 est très sec mais frais; l'été 1726 est en revanche bien chaud, on parle de "baromètre immobile".

 

Le 5 juillet 1726, après une journée de fortes chaleurs, un orage très durable s'est développé sur le Val-d'Illiez. L'intensité des pluies est telle que la Vièze entre en crue et arrache tout sur son passage: rochers, arbres, ponts et maisons... Dans la nuit, le torrent déborde à Monthey et provoque des inondations catastrophiques.

Le même jour, un autre orage frappe sévèrement Vevey et sa région. La Veveyse déborde à tel point qu'elle détruit l'un des murs d'enceinte de la ville. (rapporté dans la FAL du 31 juillet 1917).

 

Du 19 au 26 octobre 1726, il y a de nombreuses aurores boréales, parfois "terrorisantes"...

 

Le printemps et l'été 1727 sont plutôt chauds et bien arrosés.

 

Le printemps 1728 est très chaud et sec; l'été 1728 est aussi très chaud. Les vendanges sont précoces.

 

L'hiver 1729 est très rude et très long, avec beaucoup de neige.

J'ai trouvé cette anecdote inattendue le 19 février 1729, dans un registre paroissial de Chexbres, lors du mariage de deux de mes ancêtres directs, Jean Pierre Genton et Susanne Pasche. Ce mariage s'est fait avec beaucoup de difficulté et a dû être reporté à cause de la neige et du froid: "extraordinaire à cause de la grande quantité de neige qui étoit tombée le ieudy et le vendredy, qui ayant â cause du vent entierement bouché les chemins, ledit Genton ne pût se rendre le vendredy..."

Le printemps 1729 fait état aussi de neige et de très fortes gelées jusqu'à avril.

L'été 1729 est au contraire chaud et sec.

 

L'hiver 1731 est glacial; le printemps 1731 est très froid et très sec.

 

L'hiver 1733 est très doux et sec.

L'hiver 1734 est très doux et sec.

L'été 1734 est très arrosé; l'automne 1734 est très froid.

Le 28 juillet 1735, la foudre tue deux personnes sous le clocher de l'église au Grand-Abergement (Ain).

 

L'été 1737 est très arrosé.

L'hiver 1738 est très froid.

 

16 et 18 janvier 1739 - il y a de très violentes tempêtes sur la Suisse, qui causent de nombreux dégâts.

Le printemps 1739 est très froid.

11 novembre 1739 - le froid arrive en force.

 

L'année 1740 est une année épouvantable.

L'hiver 1740 est très long et très dur, un peu comme en 1709. Le froid y a été moins extrême mais par contre beaucoup plus durable qu'en 1709.

 

Le printemps 1740 est absolument glacial. C'est même le plus froid entre le XVIe et le XXe siècle sur le plateau suisse.

Le mois de mai est caractérisé par la présence de neige dès 1000 mètres une bonne partie du mois.

Le 2 mai, il neige dans la région de Nantua, et cela dure près de 10 jours. A Hotonnes (Ain, 750 m), on mesure un pied et demi de neige.

 

L'été 1740, relativement normal sur le plateau suisse, a été par contre excessivement arrosé et froid dans le nord de la France.

Le gel arrive très tôt à l'automne de 1740,

Le 10 octobre, le gel et la neige sont déjà là (Nantua).

Les raisins encore verts sont gelés.

D'autres sévères gelées surviennent en octobre et en novembre, suivi de pluies continuelles en décembre.

 

On dit volontiers "qu'il a gelé tous les mois de l'année". Cette année mémorable serait aussi à l'origine de la phrase "s'en moquer comme de l'an 40"...

 

L'hiver 1741 est très doux et très humide. Le printemps est froid et sec, l'été plutôt chaud.

Le 7 octobre 1741, il y a une trombe sur le Léman et plusieurs trombes sur le lac de Bienne.

Le printemps 1742 est assez froid, l'été par contre est plutôt chaud et sec.

Le 9 juillet 1742, il y une trombe sur le Léman.

 

L'hiver 1744 est froid et surtout très sec.

L'été 1746 est chaud et très sec.

L'été 1747 est par contre très arrosé.

Le printemps 1748 est très froid.

L'hiver 1749 est très doux.

 

9 novembre 1749 - Tempête de foehn dans les vallées alpines.

L'automne 1749 est très sec.

 

Le printemps 1750 est chaud et humide.

Le printemps 1751 est froid et surtout très arrosé. Les vendanges sont tardives.

L'automne 1752 est très sec.

 

Le printemps 1753 est très chaud et très sec.

L'été 1753 est chaud et sec, de même que l'automne.

 

L'été 1754 est plutôt chaud et sec.

23 septembre 1754 - Un orage surprend Jean-Jacques Rousseau dans l'après-midi, alors qu'il est en excursion sur la rive sud du lac. Il se réfugie dans une maison à Meillerie.

L'automne 1754 est très sec.

 

L'hiver 1755 est très froid et très sec; la moyenne à Bâle est de -5.7°C pour janvier et -3.0°C pour février.

Le mois d'avril 1755 est excessivement chaud; la moyenne à Bâle est de 13.2°C. A Paris on parle de "chaleur excessive". Le mois de mai qui suit, avec une moyenne de 10.5°C, est presque trois degré plus froid qu'avril !

 

9 décembre 1755 - Un violent séisme secoue le Valais. Il y a des dégâts aux église de Brig, Naters et Viège. La secousse est ressentie en Savoie, en Alsace, en Italie du Nord et en Allemagne jusqu'à Stuttgart et Ingolstadt. Le séisme se produit un mois seulement après le grand séisme de Lisbonne, le 1er novembre.

 

Le printemps 1756 est très froid (moyenne 3.9°C pour mars, 6.9°C pour avril et 11.1°C pour mai à Bâle).

L'automne 1756 est froid (moyenne 1.5°C à Bâle pour novembre).

 

L'hiver 1757 est glacial (moyenne -2.8°C pour décembre, -2.8°C pour janvier et -0.2°C pour février à Bâle).

L'été 1757 est plutôt chaud, surtout juin et juillet (moyenne 17.3°C en juin et 19.8°C en juillet à Bâle). Août est en revanche frais.

L'automne 1757 est très froid (moyenne de 11.3°C à Bâle pour septembre).

Octobre 1757 est glacial, la moyenne est de 4.2°C à Bâle.

 

Le mois de janvier 1758 est glacial (moyenne -5.2°C à Bâle).

17 / 18 avril 1758 - Gelées. Dans la région lyonnaise et dans le Bugey, il se produit des gelées dévastatrices dans la nuit. Les blés sont très endommagés. Les noyers du Bugey ne produiront pas la moindre noix cette année.

Durant l'été 1758, la grêle sévit quatre fois à Limonest (Rhône).

L'automne 1758 est très froid (moyenne 12.0°C pour septembre, 6.9°C pour octobre et 2.6°C pour novembre).

 

Novembre 1759 est hivernal, avec une moyenne de 0.5°C à Bâle et de 3.7°C à Paris.

L'hiver 1760 est très humide.

Le printemps et l'été 1761 sont passablement chauds.

 

Avril 1762 est très chaud (moyenne 11.7°C à Bâle et 13.8°C à Paris). Mai est également très chaud.

L'été 1762 et plutôt chaud. Il se produit une importante sécheresse (Azollette, Rhône).

L'automne 1762 est froid (moyenne 13.7°C pour septembre, 7.6°C pour octobre et 2.7°C pour novembre à Bâle).

 

L'hiver 1763 est très froid (moyenne -4.2°C en décembre 1762 et -6.0°C en janvier à Bâle). Février est par contre très doux.

Mars 1763 est très froid, plus froid que février (moyenne 2.4°C à Bâle). Avril et mai sont assez frais.

L'automne 1763 est très frais (moyenne 13.1°C en septembre, 7.3°C en octobre et 3.1°C en novembre).

 

L'hiver 1764 est très doux (moyenne 2.1°C en décembre, 3.6°C en janvier et 3.4°C en février à Bâle).

Mars 1764 est glacial. Avec une moyenne de 1.7°C à Bâle, il est plus froid que tous les autres mois de l'hiver !

En août 1764, il y a une trombe sur le Léman.

L'automne 1764 est à nouveau bien froid (moyenne 12.6°C en septembre, 7.1°C en octobre, 3.9°C en novembre à Bâle).

 

L'hiver 1766 est glacial, surtout janvier (moyenne de janvier -7.8°C à Bâle).

L'automne 1766 est très sec.

 

Alors que janvier 1767 est glacial (moyenne -5.9°C à Bâle), février 1767 est d'une extrême douceur (moyenne 4.9°C à Bâle et même 9.5°C à Paris).

Le printemps 1767 est froid (moyenne 3.4°C pour mars, 7.2°C pour avril, 12.0°C pour mai).

 

L'été 1767 est d'abord très humide, avec des inondations, puis ensuite très sec, avec de la sécheresse.

Les moyennes sont de 15.9°C pour juin, 18.3°C pour juillet et 18.2°C pour août et 14.4°C pour septembre à Bâle.

Les vendanges sont fort tardives.

5 juillet 1767 - inondations à Montbéliard.

9 septembre 1767 - Très forte chaleur à Collonges (Pays de Gex).

 

L'hiver 1768 est très froid, surtout décembre et janvier.

Mars 1768 est très froid (moyenne à Bâle 1.6°C). Avril et mai sont plus cléments.

 

Octobre 1769 est très froid (moyenne à Bâle 4.8°C).

Décembre 1769 - Très mauvais temps.

Le 13 décembre, W.A. Mozart et son père quittent Salzbourg pour Innsbruck avant de se rendre en Italie. Le début du voyage est particulièrement pénible à cause des intempéries.

 

Mars et avril 1770 sont très froids (moyennes de 1.6°C et 5.8°C à Bâle).

 

Mars et avril 1771 sont très froid (moyenne 3.0°C pour mars et 6.2°C pour avril à Bâle).

Mai 1771 est chaud (moyenne 16.3°C à Bâle), soit 10°C de plus qu'en avril.

 

L'hiver et le printemps 1772 sont humides.

Juin 1772 est chaud (moyenne 18.8°C à Bâle); c'est le mois le plus chaud de l'été. Tout l'automne est également chaud.

L'automne 1772 est très chaud (moyenne 16.3°C pour septembre, 11.4°C pour octobre et 5.8°C pour novembre à Bâle).

 

Juillet 1773 est très frais (moyenne 16.6°C à Bâle).

 

L'hiver 1774 est plutôt doux, le printemps et l'été 1774 sont chauds.

 

L'été 1775 est chaud et humide. Septembre est également chaud.

 

Janvier 1776 est glacial (moyenne -5.2° à Bâle). Février est en revanche très doux.

Le mois de mai 1776 est frais (moyenne 11.0°C à Bâle).

 

L'hiver 1777 est froid (moyenne -0.9°C en décembre, -1.6°C en janvier, et -0.9°C en février à Bâle).

Le mois d'avril 1777 est froid, avec des gelées (moyenne 7.2°C à Bâle).

Juillet 1777 est frais (moyenne 17.1°C à Bâle).

 

L'hiver 1778 est froid, surtout décembre.

