L'hiver 1800 a été froid, mais avec bien peu de neige, notamment à Sainte-Croix. La neige arrive en abondance à la fin février.

Avril et mai 1800 sont très chauds. La moyenne pour avril est de 12.6°C à Bâle et de 12.7°C à Paris. Juin est en revanche très frais. (moyenne 14.2°C à Bâle).

Eté 1800 - Sécheresse

Après un début d'été encore très humide, le temps est extrêmement sec de fin juin à fin août, les pâturages sont "rouges brûlés" (citation du régent Margot)

 

Décembre 1800 - La moyenne est de -3.4°C à Genève, mais de +0.4°C à Bâle...

Janvier et février 1801 sont doux.

Le printemps 1801 est plutôt chaud.

 

13 et 14 juin 1801 - Très froid, il neige beaucoup à Sainte-Croix ces deux jours.

En revanche, le reste de l'été 1801 est globalement très favorable aux cultures.

 

31 juillet 1801 - Orage dévastateur dans la région de Delémont (JU) (source: chronologie jurassienne).

 

L'automne 1801 est très humide.

30 / 31 décembre 1801 -  Suite aux fortes pluies, le Doubs est en crue. Les ponts de Goumois et de Soubey sont emportés par les flots. Le 4 janvier 1802 il y a de nouvelles inondations.

Il y a eu également de gros dégâts à Sainte-Croix, où la pluie a aussi été très abondante. Ces pluies sont suivies les jours suivants d'un gros temps de neige (de très grandes quantités à Sainte-Croix).

 

Le mois de janvier 1802 est glacial (moyenne -5.8°C à Bâle, -1.4°C à Paris)

23 janvier 1802 -  Suite au redoux, à des pluies abondantes et à la fonte des neiges, près de Montreux, la Baye de Clarens déborde et arrache  la route du lac; les chars doivent recourir aux bateaux pour pouvoir franchir cette rivière. (rapporté dans la FAL du 14/07/1922)

 

15 mai 1802 - Il neige à Genève ! (cité dans la FAL du 22.05.1902). Les 17, 18 et 19 mai les gelées sont fréquentes en région de plaine. Le reste du mois est en revanche bien plus favorable; le printemps est sec.

Juillet 1802 est frais (moyenne 16.9°C à Bâle), mais août 1802 est très chaud (moyenne 20.6°C).

 

L'hiver 1803 est très rude (moyenne de -3.0°C en janvier et -3.0°C en février à Bâle). La bise souffle très fort en février. 

avril 1803 est en revanche chaud et très sec. (moyenne 10.6°C à Bâle).

Mai 1803 est très frais (moyenne 10.9°C à Bâle).

Eté 1803 - Sécheresse

Le temps très sec qui perdure tout l'été se prolonge jusqu'au 16 septembre.

Septembre 1803 est très froid (moyenne 11.6°C à Bâle). Octobre 1803 est aussi très froid (moyenne 7.2°C).

 

L'hiver 1804 est très doux, les abricotiers fleurissent en janvier en Valais. (moyenne de 4.4°C à Bâle en janvier).

19 avril 1804 - Retour brutal du froid; à Sainte-Croix, "les fenêtres gèlent".

Mai et juin 1804 sont très chauds (moyenne 15.0°C et 17.8°C à Bâle).

L'été 1804 est très sec, les vendanges sont surabondantes.

 

Toute l'année 1805 est très froide.

L'hiver 1805 est rude (moyenne -1.8°C en décembre, -2.5°C en janvier à Bâle).

Le printemps 1805 est très froid (moyenne 3.2°C en mars, 7.2°C en avril, 11.4°C en mai à Bâle).

L'été 1805 est très frais, avec de nombreuses pluies répétées. (moyenne 14.7°C en juin, 16.5°C en juillet, 16.0°C en août à Bâle).

Les vendanges sont extrêmement tardives.

Octobre et novembre 1805 sont très froids ! (moyenne 5.8°C pour octobre et 0.2°C pour novembre à Bâle).

Décembre 1805 est aussi froid.

 

Janvier et février 1806 sont très doux ! (moyenne 3.6°C pour janvier et 4.1°C pour février à Bâle).

