30 mars 2009

Chronologie météorologique

 

 

Voici la chronologie météorologique !

 

Cette chronologie a en grande partie pu être reconstituée grâce aux archives de journaux mises en ligne, à savoir:

- la Feuille d'Avis de Lausanne (24 Heures)

- la Tribune de Genève

 

Certains évènements proviennent parfois aussi des sources suivantes:

- Climat et météorologie de la Suisse Romande, Max Bouët

- "Quel temps", Guillaume Séchet

- Diverses revues et récits, faits parfois à la main

 

Les évènements sont classés dans l'ordre chronologique, année par année dès 1880. Pour rechercher une année particulière, il suffit d'aller dans l'outil de recherche du blog.

 

Dès l'année 1983, j'ai pu y apporter mes observations personnelles, puis dès 2008 commencent les récits détaillés de mes chasses à l'orage !   Avant cette année, je n'ai pas fait beaucoup de photos. En revanche, j'ai fait des vidéos de quelques orages en 1993 et 1994.

 

Bonne lecture !

 


Voici pour l'instant les plus anciens évènements "lémaniques" et régionaux que j'ai pu trouver dans les annales:

 

563 - La tragédie du Tauredunum: Tsunami sur le lac Léman

De nombreux récits convergent sur l'occurrence en l'an 563 d'un énorme effondrement d'une montagne ayant occasionné la disparition du lieu dit Tauredunum, ainsi qu'un tsunami sur le lac Léman, ravageant ses côtes. La hauteur de la vague est estimée à 13 mètres à Lausanne, 8 mètres à Evian, 4 mètres à Nyon et 8 mètres à Genève. Dans cette dernière, selon Grégoire de Tours, l'eau a envahi la ville basse après avoir débordé les murs d'enceinte.

La localisation de l'éboulement est encore sujette à discussion, mais il est probable qu'il provienne du Grammont en direction de la plaine, sur lequel se trouve actuellement le village des Evouettes.

 

Les années 1315 et 1316 sont pourries, froides et pluvieuses à souhait, avec de graves conséquences pour l'agriculture et la subsistance.

1356 - La ville de Bâle est en partie détruite par un violent séisme.

 

Le printemps et l'été 1527 sont froids et humides. Il gèle fortement fin mars, et le mois de mai est aussi très froid.

L'hiver 1528 est très froid.

printemps et été 1529 - année pourrie

Cette année 1529 est parfois appelée "année sans été", à l'instar de l'année 1816; le temps est resté froid et pluvieux toute la belle saison; les vendanges sont très tardives.

 

1530 à 1541 - le "Sägesignatur"

Pendant 12 ans, ont voit alterner successivement des étés plutôt chauds et secs (années paires) et des étés plus froids et humides (années impaires). Cette configuration a été appelée en Allemagne "Sägesignatur" (signature en dents de scie). Cette "signature" se remarque par les dates de vendanges alternativement précoces et tardives, ainsi que par les cernes des arbres alternativement épais et minces.

En 1530, l'hiver est très doux. Il y a des inondations en Suisse en janvier.

Il y a aussi des inondations à Bâle en juillet.

 

En 1534, l'hiver est glacial. En revanche, l'été est très chaud.

L'été 1536 (année où le pays de Vaud a été investi par les Bernois) est très chaud avec une importante sécheresse.

L'automne est également très chaud et sec.

L'hiver 1538 est très doux.

 

1540 année brûlante

Le printemps, l'été et l'automne 1540 sont d'une chaleur et d'une sécheresse extrêmes, on parle de "l'année du siècle".

Le Rhin est presque franchissable à pied sec. Les vendanges sont très précoces.

 

Le printemps et l'été 1542 sont au contraire glacés et pluvieux; les vendanges sont extrêmement tardives.

 

1545 - L'été et l'automne sont chauds et secs.

L'hiver 1547 est très sec.

1550 - Le printemps et l'été sont très humides.

L'hiver 1551 est glacial.

 

L'été 1555 est frais et humide; l'automne est aussi très pluvieux. Les vendanges sont très tardives.

Le printemps et l'été 1556 sont très chauds, les vendanges sont précoces. L'automne est par contre humide.