L'été 1778 est chaud et sec. (moyenne 20.0°C en juillet et 18.6°C en août à Bâle). L'automne est par contre très humide.

 

Janvier 1779 est glacial (moyenne -7.0°C à Bâle). En revanche, décembre et février sont très doux. L'hiver est aussi très sec.

Avril 1779 est très chaud (moyenne 11.8°C à Bâle).

Septembre, octobre et décembre 1779 sont particulièrement doux. (moyenne 15.6°C pour septembre, 11.4°C pour octobre, 5.3°C pour novembre, et 5.1°C pour décembre).

 

L'hiver 1780 est très froid en janvier et février (moyenne -3.2°C et -2.6°C à Bâle).

Mars 1780 est très doux (moyenne 7.8°C à Bâle); avril est presque plus froid que mars (moyenne 7.8°C).

L'été 1780 est très chaud et très sec.

 

L'automne 1780 est chaud et humide; l'hiver 1780-1781 est très humide.

 

Le printemps 1781 est très chaud, l'été 1781 est chaud. Les récoltes et les vendanges sont précoces et surabondantes.

 

Durant l'hiver 1781-1782, il y a eu des quantités prodigieuses de neige en montagne. Ainsi, à Sainte-Croix, les accumulations provoquées par la neige et le vent ont pu atteindre par endroit 15 pieds de hauteur. (cité par le régent Margot).

A Bâle, janvier est doux, mais février est très froid.

 

Le printemps 1782 est frais et humide.

7 mai 1782 - Froid et neige. A Sainte-Croix, il y a des accumulations de neige devant les maisons qui atteignent 3 pieds de haut.

En revanche l'été 1782 est chaud et sec, surtout juin et juillet. Une sécheresse très sévère sévit (Champfromier, Ain).

11 août 1782 - Froid. Les grains sont gelés à Sainte-Croix.

Les récoltes de vin en Champagne sont très médiocres.

 

L'automne 1782 est très froid (moyenne 6.6°C en octobre). La neige vient de très bonne heure.

Novembre 1782 - Glacial. Après un mois d'octobre déjà bien froid, le mois de novembre est hivernal avec une moyenne de 0.5°C à Bâle et 2.3°C à Paris.

 

Printemps 1783 - Mars est plutôt froid (moyenne 3.5°C à Bâle), mais avril et mai sont plutôt chaud (moyenne 9.6°C et 14.4°C).

 

Dès le 8 juin 1783, débute l'éruption du Laki en Islande; la lave s'échappe d'une fissure longue de 27 km.

Le 26 juin 1783, la foudre s'abat sur l'église de Villars-le-Terroir, tuant 11 personnes et en blessant 13 autres (rapporté dans la Feuille d'Avis de Lausanne du 9 juillet 1910).

 

L'été 1783 est caractérisé par la présence de nombreuses brumes "qui se traînent comme des fumées" (ainsi décrit par le régent Margot à Sainte-Croix) et qui donnent d'étranges couleurs au crépuscule (le "soleil rouge et pâle à l'aurore du soir")... Il s'agit des poussières volcaniques provenant de l'éruption du Laki en Islande, qui ont concerné toute l'Europe.

Il a fait de très grandes pluies jusqu'à la Saint-Jean, puis ensuite l'été a été chaud, suivi d'un très bel automne; la terre a beaucoup produit.

La présence des ces brumes a également favorisé la formation d'orages fréquents, violents et souvent grêligènes. Il est souvent fait mention de tonnerres "furieux" et "effrayants" (Ochiaz et Champfromier, Ain).

 

L'hiver 1784 a été très froid (moyenne de -0.6°C pour décembre, -3.9°C pour janvier et -2.4°C pour février à Bâle).

En revanche, la neige est peu présente en début d'hiver. A Sainte-Croix, elle n'arrive en abondance que la nuit du 15 au 16 janvier 1784.

Avril 1784 est très froid (moyenne 6.4°C à Bâle).

Mai 1784 est très chaud (moyenne 15.9°C à Bâle).

Août 1784 est frais (moyenne 16.6°C à Bâle).

Septembre 1784 est chaud (moyenne 16.2°C à Bâle).

Octobre 1784 est glacial (moyenne 5.4°C à Bâle).

 

29 novembre 1784  - A Montbéliard, il se produit un orage hors saison en même temps qu'un séisme...

Mars 1785 - Neigeux et glacial ! Après un hiver déjà bien froid, ce mois de mars est extrême avec une moyenne de -2.8°C à Bâle et de 1.2°C à Paris.

Les 12 et 13 mars il y a 1 mètre de neige à Berne.

Avril 1785 est froid (moyenne 6.0°C à Bâle). Mai est plus chaud.

 

1er juillet 1785 - Très froid, il neige à Sainte-Croix.

Une importante sécheresse sévit durant l'été 1785, même si celui-ci est relativement frais (moyenne 16.0°C en juin, 17.3°C en juillet et 16.6°C en août à Bâle).

Septembre 1785 est très chaud (moyenne 16.3°C à Bâle).

 

Mars 1786 - Très froid (moyenne 1.9°C à Bâle).

Avril 1786 - Chaud (moyenne 10.5°C à Bâle).

1er mai 1786 - Froid. Il neige à Sainte-Croix.

 

Juin 1786 est chaud (moyenne 18.0°C à Bâle). En revanche, juillet et août sont très frais (moyennes 16.6°C et 16.6°C).

 

Octobre et novembre 1786 sont très froids. (moyennes 6.6°C et 2.3°C à Bâle).

 

13 avril 1787 - Froid.

Le 13 avril, il neige à Sainte-Croix, suivi d'une bise et de fortes gelées qui vont persister jusqu'au début de mai.

 

L'hiver 1788 est très humide et très doux (moyenne 3.9°C pour décembre, 1.1°C pour janvier et 3.8°C en février).

Le printemps 1788 est plutôt chaud et sec, l'été 1788 est chaud et arrosé.

Le 13 juillet 1788, une énorme colonne de grêle concerne l'ouest et le nord de la France, la Belgique et les Pays-Bas, en passant par la région parisienne.

10 octobre 1788 - Il neige à Sainte-Croix, avant le retour d'un temps plus chaud qui persistera jusqu'à la Saint-Martin.

Novembre 1788 est très froid (moyenne 0.3°C à Bâle).

 

L'hiver 1789 est très rude. La moyenne de décembre 1788 est de -9.6°C à Bâle ! Le Rhône est pris de glaces à Lyon.

Janvier 1789 est froid (-1.8°C), février est par contre doux (3.2°C).

Mars 1789 est très froid (moyenne 1.1°C à Bâle et 1.8°C à Paris).

Mai 1789 est très chaud (moyenne 15.4°C à Bâle).

29 / 30 juin 1789 - Très froid, le matin du 30 juin les crêtes du Jura sont blanches de neige. (Cité dans la FAL du 22.05.1902).

La moyenne de juin est de 14.3°C à Bâle (plus froid que mai) et de 15.3°C à Paris.

Juillet et août 1789 sont assez frais et surtout très arrosés. Il y a eu de la grêle à Sainte-Croix.

L'automne 1789 est froid.

 

12 juillet 1790 - Très froid, il y a une averse de neige à Sainte-Croix. Les deux jours suivants sont très pluvieux, les eaux débordent.

Les moyennes sont de 17.0°C pour juin, 16.8°C pour juillet et 18.0°C pour août à Bâle.

 

28 janvier 1791 - Orage - le tonnerre gronde à Sainte-Croix, suivi d'un gros temps de neige. Le mois de janvier est très doux.

Avril 1791 est chaud (moyenne 11.7°C à Bâle).

L'été 1791 est très sec à Limonest (Rhône). Sur le plateau suisse il est à peu près "dans les normes".

 

L'été 1793 est plutôt chaud, surtout juillet et août.

Le 1er novembre 1793, il y a une trombe sur le Léman.

 

Février, mars et avril 1794 sont très doux. (moyenne 4.8°C en février, 7.4°C en mars et 12.0°C en avril à Bâle).

Juillet 1794 est très chaud (moyenne 20.8°C à Bâle et 22.6°C à Paris). Août est en revanche frais.

 

25 au 27 janvier 1795 - Hiver très brutal

La moyenne de janvier est de -7.4°C à Bâle, et de -6.3°C à Paris.

Aux Pays-Bas, le Zuyderzee est gelé.

Après près de deux mois de temps excessivement froid et sec, de très fortes pluies arrosent la région, tombant sur des sols extrêmement gelés. L'eau ne pouvant être absorbée coule partout et oblige même des habitants à devoir abandonner leurs foyers. Le 29 janvier le froid revient en force et très brusquement, si bien que les chemins sont couverts d'une glace épaisse. Du 9 au 11 février un nouveau redoux brutal et très pluvieux amène de nouvelles inondations (cité par le régent Margot à Sainte-Croix).

 

L'hiver 1796 est très doux et humide.

Mars 1796 est très froid (moyenne à Bâle 1.3°C); plus froid que tous les autres mois de l'hiver.

L'été 1796 est plutôt frais.

 

L'hiver 1797 est froid et très sec, avec très peu de neige. Le mois de décembre 1796 est le plus froid avec une moyenne de -2.0°C à Bâle.

Juin 1797 - le temps est pourri, avec des pluies froides et répétées. Le 9 juin il y a de la neige à Sainte-Croix. La moyenne est de 13.9°C à Bâle.

Juillet et août 1797 sont en revanche chauds.

 

L'été 1798 est plutôt chaud, surtout juin.

Le 29 septembre 1798, il y a de l'orage, suivi de pluie et de temps très froid; il neige alors à Sainte-Croix, il y en a même un demi-pied sur les hauteurs du village. (cité par le régent Margot dans sa chronique météorologique).

 

L'année 1799 est globalement très froide et pluvieuse.

Janvier 1799 est très froid (moyenne -4.6°C à Bâle).

Le printemps 1799 est froid et pluvieux, surtout avril (moyenne 6.8°C à Bâle).

L'été 1799 est assez frais et très pluvieux.

L'automne 1799 est également froid et pluvieux.

Le mois de décembre 1799 est glacial (moyenne -4.8°C à Bâle et -1.4°C à Paris).

Posté par rodac à 19:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

Chronologie du XIXe siècle jusqu'à 1869

L'hiver 1800 a été froid, mais avec bien peu de neige, notamment à Sainte-Croix. La neige arrive en abondance à la fin février.

Avril et mai 1800 sont très chauds. La moyenne pour avril est de 12.6°C à Bâle et de 12.7°C à Paris. Juin est en revanche très frais. (moyenne 14.2°C à Bâle).

Eté 1800 - Sécheresse

Après un début d'été encore très humide, le temps est extrêmement sec de fin juin à fin août, les pâturages sont "rouges brûlés" (citation du régent Margot)

 

Décembre 1800 - La moyenne est de -3.4°C à Genève, mais de +0.4°C à Bâle...

Janvier et février 1801 sont doux.

Le printemps 1801 est plutôt chaud.

 

13 et 14 juin 1801 - Très froid, il neige beaucoup à Sainte-Croix ces deux jours.

En revanche, le reste de l'été 1801 est globalement très favorable aux cultures.

 

L'automne 1801 est très humide.