 

1559 - Après un hiver doux, le printemps est très chaud. L'été est aussi chaud et surtout très sec. Les vendanges sont très précoces.

1560 - Le printemps est très chaud, par contre l'été est frais et pluvieux.

L'hiver 1561 est très froid.

L'hiver 1562 est au contraire très doux.

 

L'hiver 1565 est précoce et très rigoureux, de décembre à mars; le Rhône gèle à trois reprises à Arles; en Provence les oliviers sont décimés.

L'hiver 1566 est très froid; le printemps est également très froid.

1567 - Toutes les saisons de l'année sont passablement sèches, les vendanges sont précoces.

 

Le printemps 1568 est très froid.

Le printemps 1569 est très froid, encore plus que le précédent. L'automne est en revanche chaud.

Le printemps 1570 est glacial, encore plus froid que les deux précédents. L'été est très humide.

 

L'hiver 1571 est très froid, et aussi très humide; le Rhône gèle en janvier et février.

Le Petit-Lac Léman est partiellement recouvert de glaces.

 

Hiver 1573 - à nouveau un hiver glacial ! Le Rhône est à nouveau gelé; le lac de Constance est pris de glaces pendant 60 jours.

Le printemps et l'été 1573 sont pourris, très froids et pluvieux. L'automne est aussi très froid et humide. Les vendanges sont très tardives.

 

L'été 1579 est pourri, très froid et pluvieux; tous les mois de l'été sont concernés. Cet été passe même pour le plus froid du XVIe siècle sur le plateau suisse. Il y a de nombreuses chasses aux sorcières, accusées du mauvais temps...

Les vendanges sont tardives.

 

1583 - L'hiver est très froid, puis le printemps et l'été sont chauds et secs.

 

Le 3 mars 1584, un énorme éboulement provenant des flancs de la Tour d'Aï ensevelit les localités de Corbeyrier et d'Yvorne et cause de gros dégâts à Aigle. L'éboulement aurait été provoqué par un séisme survenu quelques jours plus tôt.

Il y aurait eu également un tsunami sur le lac Léman.

 

L'été 1584 est frais, et surtout extrêmement humide.

 

L'hiver 1585 est très sec.

En mai 1585, un orage de grêle frappe Boudry près de Neuchâtel; on a accusé les sorcières d'être responsables de ce fléau...

L'été 1585 est froid est très pluvieux. Les vendanges sont tardives et les moissons mauvaises.

16 juillet 1586 - Trombe sur le lac de Zurich.

Le printemps et l'automne 1586 sont frais et humides. Les moissons sont mauvaises.

 

L'hiver 1587 est très froid et humide; le printemps 1587 est aussi très froid. Les vendanges sont tardives et mauvaises. L'automne est aussi froid.

Le printemps 1588 est très sec, mais l'été 1588 est pourri, très froid et très pluvieux. Les vendanges sont très médiocres.

Les tempêtes répétées en août et septembre mettent à mal l'invincible armada espagnole dans le Golfe de Gascogne...

L'hiver et le printemps 1589 sont très secs, mais l'été 1589 est pourri, glacé et pluvieux, comme l'année précédente. Les vendanges sont à nouveau très médiocres.

8 septembre 1589 - La rupture du barrage glaciaire de Mattmark (Valais) inonde la vallée de Saas.

1590 - enfin une belle année, le printemps, l'été et l'automne sont plutôt chauds et secs.

 

L'hiver 1593 est très froid; l'été 1593 est froid et humide.

L'été et l'automne 1594 sont froids et pluvieux. Le mois de mai a aussi été très froid, avec des gelées notables le 22 mai.

La Toussaint est "en eau et en larmes"... Il y a beaucoup d'inondations.

 

L'hiver 1595 est glacial; la plupart des fleuves d'Europe sont pris de glaces, dont le Rhône.

L'hiver se prolonge loin vers le printemps; les mois de mars et d'avril sont particulièrement froids et neigeux; ainsi, à Lucerne, la neige ne disparait en ville que vers la fin d'avril. Le printemps est une hécatombe pour les hirondelles.

 

L'été 1596 est froid et surtout extrêmement pluvieux.

L'été 1597 est aussi froid et très pluvieux.

L'hiver 1598 est très froid et très humide, le printemps 1598 est aussi très froid.