30 / 31 décembre 1801 -  Suite aux fortes pluies, le Doubs est en crue. Les ponts de Goumois et de Soubey sont emportés par les flots. Le 4 janvier 1802 il y a de nouvelles inondations.

Il y a eu également de gros dégâts à Sainte-Croix, où la pluie a aussi été très abondante. Ces pluies sont suivies les jours suivants d'un gros temps de neige (de très grandes quantités à Sainte-Croix).

 

Le mois de janvier 1802 est glacial (moyenne -5.8°C à Bâle, -1.4°C à Paris)

23 janvier 1802 -  Suite au redoux, à des pluies abondantes et à la fonte des neiges, près de Montreux, la Baye de Clarens déborde et arrache  la route du lac; les chars doivent recourir aux bateaux pour pouvoir franchir cette rivière. (rapporté dans la FAL du 14/07/1922)

 

15 mai 1802 - Il neige à Genève ! (cité dans la FAL du 22.05.1902). Les 17, 18 et 19 mai les gelées sont fréquentes en région de plaine. Le reste du mois est en revanche bien plus favorable; le printemps est sec.

Juillet 1802 est frais (moyenne 16.9°C à Bâle), mais août 1802 est très chaud (moyenne 20.6°C).

 

L'hiver 1803 est très rude (moyenne de -3.0°C en janvier et -3.0°C en février à Bâle). La bise souffle très fort en février. 

avril 1803 est en revanche chaud et très sec. (moyenne 10.6°C à Bâle).

Mai 1803 est très frais (moyenne 10.9°C à Bâle).

Eté 1803 - Sécheresse

Le temps très sec qui perdure tout l'été se prolonge jusqu'au 16 septembre.

Septembre 1803 est très froid (moyenne 11.6°C à Bâle). Octobre 1803 est aussi très froid (moyenne 7.2°C).

 

L'hiver 1804 est très doux, les abricotiers fleurissent en janvier en Valais. (moyenne de 4.4°C à Bâle en janvier).

19 avril 1804 - Retour brutal du froid; à Sainte-Croix, "les fenêtres gèlent".

Mai et juin 1804 sont très chauds (moyenne 15.0°C et 17.8°C à Bâle).

L'été 1804 est très sec, les vendanges sont surabondantes.

 

Toute l'année 1805 est très froide.

L'hiver 1805 est rude (moyenne -1.8°C en décembre, -2.5°C en janvier à Bâle).

Le printemps 1805 est très froid (moyenne 3.2°C en mars, 7.2°C en avril, 11.4°C en mai à Bâle).

L'été 1805 est très frais, avec de nombreuses pluies répétées. (moyenne 14.7°C en juin, 16.5°C en juillet, 16.0°C en août à Bâle).

Les vendanges sont extrêmement tardives.

Octobre et novembre 1805 sont très froids ! (moyenne 5.8°C pour octobre et 0.2°C pour novembre à Bâle).

Décembre 1805 est aussi froid.

 

Janvier et février 1806 sont très doux ! (moyenne 3.6°C pour janvier et 4.1°C pour février à Bâle).

 

28 février au 15 mars 1806 - Après un hiver particulièrement doux, le froid et la neige font un retour brutal, c'est "le plus froid de l'hiver". Fin mars, le retour du chaud provoque une fonte des neiges très brutale aussi.

Avril 1806 - le froid revient brusquement le 1er avril. A Sainte-Croix, il y a fréquemment de la neige. La moyenne est de 6.2°C à Bâle pour avril.

Le 5 mai 1806 il y aurait eu un orage avec inondations catastrophiques à Vevey (J'avais noté il y a longtemps cet évènement qui avait été cité, sauf erreur, dans la feuille d'avis de Vevey. Pour l'instant je n'ai pas trouvé davantage de détail sur cet orage.)

Le mois de mai est très chaud (moyenne de 15.3°C à Bâle et 17.1°C à Paris).

Décembre 1806 est très doux ! (moyenne 5.7°C à Bâle et 8.6°C à Paris).

 

Mars 1807 est glacial ! (moyenne 0.4°C à Bâle et 3.7°C à Paris).

Mai 1807 est par contre très chaud (moyenne 15.2°C à  Bâle).

L'été 1807 est très chaud (moyennes 21.1°C pour juillet et 21.5°C pour août à Bâle !). L'été est également très sec.

 

Mars 1808 est glacial ! (moyenne 0.0°C à Bâle, 3.9°C à Paris).

Mai 1808 est par contre très chaud (moyenne 16.1°C à Bâle, 17.5°C à Paris).

L'été 1808 est assez chaud et sec.

Octobre 1808 est très froid (moyenne 6.3°C à Bâle). Il neige à Sainte-Croix, "les bêtes restent à l'étable".

 

Février 1809 est très doux (moyenne à Bâle 4.8°C, à Paris 7.9°C), près de Sainte-Croix, "on a trouvé des morilles en février"

Avril 1809 est en revanche glacial (moyenne à Bâle 4.2°C, à Paris 6.5°C). Le mois d'avril est plus froid que le mois de mars, lui-même plus froid que le mois de février... tant à Bâle qu'à Paris.

Du 3 au 18 avril la neige fait un retour en force, à Sainte-Croix il est très difficile de sortir les bêtes.

 

Le 29 mai 1809, il se produit une tornade (classée EF 3) à Baudrières, dans le val de Saône.

 

Tornade à Baudrières (Saône-et-Loire) le 29 mai 1809. Tornade EF3 en Saône-et-Loire (Bourgogne). Tornade F3 - KERAUNOS

Tornade de Baudrières : une tornade de forte intensité frappe la Saône-et-Loire le 29 mai 1809 : tornades en France, trombe Baudrières 1809, tornade Baudrières 1809, mini tornade Saône-et-Loire, tornade Bourgogne, trombe Chalon 1809

http://www.keraunos.org

 

L'été et l'automne 1809 sont passablement frais.

Fin septembre et début octobre, il fait une bise glacial et il gèle fréquemment à Sainte-Croix.

Octobre et novembre 1809 sont très froids (moyenne 6.7°C en octobre et 1.5°C en novembre à Bâle).

 

L'hiver 1810 est très froid (moyenne de -6.2°C en janvier et de -2.7°C en février à Bâle).

A la mi-mars 1810, le temps devient subitement très doux, la fonte des neiges est très importante "on ne l'a jamais vu fondre si rapidement".

L'été 1810 est plutôt frais. Septembre est par contre chaud (moyenne 15.9°C à Bâle).

 

Hiver 1811 - Seul le mois de janvier est très froid (moyenne à Bâle -4.3°C). Le reste de l'hiver est plutôt doux.

Avril 1811 - Très froid (moyenne à Bâle de 5.0°C, mais 11.7°C à Paris).

Le 9 avril il y a de la neige et des gelées persistantes à Sainte-Croix.

Le mois de mai 1811 est en revanche très chaud (moyenne 15.8°C à Bâle et 17.1°C à Paris).

L'été 1811 est chaud et sec, très favorables aux récoltes et à la vigne ("l'année de la comète"). Le mois d'août est toutefois plus frais.

L'automne 1811 est également sec et très beau; il se prolonge longtemps dans l'arrière-saison, au-delà de la Saint-Martin.

La moyenne d'octobre 1811 est de 12.1°C à Bâle.

 

L'hiver 1812 est très neigeux (jusqu'à 3 pieds de neige à Sainte-Croix). Le mois de janvier 1812 est très froid; par contre février est très doux.

Le mois d'avril 1812 est très chaud (moyenne 11.6°C à Bâle).

L'été 1812 est très froid et pluvieux; à Sainte-Croix il y a eu rarement plus de deux jours consécutifs sans pluie.

La moyenne est de 16.4°C pour juillet et 16.5°C pour août à Bâle.

Les vendanges sont très tardives.

L'automne 1812 est très froid, surtout novembre (moyenne 1.3°C à Bâle).

Décembre 1812 est glacial (moyenne -4.7°C à Bâle).

 

Hiver 1813 - Comme les deux hivers précédents, janvier est très froid, mais février est doux.

 

Le 31 mai 1813, en soirée, un violent orage sévit sur la ville de Fribourg. La foudre frappe une tour de la cathédrale Saint-Nicolas et met le feu à l'une des portes de la ville (rapporté dans la FAL du 31 mai 1913).

L'été 1813 est très désagréable, humide et frais; il est plus frais encore que l'été précédent (moyenne à Bâle de 15.7°C pour juillet, 15.6°C pour août et 12.0°C pour septembre).

Fin août 1813 - Très froid, il gèle fortement à Sainte-Croix. 

L'automne 1813 est également très froid.

 

L'hiver 1814 est long et froid (moyenne -2.5°C pour janvier et -3.9°C pour février, 1.9°C pour mars, à Bâle).

Le printemps 1814 est très sec, chaud en avril mais frais en mai.

L'été 1814 est à nouveau humide et très frais.

Septembre et octobre 1814 sont très froids (moyenne 11.9°C en septembre et 7.3°C en octobre à Bâle).

 

L'hiver 1815 est très contrasté, très doux en décembre, très froid en janvier, très doux en février (moyennes de 3.5°C / -4.3°C / 4.4°C à Bâle). Le mois de mars est très doux.

L'été 1815 est très sec mais frais.

L'automne 1815 est plutôt agréable mais devient très froid dès la Saint-Martin (moyenne de novembre 1.1°C à Bâle et 3.4°C à Paris).

 

1816 - "l'année sans été"

L'hiver 1815-1816 est très humide et perturbé, avec d'énormes quantités de neige en montagne, et ce temps perdure largement au printemps.

Le 10 mars, à Sainte-Croix, il y en a une hauteur de neige de quatre pieds.  Le 6 avril, il y a toujours une hauteur de neige de quatre pieds...

Tout l'été 1816 a été excessivement pluvieux et froid sur le Léman... comme presque partout en Europe. C'est la fameuse "année sans été", consécutive à l'éruption du Tambora (Sumbawa, Indonésie) en avril 1815.

Le 18 juin, il reste encore des accumulation de neige de l'hiver sur les hauteurs de Sainte-Croix (1050 m). Il y neige d'ailleurs les 5 et 27 juin, le 30 juillet et la nuit du 17 au 18 août... Ainsi, il y aura neigé tous les mois de l'année !

Les moyennes sont de 13.4°C pour juin, 14.9°C pour juillet, 14.8°C pour août et 12.8°C pour septembre à Bâle.

Novembre 1816 est très froid (moyenne 1.4°C à Bâle); à Sainte-Croix il y a des fortes gelées et des "tourbillons de neige".

 

Janvier et février 1817 sont doux (moyenne 2.5°C pour janvier et 4.0°C pour février à Bâle).

Les 8 et 9 mars 1817, à Sainte-Croix, retour du froid, il fait un "temps terrible de neige".

Avril 1817 est très froid (moyenne 4.8°C à Bâle, 7.4°C à Paris).

L'été 1817 est passablement frais et humide, mais quand même moins que 1816.