L'été 1599 est chaud et sec, les vendanges sont précoces. L'automne 1599 est extrêment chaud et sec.

 

L'hiver 1600 est très froid. Le printemps 1600 est aussi très froid. Les vendanges sont très tardives.

L'hiver 1601 est très froid, le printemps 1601 est glacial, encore plus froid que l'année précédente. L'été est frais et humide; les vendanges sont très tardives.

16 ou 18 septembre 1601 - Violent séisme dans les Alpes. L'épicentre se situe sur les hauteurs d'Uri et Unterwald. Il y a des dégâts à Zurich; la secousse a été ressentie jusqu'à Francfort et à Munich. Le cours de la Reuss s'en trouve modifié par endroits.

Dans le Lac des Quatre-Cantons, il se produit un glissement immergé de terrain, qui engendre un tsunami de 4 mètres de haut, et qui inonde la ville de Lucerne.

 

11 / 12 décembre 1602 - Lors de la "Nuit de l'Escalade", à Genève, le temps est froid, brumeux et sans neige.

L'hiver 1603 est très froid.

Le printemps 1603 est par contre extrêmement chaud et très sec, c'est le printemps le plus chaud du XVIIe siècle sur le plateau suisse. L'été et l'automne 1603 sont aussi très chauds. Les vendanges sont très précoces.

1604 et 1605 - Le printemps et l'été sont plutôt chauds.

 

L'hiver 1607 est très doux, le printemps 1607 est très sec.

 

1608 - le "grand hyver"

L'hiver 1608 est très long et très rigoureux; il a été longtemps surnommée "le grand hiver". Le Rhin a été pris par les glaces. Cet hiver est également très humide.

L'été 1608 est pourri, très froid et pluvieux.

Cependant, les 1er et 2 août 1608, il survient un brutal coup de chaleur. Dans la Beauce, plusieurs travailleurs sont morts dans les champs à cause de la chaleur.

 

L'hiver 1609 est au contraire extrêmement doux et sec.

L'été 1609 est extrêmement humide.

 

1610 - Le printemps est très sec, mais l'automne est très humide.

Le printemps 1611 est très chaud, mais surtout extrêmement sec. C'est le plus sec du XVIIe siècle sur le plateau suisse.

L'été 1611 est chaud; les vendanges sont précoces.

 

L'hiver 1613 est extrêmement doux, c'est le plus doux du XVIIe siècle sur le plateau suisse. Le printemps, l'été et l'automne de 1613 sont par contre assez frais.

L'hiver 1614 est au contraire glacial, l'un des plus froids du XVIIe siècle sur le plateau suisse.

Le printemps 1614 est également glacial, tout particulièrement le mois de mars.

L'été 1614 est très frais; les vendanges sont tardives.

 

L'été 1615 est plutôt chaud.

L'hiver 1616 est très froid.

L'été 1616 est très chaud et très sec; les vendanges sont très précoces et les récoltes "idéales".

L'hiver 1617 est très doux.

L'été 1618 est froid et humide.

 

L'hiver 1621 est froid; l'été 1621 est pourri, très froid et pluvieux. Les vendanges sont très tardives et les récoltes très mauvaises.

 

L'hiver 1623 est très froid et surtout très long. De Nombreux cours d'eau sont pris par les glaces.

L'été 1623 est en revenche très chaud et extrêmement sec. Les récoltes sont précoces.

Une grande sécheresse survient de la Saint-Jean à la Toussaint (paroisse de Charnay, Rhône).

 

L'hiver 1624 est à nouveau très froid.

 

En 1624, il y a eu une tornade dans la Vallée de Joux, venue de Bois-d'Amont. Cette tornade a été citée dans les études faites sur la tornade de 1890, pour sa trajectoire semblable.

 

L'hiver 1625 est très doux.

L'été 1625 est par contre très frais; les moissons sont mauvaises.

Fin mai 1626, il y a pendant 8 jours des températures "de plein hiver". Le reste de la saison est par contre très correct.

L'automne 1626 est extrêmement sec.

 

Toute l'année 1627 est froide

l'hiver 1627 est froid et très neigeux;

le printemps 1627 est glacial est très humide,

l'été 1627 est très frais et pluvieux, l'automne est aussi très frais. Les vendanges sont très tardives.