Le 27 juin 1817, dans le Gros-de-Vaud, la grêle dévaste les terres de Chevilly, d'Orny, de Dizy, de Goumoens, d'Eclépens et d'Oulens. (rapporté dans la FAL du 10 août 1910)

Une semaine après, les 4 et 5 juillet 1817, des vagues d'orages déferlent sur toute la région. Les cours d'eau atteignent des niveaux spectaculaires, tout particulièrement le Rhin et ses affluents. Dans le lac de Constance, les habitants de Lindau sont les pieds dans l'eau.  Le Rhône atteint aussi une hauteur prodigieuse. A Villeneuve toute les régions basses sont inondées. La région de Villeneuve et d'Aigle a de surcroit pris une énorme averse de grêle. (Rapporté dans la FAL du 10 août 1910).

Septembre 1817 est très beau, mais octobre 1817 est glacial (moyenne 5.2°C à Bâle). 

 

L'hiver 1818 est neigeux en montagne.

Le 16 juin 1818, la rupture d'une poche d'eau dans le glacier de Giétroz en Valais provoque une vague déferlante dans le val de Bagnes; cette vague inonde le centre de Martigny et tue 34 personnes.

L'été 1818 est extrêmement sec, et il est suivi d'un automne tout aussi sec et ensoleillé, qui se prolonge presque jusqu'à la mi-décembre.

 

13 août 1819 - Une rupture dans le glacier du Tacul (massif du Mont-Blanc) provoque une inondation dans la vallée de Chamonix.

 

9 au 14 janvier 1820 - Très forte vague de froid. A Sainte-Croix, la bise est glaciale, "les pommes de terre ont gelé dans les caves".

Mars 1820 est très froid (moyenne 2.0°C à Bâle et 3.3°C à Paris).

Avril 1820 est par contre très chaud (moyenne 11.4°C à Bâle et 11.6°C à Paris).

L'été 1820 est d'abord radieux, mais la fin de la saison est assez médiocre.

L'automne 1820 est très froid; à Sainte-Croix il neige le 21 septembre. Novembre 1820 est glacial (moyenne de 11.8°C pour septembre, 7.8°C pour octobre et 0.8°C pour novembre à Bâle).

 

L'été 1821 est très frais (moyenne de 13.9°C pour juin et 16.0°C pour juillet à Bâle).

Novembre et décembre 1821 sont par contre très doux.

24 décembre 1821 - Tempête de foehn dans les vallées alpines.

 

Le printemps 1822 est chaud et très précoce; à Sainte-Croix les semailles se font très tôt.

La moyenne est de 7.9°C pour mars, 15.5°C pour mai et 20.7°C pour juin à Bâle.

L'été 1822 est chaud et très sec, les vendanges sont précoces.

Juin 1822 -  Le dernier dimanche de juin, un violent orage détruit la récolte du vignoble dans la région de Montreux-Châtelard. (rapporté dans la FAL du 14/07/1922).

 

L'hiver 1823 est très rigoureux; décembre 1822 et janvier 1823 sont très froids, mais février est très doux (moyennes -3.3 / -4.0 / +3.4°C à Bâle).

 

L'hiver 1824 a été très long et très neigeux, mais sans froid extrême.

Au mois d'avril, à Sainte-Croix, il y a encore d'énormes quantités de neige au sol. Les chutes de neiges sont par ailleurs encore fréquentes au mois d'avril.

A Genève, le premier bourgeon du marronnier de La Treille ne s'ouvre que le 21 avril, soit presque aussi tardivement qu'en 1816. On n'a "jamais vu autant de neige sur les montagnes". Le 14 avril il y a encore 3 à 4 pieds de neige à Sainte-Croix.

Les mois de mars et d'avril 1824 sont très froids.

L'automne 1824 est doux et surtout très pluvieux.

 

Le 24 mai 1825, à 1 heure du matin, la foudre s'abat sur la flèche de la cathédrale de Lausanne et provoque un grave incendie sur la tour-lanterne. (rapporté dans la FAL du 24 mai 1925)

 

L'hiver 1826 et très sec et presque sans neige.

Décembre 1825 est très doux (moyenne 3.9°C à Bâle), mais janvier 1826 est glacial (moyenne -7.0°C à Bâle). Février 1826 est beaucoup plus doux.

Le printemps est doux (moyenne 6.0°C en mars, 9.1°C en avril à Genève). Mai est plus frais.

L'été 1826, chaud et sec, est souvent accompagnés de forts orages, fréquent tonnerre, grêle, etc, surtout sur les reliefs. (cité par le régent Margot).

3 août 1826 - Il fait 34.6°C à Genève.

 

L'hiver 1827 est très rude, avec du froid et beaucoup de neige, les nouvelles désastreuses (avalanches, routes coupées, gens morts de froid) "arrivent de tous côtés". Il se produit une grosse avalanche à Selkingen (Valais).

3 / 4 janvier 1827 - Très forte bise. Le bateau "Léman I" est endommagé.

Le mois de février 1827 est très froid (moyenne -4.4°C à Bâle).

Début mars 1827, à Sainte-Croix, il reste 3.5 pieds de neige.

Le printemps est doux (moyenne 6.3°C en mars, 10.2°C en avril et 14.4°C en mai à Genève)


20 mai 1827 -  énorme orage sur Genève, où il tombe 170 mm

26 mai 1827 - Lors d'une tempête, la vergue d'un mât du vapeur "Léman I" s'abat sur le pont et tue un passager anglais.

L'été 1827 est très sec.

11 août 1827 - Trombe sur le Léman.

Septembre 1827 - Sec. Il tombe 29.7 mm à Genève.

 

L'hiver 1828 est très doux.

17 juin 1828 - Tornade (classée EF2) à Arçon près de Pontarlier dans le Doubs.

Tornade à Arçon (Doubs) le 17 juin 1828. Tornade EF2 dans le Doubs (région Franche-Comté). Tornade F2 - KERAUNOS

Tornade d'Arçon : une tornade frappe le Doubs le 17 juin 1828 : tornades en France, trombe Arçon, tornade Arçon 1828, tornade Doubs, tornades Franche Comté, tornades France

http://www.keraunos.org

 

8 au 9 juillet 1828 -  Dans la nuit, à Lausanne, un orage enlève un tuyau de cheminée... signalé dans la rubrique "objets perdus" de la feuille d'avis de Lausanne.

Fin juillet 1828 - Coup de froid, il a gelé à Sainte-Croix.

Il tombe 173 mm à Genève durant le mois de juillet.

Cela dit, l'été 1828 est globalement assez chaud.

 

L'hiver 1829 est passablement froid, surtout janvier et février (moyennes -3.8°C et -1.8°C à Bâle).

En 1829, suite à un orage, dans le Gros de Vaud, le Talent entre en crue et détruit un aqueduc à Chavornay. L'été 1829 est humide et pluvieux.

L'automne 1829 est très froid, surtout octobre et novembre. En octobre, il y a beaucoup de gel et de neige.

 

Hiver 1830 très rigoureux

L'hiver 1829-1830 est très long, très froid et très sec, quasiment sans neige. Le froid est encore plus vif qu'en plaine qu'en montagne (inversion). La moyenne trimestrielle à Genève est de -3.5° C pour les mois de décembre, janvier et février. Le lac d'Annecy gèle entièrement.

Les moyennes pour Bâle sont de -5.2°C pour décembre 1829, -8.8°C pour janvier 1830, et -2.3°C pour février.

La plantation d'oliviers à Saint-Saphorin est anéantie par le gel.

31 janvier au 4 février 1830 - La moyenne est de -12.8°C à Genève sur ces 5 jours.

 

Le printemps 1830 arrive fortement sur des sols gelés. Mars et avril 1830 sont très doux (moyennes 6.5°C et 11.2°C pour Bâle; 8.9°C et 12.0°C pour Paris, 6.8°C et 12.1°C pour Genève).

9 juin 1830 - Trombe sur le lac de Neuchâtel.

 

Mars 1831 - Très doux (moyenne 7.0°C à Genève)

Avril 1831 - Très doux (moyenne 10.8°C à Genève)

 

Le 4 septembre 1831, à Lausanne, une crue du Flon tue 9 personnes; cette crue intervient après plusieurs jours de fortes pluies. Cet évènement a été relaté 150 ans plus tard, en 1981.

 

Durant l'été 1832, il y a une grande sécheresse dans la Vallée de Joux.

Fin juillet 1832 - Coup de froid, les pommes de terre gèlent à Sainte-Croix (1050 m). Il fait toujours très sec. En août, "les pâturages sont rouges".

22 août 1832 - Il fait 35.2°C à Genève.

Septembre 1832 - Très sec. Il ne tombe que 17 mm à Genève.

3 décembre 1832 - Trombe sur le Léman.

 

L'hiver 1833 est très contrasté; janvier est très froid mais février est très doux.

Mai 1833 est très chaud (moyenne 16.9°C à Bâle et 17.7°C à Paris).

26 juin 1833 - Trombe sur le lac de Constance, et peut-être aussi sur le Léman.

L'été 1833 est sec mais frais.

2 / 3 septembre 1833 - Nuit très froide, après de fortes pluies; à Sainte-Croix "les fenêtres gèlent".

Décembre 1833 est extrêmement doux (moyenne 6.0°C à Bâle et 7.9°C à Paris).

Janvier 1834 est également d'une extrême douceur (moyenne 5.1°C à Bâle et 7.1°C à Paris).

Mars 1834 - Très doux. Moyenne 7.1°C à Genève.

 

2 juillet 1834 - Grêle énorme dans la vallée de Joux

Un très violent orage de grêle sévit dans la vallée de Joux, particulièrement vers Le Brassus. Au lieu dit La Campe, les vitres ont été abattues "d'un coup". Les sapins ont été déshabillés d'un côté, jusqu'à l'écorce. 50 ans plus tard il était encore possible d'observer les stigmates de cette grêle.

L'été 1834 est chaud et sec, très ensoleillé, et le beau temps se prolonge dans l'arrière-saison.

Septembre 1834 - Très chaud ! Moyenne 18.4°C à Genève. Il ne tombe par ailleurs que 16 mm.

 

1er mai 1835 - Trombe sur le lac de Constance.

7 juillet 1835 - Tornade à St-Pantaleon (canton de Soleure)

25 août 1835 - Ce mardi soir, violent orage sur les Dents-du-Midi; le lendemain 26 août vers 10 heures, un effondrement se produit à la Cime-de-l'Est; s'en suit une coulée de boue noire qui dévale le torrent de Saint-Barthélémy; cette coulée inonde la pinède du Bois-Noir et finit par se déverser dans le Rhône après avoir coupé la route principale. Le choc fait refouler l'eau loin sur l'autre rive du Rhône. D'autres coulées surviennent les 28 et 30 août puis encore le 4 septembre 1835.

 

Novembre et décembre 1835 sont glacés ! (moyenne de 0.3°C pour novembre et -3.4°C pour décembre à Bâle). Janvier et février 1836 sont plutôt "dans la norme".

Mars 1836 est très doux (moyenne 7.6°C à Bâle, 7.1°C à Genève, et 8.8°C à Paris).

1er mai 1836 - Très froid. Il ne fait pas plus de 5.9°C à Genève; le lendemain il gèle avec -2.3°C.

Le 19 août 1836 un orage sur les Dent-du-Midi provoque une nouvelle coulée de boue dans le torrent de Saint-Barthélémy; la vitesse est décrite comme celle "d'un cheval au galop".

31 octobre 1836 - Très froid. Il ne fait pas plus de 2.0°C à Genève.