 

1628 - encore une année très froide; cette fois l'hiver est doux et pluvieux;

le printemps 1628 est très froid.

l'été 1628 est des plus pourris, très froid et pluvieux. C'est l'été le plus froid du XVIIe siècle sur le plateau suisse.

L'automne 1628 est aussi très froid et pluvieux. Les vendanges sont très tardives.

 

L'été 1630 est plutôt chaud et sec sur le plateau suisse, les vendanges sont précoces.

Il a en revanche été très défavorable aux récoltes dans l'ouest de la France.

 

L'hiver 1633-34 est froid est sec. L'automne 1634 est chaud est surtout très sec.

 

Le printemps 1636 est très chaud et très sec. L'été 1636 est chaud, appelé "l'année du Cid";

les vendanges sont très précoces.

Les printemps et étés 1637 et 1638 sont également chauds et plutôt secs, très favorables. Les vendanges sont très précoces ces deux années.

 

1639 - L'hiver est très doux; l'été est par contre très froid.

1640 - le printemps et l'été sont passablement frais.

1643 - l'hiver est froid, le printemps très froid. L'été est par contre assez chaud.

 

Juin 1644 - Après plusieurs mois de temps anormalement froid, il fait subitement très chaud.

Les glaciers alpins sont très gros; ainsi, dans la vallée de Chamonix, la Mer de Glace n'est qu'à 300 mètres de l'Arve, menaçant de barrer son cours. Plusieurs hameaux sont écrasés par l'avance du glacier. Les glaciers du Tour, d'Argentière et des Bossons sont également très gros.

 

28 janvier 1645 - Il se produit une violente tempête en Savoie, de nombreux arbres sont jetés à terre.

L'hiver 1645 est froid; l'été 1645 est par contre chaud et très sec.

L'été 1646 est aussi chaud et sec.

 

L'hiver 1648 est assez "agressif", alternant brutalement les période de froid et de douceur.

L'été et l'automne 1648 sont assez frais; l'été est assez humide.

 

L'hiver 1649, "l'année du Roi Charles", est très froid. De nombreux cours d'eau sont pris de glaces.

Le printemps 1649 est glacial et humide; l'été 1649 est passablement frais et humide, très défavorable aux récoltes.

L'hiver 1650 est au contraire très doux.

L'été et l'automne 1650 sont humides. Les pluies sont très fréquentes du mois d'août à décembre (Saint-Fargeau, Yonne).

 

28 janvier 1652 - Trombe sur le Greifensee.

L'automne 1652 est très chaud et extrêmement sec.

L'hiver 1653 est très froid.

 

L'hiver 1656 est rigoureux.

Le 10 juin 1657, la foudre s'abat sur la cathédrale de Lausanne, et incendie une aiguille de la tour du beffroi.

 

L'hiver 1658 est froid et neigeux.

L'automne 1659 est très humide.

 

L'hiver 1660 est très froid. Le Rhône est pris de glaces.

Le printemps 1660 et chaud et l'été 1660 plutôt sec sur le plateau suisse. Les vendanges sont précoces.

L'été 1660 est par contre très pluvieux dans l'ouest de la France, où les mauvaises récoltes entraînent une famine.

L'hiver 1661 est très doux; le printemps et l'automne 1661 sont chauds et secs sur le plateau suisse, l'été normal. Les vendanges sont précoces.

En revanche, le printemps et l'été 1661 sont à nouveau très humides sur l'ouest de la France, notamment en Anjou, au point qu'on le compare volontiers aux années 1315-1316.

 

L'hiver 1663 est très froid et long.

Le printemps 1663 est chaud et sec, mais l'été 1663 est frais et humide.

 

L'hiver 1665 est très froid.

 

L'été 1666 est très chaud et sec.

Il y a une sécheresse extrême en Angleterre, la Tamise est très basse. La sécheresse attise aussi le Grand incendie de Londres.

 

L'hiver, le printemps et l'automne 1667 sont froids.

 

4 juin 1668 - Violent orage de grêle à Collonges-au-Mont-d'Or (Rhône). Les vignes et les cultures sont ravagées.