 

Tout le printemps 1837 est très froid ! Le mois de mars glacial (moyenne de 0.2°C à Bâle et 2.6°C à Paris).

Avril et mai 1837 sont également très froids (moyenne 4.9°C à Bâle et 5.7°C à Paris pour avril, moyenne 10.0°C à Bâle et 11.0°C à Paris pour mai).

10 avril 1837 - Il ne fait pas plus de 0.8°C à Genève.

 

Janvier 1838 est glacial (moyenne -6.3°C à Bâle, -5.5°C à Genève, -4.6°C à Paris). Les autres mois de l'hiver sont plutôt "dans les normes".

Avril 1838 est sec mais très froid (moyenne 5.3°C à Bâle, et 6.7°C à Paris).

Il se produit 21 jours secs consécutifs à Genève.

 

7 septembre 1838 - Tempête de foehn dans les vallées alpines.

 

31 janvier au 4 février 1839 - Glacial. La moyenne est de -6.3°C en 5 jours à Genève.

 

Avril 1839 est très froid, pour la troisième année consécutive (moyenne 5.6°C à Bâle, 7.7°C à Paris).

Juin 1839 est par contre très chaud (moyenne 19.3°C à Bâle, 19.1°C à Paris).

28 août 1839 - Très froid. Il ne fait pas plus de 11.6°C à Genève.

Décembre 1839 file doux (moyenne 3.5°C à Bâle, 8.2°C à Paris).

 

Le mois de mars 1840 est glacial (moyenne 0.0°C à Bâle, 3.4°C à Paris). Avril est par contre très doux.

L'été 1840 est plutôt frais. Juillet est très frais avec une moyenne de 15.5°C à Bâle.

14 juillet 1840 - Il ne fait pas plus de 11.3°C à Genève.

Octobre 1840 est très froid et aussi très pluvieux (moyenne 5.8°C à Bâle).

Décembre 1840 est glacial (moyenne -5.8°C à Bâle et -2.7°C à Paris).

 

Le mois de mai 1841 est très chaud (moyenne de 16.9°C à Bâle). C'est le plus chaud mois de l'année !

 

18 juillet 1841 - Tempête de foehn dans les vallées alpines; il y a eu de la tempête "sur toute l'Europe".

Un coup de vaudaire d'une intensité exceptionnelle sévit sur le Léman, et ce au-delà de Lausanne. A Lausanne même les dégâts ont été nombreux. Cet évènement a été relaté lors de la grande tempête du 20 février 1879.

 

L'été 1841 est pourri, très frais et pluvieux en Suisse.

Les moyennes sont de 14.9°C pour juin, 16.0°C pour juillet et 16.2°C pour août à Bâle.

 

6 octobre 1841 - Tornade (EF 2) à Sermange (Jura). (Source: Kéraunos)

 

L'hiver 1842 est contrasté, très doux en décembre mais très froid en janvier.

Février 1842 est très froid (moyenne -2.2°C à Genève).

22 juin 1842 - Une puissante tornade (EF 4) affecte le Charolais, passant très près de Chauffailles. (source: Kéraunos)

Un terrible orage avec rafales de vent ravage la ville de Mâcon; il se produit aussi de la grêle dans les environs.

Octobre 1842 est très froid.

 

L'été 1843 est assez frais.

Septembre 1843 est très sec, avec 10 mm à Genève.

30 septembre 1843 - Très froid, il fait -1.9°C à Genève.

 

Août 1844 est très froid ! (moyenne de 14.6°C à Bâle et 15.1°C à Paris).

5 août 1844 - Il fait 0.8°C à Genève !

 

L'hiver 1845 est très rude dans le Jura. Le mois de février 1845 est glacial (moyenne -4.9°C à Bâle, -2.3°C à Genève).

Le mois de mars 1845 est glacial ! (moyenne de -1.1°C à Bâle, 1.1°C à Paris).

Mai 1845 est aussi très froid (moyenne 10.1°C à Bâle, 10.6°C à Paris).

26 mai 1845 - il fait beau temps... (cité par Gustave Flaubert lors de son passage dans la région).

Août 1845 est très froid ! (moyenne de 14.2°C à Bâle et 15.5°C à Paris).

14 septembre 1845 - Tornade près de Bâle.

7 octobre 1845 - Nouvelle tornade près de Bâle.

 

8 janvier 1846 - Possible trombe sur le Léman.

L'hiver 1846 est doux et humide.

en juillet 1846 - Tornade (EF2) à Remoray (Doubs), près du Mont d'Or (source: Keraunos)

29 août 1846 -  Dès l'aube, un véritable déluge s'abat sur la région de Vevey à Montreux, ainsi que sur la Haute-Broye. Tous les cours d'eau du secteur entrent rapidement en crue. La crue de la Veveyse est la plus remarquable, débordant et inondant le centre-ville de Vevey. La Veveyse a charrié des débris, troncs d'arbres et même des blocs de rochers dont l'un pesait près de 60 tonnes.

Fait curieux, il n'y a pas eu le moindre coup de tonnerre lors de cet épisode. Par ailleurs, le niveau du Lac Léman est particulièrement haut, suite aux fortes chaleurs combinées par l'importante fonte des glaciers, très volumineux à cette époque.

Il est parfois fait mention d'une autre date, le 8 août 1846, où il est dit que la Veveyse et la Baye de Clarens ont débordé, ainsi que d'averses de grêle touchant Blonay. Reste à savoir s'il s'agit d'une erreur de date ou de deux épisodes distincts...

 

Décembre 1846 est très froid (moyenne -3.7°C à Bâle, -0.8°C à Paris).

Avril 1847 est très froid (moyenne 5.7°C à Bâle, 7.8°C à Paris).

Mai 1847 est par contre très chaud (moyenne 15.5°C à Bâle, 15.3°C à Paris).

4 août 1847 -  Dans la nuit, un violent orage a sévi sur Lausanne et ses environs, provoquant plusieurs éboulements. De nombreux vignobles sont complètement ravinés. Par ailleurs, la grêle a aussi fait de gros dégâts.

Septembre 1847 est très froid.

 

Le mois de janvier 1848 est glacial (moyenne -6.4°C à Bâle, -1.4°C à Paris).

1er mars 1848 - Le temps est froid et neigeux lors de la marche d'indépendance neuchâteloise.

 

Mars et avril 1849 sont passablement froids.

19 avril 1849 - Il fait -5.5°C à Genève.

17 juin 1849 - Tornade à Stüsslingen (canton de Soleure)

10 juillet 1849 - Orage à Chapelle-des-Bois (Doubs), la foudre tue une personne.

28 novembre 1849 - Glacial. Il ne fait pas plus de -5.7°C à Genève.

 

Novembre et décembre 1849, janvier 1850 sont très froids (moyenne de -4.0°C à Bâle pour janvier).

L'été 1850 est assez frais.

23 et 24 août 1850 -  Grosse vagues d'orages affectant surtout la région de Fribourg. Le 23 il grêle sur Fribourg, certains grêlons atteignent le poids d'une demi-livre. Le 24 une probable tornade a sévi entre Romont et Fribourg, on parlait d'un "tourbillon" de vents de sud-ouest combattant ceux du nord; des centaines de vitres ont été brisées et de nombreux objets emportés.

Septembre et octobre 1850 sont très froids (moyennes de 11.7°C pour septembre et 6.2°C pour octobre à Bâle).

 

1er et 2 janvier 1851: très doux (début des cartes de réanalyses NOAA).

27 février au 9 mars 1851: Froid.

11 au 24 avril 1851 - le temps est assez chaud et assez stable.

Mai 1851 est très froid (moyenne de 9.7°C pour Bâle, 11.2°C pour Lyon et 10.9°C pour Paris). Mais apparamment pas de températures extrêmes. Au début du mois le temps est très mauvais dans le sud-ouest de la France.

Juin 1851: très chaud du 12 au 14 juin, du 19 au 22 juin, et du 26 au 29 juin. Le mois est très sec à Lyon (15 mm).

Juillet 1851 est très pluvieux, avec 19 jours de pluie à Genève. Il tombe 130 mm à Lyon.

20 au 23 juillet 1851 - Très chaud.

7 août 1851 - Tornade (EF 3) à Haute-Rivoire, dans les Monts du Lyonnais (source: Kéraunos).

Il fait chaud du 4 au 14 août et du 22 au 26 août.

La moyenne du mois est de 18.9°C à Lyon, mais de 22.4°C à Bordeaux.

12 au 14 octobre 1851 - Très doux.

Septembre 1851 est très froid (moyenne de 10.8°C à Bâle et 12.4°C à Lyon). Le froid est particulièrement vif le 17.

Novembre et décembre 1851 sont très froids (moyenne de -0.1°C pour novembre et -2.4°C pour décembre à Bâle, 1.0°C pour novembre et -0.4°C pour décembre à Lyon - très sec avec 0.0 mm !).

3 au 10 novembre 1851 - Très froid.

15 novembre au 6 décembre 1851 - Le froid est persistant, avec un maximum d'intensité le 2 décembre.

26 au 28 décembre 1851 - Après une période plus douce, le temps redevient glacial.

 

en février 1852 -  possible tornade près de Montreux.

19 février au 16 mars 1852 - Froid persistant est assez marqué, avec fréquent flux d'est.

Le début de l'année 1852 est très sec à Lyon, jusqu'à mai.

Il se produit 26 jours secs en mars et 27 jours secs en avril à Genève, soit 53 jours secs consécutifs.

Juin 1852 - Frais et très pluvieux, le cumul mensuel est de 197 mm à Lyon, moyenne 15.9°C.

9 au 16 juin 1852 - Chute de température et période très fraîche.

3 au 21 juillet 1852 - La chaleur est intense et assez persistante.

Août 1852 est très frais et très pluvieux, après un juillet assez beau. (197 mm à Lyon et moyenne 17.6°C)

 

17 septembre 1852 - Suite aux fortes pluies, il y a de nombreuses inondations. Dans la campagne fribourgeoise, la berline de la duchesse d'Orléans et sa suite se renverse dans la rivière près de Promasens.

Le même jour, en Franche-Comté, il se produit une tornade (EF 2) qui affecte un quartier de la ville de Besançon.

Il y a également des ruptures dans les glaciers près de Chamonix.

22 septembre 1852 - Forte chute de température.

 

Novembre et décembre 1852 sont extrêmement doux.

La moyenne de novembre est de 9.2°C à Lyon (114 mm), et même de 12.0°C à Bordeaux !

 

février 1853 - Possible tornade près de Montreux.

Mars 1853 est glacial (moyenne 1.6°C à Lyon et 2.9°C à Paris). Tout le printemps 1853 est très froid.

L'été 1853 est assez frais.

13 juillet 1853 - La météo est extrêmement instable sur le Nord de la France et sur le Sud de l'Allemagne. Il se produit une tornade (EF 3) dans le Pas-de-Calais.

 

Janvier à mai 1854 - Tous ces mois sont très secs !

Il se produit 25 jours sans pluie en mars et 24 en avril à Genève, soit 49 jours secs consécutifs.

 

20 juin 1854 - Tornades à Girlikon (Thurgovie) et à Kirchberg (Saint-Gall).

L'été 1854 est frais et pluvieux, surtout juin, où il tombe 206 mm à Lyon.

Septembre 1854 est totalement sec à Lyon comme à Genève (0.0 mm).

Le temps est totalement sec à Genève du 26 août au 3 octobre. (38 jours).

 

Janvier 1855 - Très froid; il se produit une importante vague de froid.

 

3 juin 1855 - Il se produit une tornade près du lac de Bienne, à Nidau.

 

10 juillet 1855 - Tornade (EF 4) dans le Doubs

Une puissante tornade parcourt près de 20 km, à l'est de Pierrefontaine-les-Varans:

Tornade à Rosureux le 10 juillet 1855. Tornade EF4 dans le Doubs, région Franche-Comté. Tornade F4 en France - KERAUNOS

Tornade de Rosureux : une tornade meurtrière de très forte intensité (EF4) ravage au moins dix communes du Doubs le 10 juillet 1855. Dossier d'étude. Tornades en France, tornade Rosureux 1855, trombe Rosureux, trombe Doubs, tornade Doubs, tornade Franche-Comté, tornade EF4 France

http://www.keraunos.org

 

25 juillet 1855 - Un violent séisme secoue le Valais. L'épicentre se situe dans la vallée de la Vispa; un éboulement se produit près de St.Niklaus. Il y a de nombreuses répliques. La secousse est ressentie en Savoie, en Italie du Nord, dans le Tyrol et dans le sud de l'Allemagne.

20 décembre 1855 - Glacial ! Il ne fait pas plus de -9.5°C à Genève.

 

Janvier et février 1856 sont en revanche très doux.

 

30 mai 1856 - Fortes crues du Rhône et de la Saône; à Lyon il y a une inondation catastrophique suite à la rupture d'une digue à la Tête-d'Or.

La Saône déborde également en ville de Lyon.

Les cumuls de pluies pour mai 1856 sont impressionnants: 269 mm à Lyon; 302 mm à Besançon.

 

3 juin 1856 - Il se produit un fort réchauffement; suite aux intempéries et à la fonte des neiges il y a des crues record.

 

21 août 1856 - Une tornade (EF 1) parcours 7 km dans la Bresse et touche le bourg de Marsonnas (Ain) (source: Keraunons)

7 septembre 1856 - Une tornade (EF 1) frappe la ville d'Arbois (Jura) et endommage l'église.

 

20 juin 1857 - Orages sur les cantons de Vaud et de Fribourg

8 juillet 1857 - Trombe sur le Léman. 

Le mois de juillet 1857 est chaud et sec à Lyon.

 

Janvier 1858 est très froid, et surtout très sec.

Avril puis juin 1858 sont très chauds (moyennes de 12.8°C et 20.9°C à Lyon).

La moyenne est de 11.0°C pour avril à Genève.

 


8 juin 1859 - 
Violent coup de vent sur le lac. Le bateau "l'Industriel" est secoué et une partie de son chargement (4 wagons de chemin de fer) sont précipités à l'eau.

Le mois de juillet 1859 est caniculaire (moyenne de 23.8°C à Lyon).

Le mois d'août 1859 est aussi très chaud (moyenne de 21.9°C à Lyon).

9 août 1859 - Il fait 35.0°C à Genève.

2 et 3 novembre 1859 - Très forte crue de l'Isère à Grenoble.

 

27 ou 28 février 1860 - Possible trombe sur le lac de Thoune.

Le 27 février une violente tempête secoue le sud de l'Europe.

Début mars il y a une importante crue du Rhin.

 

Juillet et août 1860 sont très frais (moyenne de 17.7°C à Lyon pour juillet et de 18.0°C pour août).

 

Janvier 1861 est très froid et sec (moyenne -1.9°C à Lyon et 13 mm).

 

Avril et mai 1861 - Bise tenace - La bise souffle très souvent pendant 6 semaines consécutives.

Il y a 21 jours sans pluie et 23 jours sans pluie en mai à Lausanne, soit une période sèche de 44 jours.

10 mai 1861 - Tempête de foehn dans les vallées alpines.

 

en juillet 1861, un écrivain danois, Andersen, de passage à Bex, a fait une narration d'un orage qu'il a pu observer: "l'orage était si majestueux que j'étais bouleversé; le tonnerre a grondé durant deux à trois heures; les éclairs formaient des figures fantastiques; le ciel n'était qu'un seul brasier."

 

Hiver 1861-1862 sans neige - A Sainte-Croix, à part deux jours début janvier, il ne tombe aucune neige de tout l'hiver. Tout l'hiver est très ensoleillé, notamment en montagne.

Le printemps 1862 est très chaud et sec (moyenne de 8.9°C pour mars, 12.9°C pour avril et 16.1°C pour mai à Lyon; moyenne de 6.9°C en mars, 11.3°C en avril et 15.4°C à Genève).

 

en juillet 1862, les orages empêchent d'effectuer le renflouement de l'épave de "l'Hirondelle", qui avait coulé le 10 juin dernier au large de la pointe de la Becque à La Tour-de-Peilz. "L'Hirondelle" était un grand bateau construit en 1856, capable de transporter 800 personnes à son bord. Lors de son naufrage, la totalité des 150 passagers ont pu être évacués, avec l'aide des pêcheurs, sains et saufs vers la rive toute proche.

 

7 janvier 1863 - Tempête de foehn dans les vallées alpines.

Février 1863 est très sec, il ne tombe que 1 mm à Lyon.

28 juin 1863 - 
Orage sur Genève.

16 août 1863 - Il fait 34.5°C à Genève.

 

Janvier 1864 est très froid, il se produit une vague de froid au début du mois.

La moyenne est de -3.3°C à Genève.

Le printemps 1864 est très sec et chaud (il tombe 80 mm à Lyon sur les 3 mois).

 

Le mois de mars 1865 est glacial ! (moyenne de 2.0°C pour Lyon, 1.1°C pour Genève, et 2.0°C pour Paris).

5 avril 1865 - Le changement de temps est très net.

Le mois d'avril 1865 est au contraire très chaud (moyenne de 14.2°C à Lyon, 12.8°C à Genève et 14.6°C à Paris).

Mai 1865 est également chaud (moyenne 16.0°C à Genève).

L'été 1865 est chaud, surtout juin et juillet; août est un peu plus frais.

Le 14 juillet 1865 Whymper réussit la première ascension du Cervin.

Septembre 1865 est très chaud et totalement sec ! (moyenne de 18.8°C à Lyon et 0 mm !). A Bâle le mois et aussi totalement sec. Lausanne ne reçoit que 3 mm.

 

11 janvier 1866 - Tempête

Selon un chroniqueur landais, il y aurait des orages "sur toute l'Europe", au coeur de l'hiver.

Une très forte tempête secoue l'Europe de l'ouest dans la nuit du 10 au 11 janvier. Pour l'instant je n'ai pas trouvé d'indication d'orage sur la région lémanique.

Février 1866 est très doux (moyenne 7.2°C à Lyon).

 

Juin 1866 est très chaud (moyenne 20.3°C à Lyon, 18.1°C à Genève). La Mer de Glace recule de 100 mètres en une année.

23 septembre 1866 - Tempête de foehn dans les vallées alpines.

Il y a de très fortes inondations en France durant l'automne 1866.

 

Mi-octobre 1866 -  Une énorme grêle frappe les villages de Bursins et Vinzel, juste avant les vendanges; il a fallu évacuer les amas de grêlons à la pelle.

 

23 et 24 mai 1867 - Il neige à Zurich.

25 mai 1867 - Il se produit une gelée tardive désastreuse.

 

L'été 1867 est assez frais, à Sainte-Croix il gèle en juin et en juillet.

 

4 / 5 mai 1868 - Un éboulement près d'Untervaz (Grisons) coupe le cours de la rivière et inonde le village et les champs.

4 / 5 juin 1868 - Terrible grêle dans le Haut Lauchetal en Thurgovie, ainsi qu'à Wetzikon.

 

30 juillet 1868 - Trombe sur le lac de Morat.

4 et 11 août 1868 - 
Orages avec inondations à Vevey (?)

 

16 / 17 août 1868 - Alors que le niveau du Rhône est déjà très haut en Haut-Valais, un terrible orage frappe la région de Viège dans la nuit de dimanche à lundi. Le contrecoup de cet orage se fait sentir jusqu'au bords du Léman.

La ville de Viège est fortement inondée, avec localement de l'eau jusqu'au premier étage des maisons. Rarogne est également inondée, ainsi que Fully et Le Bouveret.

Le niveau du lac Léman monte sensiblement les jours suivants.

Septembre 1868 - Chaud. Moyenne 16.6°C à Lausanne.

 

28 septembre au 1er octobre 1868 - Pluies et inondations

D'énormes pluies orageuses se succèdent jour après jour sur la chaîne des Alpes; le 29 septembre il tombe 122 mm à Thusis dans les Grisons; du 1er au 3 octobre il tombe 320 mm dans la région du Gothard. La plupart des fleuves et affluents naissant dans les Alpes sont en crue.

Il y a aussi de très fortes inondations en France, notamment dans les bassins de la Garonne et de la Loire.


 
30 juillet 1869
:
Gros orage à Lenk dans l'Oberland bernois entre 19 h et 20 h; le village est inondé et les routes coupées.

Posté par rodac à 19:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

Chronologie de 1870 à 1879

 

Durant l'hiver 1870, un orage a frappé la région lémanique au coeur de l'hiver, avec une activité électrique digne d'un plein été. Cet évènement a été rappelé lors du formidable orage qui toucha la région lémanique le 6 janvier 1906.

L'année 1870 est très sèche durant l'hiver, le printemps et l'été; les petits cours d'eau et les puits sont à sec. En juin et juillet, aucune pluie sérieuse ne permet d'atténuer la sécheresse. Le Rhône reste part contre assez haut car la chaleur fait fondre beaucoup de neige dans les Alpes.

 

Juin et juillet 1870 sont très chauds (moyenne à Lyon de 19.5°C pour juin, 22.7°C pour juillet).

 

L'hiver 1871 est glacial; l'armée du général Bourbaki, épuisée et cernée par les Prussiens, est internée et désarmée en Suisse du côté de Sainte-Croix, avec près de 800 000 hommes.

 

Le 19 juillet 1871, un gros orage a concerné Genève avec de la grêle et une foudre incessante. De gros orages sont signalés aussi à Lyon et ses environs. Le lendemain, il y a à nouveau de gros orages, cette fois sur la Savoie et le Jura. Un pont est emporté près de Saint-Jean-de-Maurienne. La foudre provoque le grand incendie de Bassecourt près de Delémont.

Septembre 1871 - Chaud. Moyenne 17.4°C à Lausanne.

Novembre et décembre 1871 sont très froids.

 

Le printemps 1872 est plutôt doux (moyenne 6.1°C en mars, 9.5°C en avril, 12.3°C en mai à Lausanne).

 

4 juillet 1872 - Il y a plusieurs trombes sur le lac de Constance.

30 juillet 1872 - L'ouest lémanique est affecté par une énorme grêle. A Nyon, les arbres sont dépouillés de leurs feuilles, les vignes sont anéanties, on évacue les grêlons par charrettes entières. Perroy et Allaman sont très touchés, Rolle un peu moins. Les villages du pied du Jura ont été épargnés.