 

En mars et avril 1669, il se produit une très forte éruption de l'Etna en Sicile.

L'été 1669 est très chaud et sec.

L'automne 1669 est chaud et très sec.

 

L'hiver 1671 est très doux, et humide.

L'hiver 1672 est froid, et surtout extrêmement sec.

 

Le 7 juin 1674, dimanche de Pentocôte, la foudre s'abat à nouveau sur la cathédrale de Lausanne, et incendie la grande flèche de la tour du beffroi. (rapporté dans la FAL du 24 mai 1925)

 

L'été 1675 est très froid et humide, on parle volontiers de "froid étrange", ou de "saisons changées". Cet été a souvent été évoqué dans les correspondances de Madame de Sévigné en Provence.

Les vendanges sont très tardives, et se font souvent dans la neige !

 

Le printemps 1676 est chaud et très sec.

Le mois de juin 1676 est très chaud et très sec en Angleterre, un peu comme en 1976.

Les vendanges sont précoces. L'automne 1676 est par contre très froid.

L'hiver 1677 est très froid en décembre et durant la première quinzaine de janvier. Plusieurs fleuves sont pris de glaces. Le reste de l'hiver est plus doux.

 

L'hiver 1679 est très froid; le printemps 1679 est aussi très froid; l'été 1679 est plutôt humide.

 

L'hiver 1680 est très doux et sec.

Le printemps et l'été 1680 sont chauds. Il se produit de nombreuses ruptures glaciaires dans les Alpes

L'automne 1680 est très chaud et très sec.

 

L'hiver 1681 est glacial, avec un vent d'est très dominant. Le printemps 1681 est aussi très froid.

L'été et l'automne 1681 sont en revanche chauds et secs sur le plateau suisse.

L'hiver 1682 est au contraire très doux, et très sec.

 

L'été 1683 est plutôt chaud et sec.

 

L'hiver 1684 est glacial et neigeux, surtout de la mi-décembre à début février. Les fleuves et la mer gèle en France, aux Pays-Bas et en Angleterre, paralysant de nombreux bateaux.

l'été 1684 est en revenche chaud et plutôt sec, surtout juin et juillet.

 

L'hiver 1685 est très froid; l'été 1685 est plutôt frais et humide.

Le printemps et l'été 1686 sont plutôt chauds et secs.

L'hiver 1687 est très froid et neigeux.

Le 23 septembre 1687, en Suisse centrale, une partie du delta de la Muota glisse dans le lac des Quatre-Cantons, provoquant un tsunami allant jusqu'à 5 mètres de haut.

 

L'hiver 1688 est très froid et sec; le printemps 1688 est aussi glacial.

L'été et l'automne 1688 sont plutôt frais et humides. Octobre est très froid.

 

L'hiver et le printemps 1689 sont froids.

L'été 1689 est frais et surtout très humide sur le plateau suisse.

La température n'atteint jamais 27°C à Paris de tout l'été.

 

Le printemps 1690 est glacial, pour la troisième année consécutive.

L'hiver 1691 est glacial et très sec. L'été est par contre assez chaud.

 

1692 année épouvantable

Après un hiver très rude et neigeux, le printemps et l'été de 1692 sont glacés et pluvieux;

en octobre 1692, le gel saisit le peu de blé qui reste et les grappes encore vertes dans les vignes...  La disette qui s'ensuit est très importante les deux années suivantes et l'on parle volontiers d'apocalypse...

 

Le printemps 1693 est à nouveau glacial; l'été est en revanche plus favorable.

L'hiver 1694 est très froid; le lac de Constance gèle.

 

L'hiver 1695 est glacial et sec; le Rhône est pris de glaces.

Le printemps 1695 est à nouveau très froid. Les vendanges sont tardives.

 

L'hiver 1697 est à nouveau glacial et sec, le Rhône est à nouveau pris de glaces. Le printemps est aussi froid.

 

L'année 1698 est également une année horrible, avec un hiver rude.

Le printemps et l'été 1698 sont très froids, de même que l'automne, froid et humide. Les vendanges sont très tardives.

 

Le printemps 1699 est absolument glacial, après un hiver rude.

L'été et l'automne sont par contre plutôt favorables.

Enregistrer

Enregistrer