 

9 décembre 1872 - Une violente tempête secoue la Suisse centrale, vers 18 h, tout particulièrement le Muotathal. La tempête s'accompagne de pluie mêlée de neige, mais aussi d'éclairs et de tonnerre...

Un jour plus tôt, le dimanche 8 décembre, une très violente tempête a secoué l'Angleterre et occasionné de nombreux dégâts.

 

Mars 1873 - Doux. Moyenne 7.1°C à Lausanne.

31 mai 1873 - Il neige jusqu'à 500 mètres d'altitude autour du Léman !


13 au 14 juillet 1873 - 
Dans la nuit, orage sur Genève avec pluie torrentielle et surtout une activité électrique incessante.

 

27 et 28 juillet 1873Deux épisodes orageux majeurs sur toute la région

La première vague orageuse frappe de bonne heure le matin du 27 juillet, et fait suite à une chaleur accablante.

A 7 h 45, un orage "épouvantable" frappe Chambéry et sa région, la foudre fait une victime.

A Genève, l'obscurité était telle qu'il fallait "rallumer le gaz dans les hôtels". L'orage se dirige ensuite vers la Broye, où la foudre fait des dégâts et la grêle hâche les cultures.

Le 28 juillet, une nouvelle vague orageuse, toute aussi forte, balaye la région. La grêle est très abondante dans la région de Fribourg, à tel point que le lendemain matin, il reste encore de nombreux dépôts de grêlons au sol.

 

Septembre 1873 - Sec. Il tombe 20.9 mm à Lausanne.

 

Les premiers mois de l'année 1874 sont très secs.

Avril 1874 - Chaud ! (moyenne 11.4°C à Lausanne)

22 juin 1874 -  Enorme orage sur Lyon. Certains grêlons pesaient jusqu'à 500 grammes. Tous les ciels-ouverts ont été pulvérisés.

Juillet 1874 est très chaud (moyenne à Lyon 22.1°C).

6 au 15 juillet 1874 - Il fait très chaud. Il y a des orages presque tous les jours au Rigi (cité par Gustave Flaubert).

mais août 1874 est très frais (moyenne 17.6°C à Lyon).

 

Avril 1875 - Très doux (moyenne 10.0°C à Lausanne).

Mai 1875 - Très chaud (moyenne 16.8°C à Lausanne !)

 


Nuit du 7 au 8 juillet 1875
  - Un orage resté longtemps gravé dans la mémoire des Genevois

un article paru 50 ans plus tard, en 1925, a commémoré l'évènement sur une grande page !

Après une journée de chaleur étouffante, les hostilités ont commencé peu avant minuit, avec l'apparition des premiers éclairs sur le Bugey, qui rapidement vont embraser le ciel. "on se serait cru en plein jour".

Une heure plus tard c'est une grêle monstrueuse qui s'abat sur la ville, certains grêlons pèsent jusqu'à 300 grammes et arborent de curieuses formes en "tranches de citron". Toutes les récoltes ont été anéanties et les oiseaux morts se récoltent "à pleines corbeilles". On ne compte plus le nombre de cheminées et de tuiles cassées, ni les vitres qui ont volé en éclats.

La région d'Annemasse a aussi été très touchée, le Pays de Gex un peu moins.

Parallèlement, au même moment, un autre très gros orage sévissait du côté de Lucerne.

 

Juillet 1875 - Il tombe 175 mm de précipitations à Lausanne.

 

18 au 27 septembre 1875 - Il fait très chaud.

La moyenne de septembre 1875 est de 17.0°C à Lausanne, avec 22.3 mm en 7 jours.

29 septembre 1875 - éclipse partielle de soleil.

 

12 mars 1876 - Suite aux pluies continuelles, il se produit des inondations à Lausanne, notamment dans la vallée du Flon.

14 avril 1876 - Gel. Il fait -2.1°C à Lausanne.


24 juillet 1876 - l'orage soulage la sécheresse

Les orages arrivent après de fortes chaleurs et dans une période d'importante sécheresse.

Un orage provenant de Genève se dirige sur Lausanne, avec un fort vent, perturbant diverses festivités.

La ville de Neuchâtel est frappée par deux orages, le premier dans la nuit, le deuxième l'après-midi, accompagné de grêle.

Un incendie détruit entièrement le village d'Albeuve (Intyamon, Gruyère).

 


18 août 1876 - Gros orage de 21 h à 23 h sur Lausanne, avec pluie torrentielle et une très forte activité électrique intranuageuse. L'orage ne semble pas avoir fait trop de dégât.

21/22 août 1876 -  violent orage à minuit sur Genève.

 

L'hiver 1877 est pluvieux et surtout très doux ! A Bâle, on ne compte pas une seule journée sans dégel, ce qui est exceptionnel. Il faudra attendre 2014 pour voir un tel fait se reproduire...

L'hiver est par contre extrêmement rigoureux en Scandinavie. Oslo enregistre une moyenne de -9.5°C pour décembre, -8.9°C pour février, -5.3°C pour mars et +1.2°C pour avril...


Mai 1877 - Il tombe 237 mm de précipitations à Lausanne.


L'année 1877 est une année fortement orageuse. Le 1er juin, une violente tempête orageuse balaie toute la région. Cette tempête, souvent qualifiée "d'ouragan", va sévir loin vers l'est, jusqu'à Vienne et à Budapest...

 

5 /  6 juin 1877 - Vague d'orages successifs:

à 18 h le 5 juin un premier orage arrive sur Genève, la foudre s'abat en pleine ville; à 19 h l'orage atteint Yverdon avec une très forte grêle, des milliers de vitres sont brisées et des arbres sont dépouillés de leurs feuilles. La région de Morges est fortement touchée. A Montricher la grêle a haché toutes les cultures, "il ne reste rien". A Orbe et La Sarraz, la vigne "n'a plus un bourgeon".

A 0 h 30 un nouvel orage arrive "derechef" sur Genève, la foudre démolit une arcade entière;

à 4 h 25 un troisième orage sévit et la foudre provoque des dégâts sur les horloges électriques de la ville

 


21 / 22 août 1877 - Nuit électrique et pluies "tropicales" !

Après 3 jours de chaleur accablante, de l'orage va sévir de manière incessante de 17 h à 23 h sur la région genevoise. La ville restera cependant à l'écart des pluies tout en étant "cernées d'éclairs"

A 20 heures l'orage touche Lausanne, avec là aussi une activité électrique incessante, et des pluies torrentielles (sans trop de dégât). Après l'orage il faisait "presque aussi chaud qu'avant" !

Moudon connaît aussi une "pluie tropicale" qui provoque des inondations. La foudre provoque des incendies dans la région.

 

 

30 / 31 août 1877

Orages très électriques sur Fribourg et sur la Broye à 19 h le 30 le 30. De nouveaux orages avec une activité électrique énorme touchent la région d' Estavayer à Morat. Il y a de nombreux incendies dus à la foudre

A 4 heures la nuit du 31 un autre orage sévit sur le Gros-de-Vaud et sur le Vully, avec dégâts de foudre. La température n'a que peu baissé suite à l'orage

 

8 / 9 septembre 1877 - Encore une nuit électrique

A 17 heure, violent orage à Lausanne avec une forte activité électrique et un peu de grêle.

Durant la nuit un autre a "tenu tout le littoral lémanique" et a persisté jusqu'au petit matin.

Enfin, à 21 h le 9 septembre, un troisième orage frappe Lausanne, avec de fréquents coups de foudre en pleine ville.

 

Fin décembre 1877 - Très forte bise

A Versoix, la très forte bise projette continuellement contre le quai une barque chargée de marchandises, et la démolit entièrement.

 

20 avril 1878 - Un coup de galerne meurtrier provoque la disparition de 322 marins pêcheurs le long de la côte Cantabrique.

 

22 juillet 1878 -  Orage de grêle touchant Yverdon. L'orage est également violent à La Chaux-de-Fonds.

A 20 heures, un orage sur le Cornettes-de-Bise et la Dent d'Oche, formidable "tant les éclairs se succédaient avec rapidité". L'orage finit par dévaler, et déverse une forte averse de grêle sur le lac. A 21 heures Vevey subit une pluie diluvienne qui inonde les rues.

Genève, en revanche a été épargnée.

 


20 février 1879  - Tempête historique !

Journée de cauchemar sur tout le Léman: une énorme tempête, régulièrement qualifiée d' "orage", balaye toute la région. On ne compte plus le nombre de cheminées arrachées, de tôles et de toits envolés, etc. Cette tempête est aussi un désastre forestier par le nombre d'arbres brisés et jetés à terre.

A Genève, les gens se cramponnent pour ne pas être emportés. La tempête génère sur le lac des vagues effrayantes, qui provoquent de nombreux naufrages (dont 7 disparus au large de Vevey dans une même embarcation), et défoncent les quais et les jetées, surtout de Lutry à Vevey.

 

18790220

 

2 avril 1879 - Très violent orage sur la ville de Berne.  Les mois d'avril et mai sont très frais et très pluvieux.

10 / 11 juin 1879 - Orage furieux à Villefranche-sur-Saône et à Mâcon; les vitres sont brisées et il faut évacuer les grêlons à la pelle.

 

Juillet 1879 - Pluvieux et frais

Le mois de juillet 1879 est particulièrement froid et pluvieux (17.9°C à Lyon pour 148 mm, 16.0°C à Lausanne pour 171 mm). Le mois d'août 1879 est par contre beaucoup plus chaud (moyenne 21.8°C à Lyon).

 

6 août 1879 -  Un orage débute sur la Savoie puis se dirige vers les préalpes Vaudoises puis le Simmental dans l'oberland Bernois où il se déchaîne. Les ponts sont détruits autour de Lenk. De la grêle est signalée plus en avant autour du Stockhorn.


15 août 1879

Gros orage à 17 h sur le Pays de Gex et la Côte, avec des pluies d'une intensité exceptionnelle; la rivière du Boiron déborde et inonde tout sur son passage.

Avant l'orage, le ciel était "terne et voilé" et rappelait par son allure l'orage mémorable du 7 juillet 1875.

Dans les localités de Nyon, Arnex, Céligny, Crassier, Borex et Divonne, on parle volontiers de "jamais vu".

 

3 et 4 décembre 1879 - Orages

Après une première période de temps très froid, une incursion de temps perturbé amène des orages au nord des Alpes.


5 décembre 1879 - "L'ouragan"

Toute la région est à nouveau balayée par une tempête exceptionnelle...

La rafale s'accompagne de tonnerre et d'éclairs; le vent souffle la neige qui est "lancée sur le vitres des maisons tels des projectiles glacés". A Belfaux près de Fribourg, une rafale brise la flèche de l'église.

Partout autour du lac, il y a nombreux dégâts aux forêts ainsi qu'aux embarcations sur le lac, qui viennent ainsi s'ajouter à ceux de la tempête de février. En certains endroits les dégâts sont même pires. A Lutry, la jetée qui venait juste d'être reconstruite est à nouveau démolie !

18791205

 

Décembre 1879 - Vague de froid historique !

De l'air glacial fait suite à la tempête du 5 décembre, augurant une des plus puissantes vagues de froid de l'histoire !  

La vague de froid perdure jusqu'à la fin de l'année. Les lacs de Neuchâtel et d'Annecy gèlent entièrement !

Le 8 décembre il fait -13.8°C à Lausanne.

Le 9 décembre il fait -14.2°C à Lausanne, pour un maximum de -9.6°C.

Le 10 décembre il fait -27.7°C à Berne et -18°C à Lyon.

Posté par rodac à 19:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,


L'année 1880

Début janvier 1880 - Redoux et débâcle

Le fort redoux qui se produit après la vague de froid exceptionnelle de décembre 1879, provoque une très forte débâcle dans les cours d'eau; le Rhin et le Main ont rompu leurs digues.

Le mois de janvier 1880 reste très froid, avec une moyenne de -3.5°C à Lausanne.

 

16 mars 1880 -le tonnerre "se fait entendre de bonne heure cette année". Un violent orage avec éclairs et grêle touche La Chaux-de-Fonds.

 

5 et 6 mai 1880 - époside orageux

Le 5 mai, sur la région genevoise, la grêle touche les localités de Meinier, Gy et Chêne-Bougeries. Le Salève est blanchi par la grêle. En soirée, dans l'est vaudois, c'est au tour de Gryon de se faire blanchir par une épaisse couche de grêle.

Le 6 mai, à 16 heures, un orage provoque un violent coup de vent à Clarens et fait chavirer un bateau; à 17 heures un autre orage envoie de la grêle sur la région de Cossonay, sans trop de dégât.

 

15 au 18 juin 1880 -  vague de 3 orages successifs

En journée du 15 juin, en journée du 16, puis enfin dans la nuit du 17 au 18 juin, trois vagues d'orages violents balaient la région. La Gruyère et l'Intyamon sont les endroits les plus touchés; la Sarine est en crue.


25 juin 1880 -  Orage de grêle sur le Chablais savoyard, touchant les communes de Seytroux, le Biot et Saint-Jean-d'Aulps

 

20 juillet 1880

Orages vers 20 h 30 du bassin lémanique au Jorat, au Gros-de-Vaud et au pays fribourgeois.

A Lausanne, la soirée est aussi très orageuse, dans la soirée les éclairs ont intensément illuminé le ciel accompagnés de tonnerre fracassant; il n'y a pas trop de dégât.

En revanche, dans la ville de Fribourg et ses environs, l'orage a été d'une violence inouïe avec des grêlons gros comme des noix, qui ont tout dévasté.


26 juillet 1880: Orage sur le lac de Bienne, dégâts dus au vent et plusieurs embarcations en péril. Un orage plus modéré touche la ville de Thonon-les-Bains. Le lendemain la pluie persiste toute la journée.


22 / 23 octobre 1880 - un orage "déplacé du mois de juillet"

Vagues d'orages sur une bonne partie de la Suisse. En cours de journée la montée de température a été remarquable. Il y a eu des dégâts dus à la foudre. Le lendemain la pluie persiste toute la journée.

Les éclairs illuminent le ciel tout autour de Lausanne; dans cette même ville, le Flon gonfle et provoque des inondations sur ses berges.

 

Posté par rodac à 19:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

L'année 1881

15 au 25 janvier 1881 - Forte vague de froid

Le 23 janvier, il fait -23.0°C à Frauenfeld.

Le 24 janvier il fait -14.6°C à Saint-Genis-Laval.

 

Le printemps est doux (moyenne 6.3°C pour mars, 9.1°C pour avril et 12.8°C pour mai à Lausanne).

 

5 juin 1881 -  Orage à Vevey à 18 h 30, avec coups de foudre sur la ville.

24 et 25 juin 1881 -  Episode orageux. Le 24, à 21 h, deux colonnes de grêle affectent le Gros-de-Vaud et la région d'Aigle. Les grêlons atteignent parfois la taille d'une noix, mais sont fortement mêlés de pluie.

En Valais, en même temps que le grand incendie d'Isérables, de violents orages frappent la vallée du Rhône; la grêle s'abat sur les région de Leytron et de Chamoson, et de nombreux torrents sont en crue.



21 juillet 1881 - le grand incendie de La Praz

Après plusieurs jours de chaleur excessive, les orages sont de retour sur toute la région. Vers 16 h - 17 h une colonne de grêle, accompagnée de violentes rafales de vent et de foudre, longe le pied du Jura, détruisant les moissons et arrachant des arbres en de nombreux endroits. La foudre s'abat sur le village de La Praz, près de Mont-la-Ville, et détruit la moitié du village, le feu étant attisé par un fort joran.

Le soir, un terrible orage, avec rafales, grêle et foudre, sévit sur la ville de Berne.


21 / 22 septembre 1881  - l'orage "équinoxial"

Dès 22 heures et durant la nuit, une puissante vague orageuse frappe la région de Lausanne, Morges et Pully. Il n'y pas de grêle mais par contre les rafales font de nombreux dégâts, notamment des chutes d'arbres. Des dalles sont arrachées sur le quai d'Ouchy par les vagues, et plusieurs bateaux sont coulés.

Le mois d'octobre est glacial; comparable à celui de 1974.

Posté par rodac à 19:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

L'année 1882

Mars 1882 est très doux (moyenne 7.4°C à Lausanne).

26 juin 1882 -  Violents orages à Aigle, ainsi que sur la Gruyère.

 

11 / 12 juillet 1882 - "le ciel est en feu" !

La nuit précédente, celle du 10 au 11 juillet, a été très orageuse en Valais, autour de Sion.

Dès 20 h 30 le 11 juillet, le ciel devient très noir sur le Léman. Les premières averses ne sont pas très fortes au départ, mais s'ensuit un déluge une bonne partie de la nuit, de violentes rafales et une activité électrique hors du commun. A Lausanne l'orage a rappelé, de par son intensité, la tempête du 20 février 1879.

L'été 1882 est frais et pluvieux, et les nombreuses pluies se prolongent à l'automne.

 

Septembre et octobre 1882 - Très pluvieux !

Il tombe 158 mm en septembre et 168 mm en octobre à Lyon.

 

29 octobre 1882 - Suite aux fortes pluies, il y a de nombreuses inondations à Lyon. Plus en aval, le Rhône a largement débordé.

 

L'année 1882 est restée "tristement célèbre" pour ses intempéries et ses nombreuses inondations dans une bonne partie de l'Europe.

Posté par rodac à 19:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

L'année 1883

Au début de l'année 1883, il y a des inondations dans la Vallée de Joux.

 

5 juin 1883 -  Violent orage l'après-midi sur les régions de Rolle et de Morges, avec de la grêle et de la foudre.

16 juin 1883 - Tornade (EF1) aux Avenières (Isère) (source: Keraunos)

6 juillet 1883 -  Fort orage sur La Côte. A Genolier, le sol est blanchi de grêlons; les dégâts sont limités car la grêle est de petite taille. Un autre orage violent touche le district de la Veveyse fribourgeoise.

Les mois de juin et juillet 1883 sont frais et nébuleux; août par contre est très ensoleillé.

31 juillet, 4 et 8 août 1883: Les orages concernent plutôt le Nord Vaudois, la Broye et le Seeland.

 
13 / 14 août 1883 - de l'orage toute la nuit

Après une journée de forte chaleur, gros orage en soirée sur Genève le 13. La grêle frappe au sud de la ville. Il y a beaucoup de foudre. Un deuxième orage frappe dans la nuit et la pluie persiste toute la nuit.


14 / 15 août 1883 - de l'orage toute la nuit, bis repetita

Nouvelle vague d'orages sur Genève, peu après-minuit puis à 1 h du matin le tonnerre gronde en continu. Un dernier orage frappe vers 9 h du matin avec quelques grêlons.

A Lausanne, plusieurs orages se succèdent durant la nuit, le tonnerre "réveille la moitié de la ville". A 8 heures, nouvel orage sur Lausanne, avec averse diluvienne. Un surprenant "torrent" déferle sur la rue Mercerie suite à la rupture d'une coulisse.

Les plus fort orages ont sévi le long du pied du Jura.

 

27 août 1883 - Eruption du Krakatoa.

L'éruption du volcan, dans le détroit de la Sonde en Indonésie, qui avant commencé en mai, atteint son paroxysme avec une gigantesque explosion; les particules envoyées dans l'atmosphère vont avoir une influence sur le climat avec une baisse momentanée de la température.

18830826

 

26 novembre 1883 - D'étonnantes lueures crépusculaires très rougeoyantes sont observables en soirée sur une grande partie de l'Europe. Ce phénomènes est dû aux particules de poussières émises par l'éruption du Krakatoa en août.

 

Décembre 1883 - Sombre déprime... Lyon n'a que 10 heures de soleil pour tout le mois !  Tous les mois d'octobre 1883 à février 1884 souffrent d'un cruel déficit d'ensoleillement.

Posté par rodac à 19:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

L'année 1884

Février 1884 est très doux.

Mars 1884 est très doux, ensoleillé et sec (moyenne 7.2°C à Lausanne).

18 mai 1884 -  Ce dimanche, l'orage arrive sur le coup de 15 heures. La région de Lausanne, le Gros-de-Vaud et le Jorat sont les plus concernés. L'orage arrive rapidement à Lausanne, surprenant les gens en train de pique-niquer au parc de Sauvabelin; il tombe de la grêle à Bottens, et plusieurs dégâts de foudre sont signalés également.

Après un mois de juin très froid, l'été s'installe et les mois de juillet et d'août bénéficient d'une chaleur assez constante.


8 juillet 1884 - 
Après une matinée étouffante, 2 gros orages frappent Genève à 16 h et 17 h. Grosse activité foudre, grêlons comme des cerises et très forte pluie.

En Valais, la foudre provoque un incendie de forêt près de Rarogne.


11 juillet 1884 -  Orages sur Genève, la foudre provoque l'arrêt des horloges électriques, et quelques poteaux télégraphiques sont démolis.

 

15 au 19 juillet 1884 - Semaine très orageuse

Le mardi 15 juillet, à 3 h 30 du matin, la ville de Fribourg est "réveillée en sursaut" par un concert céleste et un ciel sillonné d'éclairs, le tout sans une goutte de pluie ! La foudre fait des dégâts.
Le mercredi 16 juillet, il y a un fort orage à La Chaux-de-Fonds

Le jeudi 17 juillet c'est surtout le Valais qui est concerné, avec fort orage à Conthey. Un nouvel incendie de forêt est provoqué par la foudre entre Rarogne et Bietsch en Haut-Valais.

Enfin, le samedi 19 juillet, c'est surtout la Basse-Broye qui est concernée par les orages.

 

20 juillet 1884 - Il y a 3 trombes sur le lac de Zurich.

 

4 août 1884 -  A Gryon, à 17 heures, le beau ciel bleu est très vite remplacé par un ciel d'orage; cette soudaineté a surpris les habitants; la foudre fait des dégâts. D'autres orages touchent la Chaux-de-Fonds et le val de Saint-Imier à 16 h et à 23 h.

6 août 1884 -  la foudre provoque le grand incendie de Villard-Lurin, en Tarentaise.

Du 7 au 10 août la chaleur est particulièrement intense.

14 août 1884 -  Orage sur la Broye et le Jorat.

Posté par rodac à 19:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,