 

28 février au 15 mars 1806 - Après un hiver particulièrement doux, le froid et la neige font un retour brutal, c'est "le plus froid de l'hiver". Fin mars, le retour du chaud provoque une fonte des neiges très brutale aussi.

Avril 1806 - le froid revient brusquement le 1er avril. A Sainte-Croix, il y a fréquemment de la neige. La moyenne est de 6.2°C à Bâle pour avril.

Le 5 mai 1806 il y aurait eu un orage avec inondations catastrophiques à Vevey (J'avais noté il y a longtemps cet évènement qui avait été cité, sauf erreur, dans la feuille d'avis de Vevey. Pour l'instant je n'ai pas trouvé davantage de détail sur cet orage.)

Le mois de mai est très chaud (moyenne de 15.3°C à Bâle et 17.1°C à Paris).

16 juillet 1806 - Une violente tempête sévit dans la région de Delémont (JU) (source: chronologie jurassienne).

Le 2 septembre 1806, en Suisse centrale, un éboulement du Rossberg ensevelit le village de Goldau, mais atteint aussi le lac de Lauerz, engendrant un tsunami de plus de 10 mètres de haut.

Décembre 1806 est très doux ! (moyenne 5.7°C à Bâle et 8.6°C à Paris).

 

Mars 1807 est glacial ! (moyenne 0.4°C à Bâle et 3.7°C à Paris).

Mai 1807 est par contre très chaud (moyenne 15.2°C à  Bâle).

L'été 1807 est très chaud (moyennes 21.1°C pour juillet et 21.5°C pour août à Bâle !). L'été est également très sec.

 

Mars 1808 est glacial ! (moyenne 0.0°C à Bâle, 3.9°C à Paris).

Mai 1808 est par contre très chaud (moyenne 16.1°C à Bâle, 17.5°C à Paris).

L'été 1808 est assez chaud et sec.

Octobre 1808 est très froid (moyenne 6.3°C à Bâle). Il neige à Sainte-Croix, "les bêtes restent à l'étable".

 

Février 1809 est très doux (moyenne à Bâle 4.8°C, à Paris 7.9°C), près de Sainte-Croix, "on a trouvé des morilles en février"

Avril 1809 est en revanche glacial (moyenne à Bâle 4.2°C, à Paris 6.5°C). Le mois d'avril est plus froid que le mois de mars, lui-même plus froid que le mois de février... tant à Bâle qu'à Paris.

Du 3 au 18 avril la neige fait un retour en force, à Sainte-Croix il est très difficile de sortir les bêtes.

 

Le 29 mai 1809, il se produit une tornade (classée EF 3) à Baudrières, dans le val de Saône.

 

Tornade à Baudrières (Saône-et-Loire) le 29 mai 1809. Tornade EF3 en Saône-et-Loire (Bourgogne). Tornade F3 - KERAUNOS

Tornade de Baudrières : une tornade de forte intensité frappe la Saône-et-Loire le 29 mai 1809 : tornades en France, trombe Baudrières 1809, tornade Baudrières 1809, mini tornade Saône-et-Loire, tornade Bourgogne, trombe Chalon 1809

http://www.keraunos.org

 

L'été et l'automne 1809 sont passablement frais.

Fin septembre et début octobre, il fait une bise glacial et il gèle fréquemment à Sainte-Croix.

Octobre et novembre 1809 sont très froids (moyenne 6.7°C en octobre et 1.5°C en novembre à Bâle).

 

L'hiver 1810 est très froid (moyenne de -6.2°C en janvier et de -2.7°C en février à Bâle).

A la mi-mars 1810, le temps devient subitement très doux, la fonte des neiges est très importante "on ne l'a jamais vu fondre si rapidement".

L'été 1810 est plutôt frais. Septembre est par contre chaud (moyenne 15.9°C à Bâle).

 

Hiver 1811 - Seul le mois de janvier est très froid (moyenne à Bâle -4.3°C). Le reste de l'hiver est plutôt doux.

Avril 1811 - Très froid (moyenne à Bâle de 5.0°C, mais 11.7°C à Paris).

Le 9 avril il y a de la neige et des gelées persistantes à Sainte-Croix.

Le mois de mai 1811 est en revanche très chaud (moyenne 15.8°C à Bâle et 17.1°C à Paris).

L'été 1811 est chaud et sec, très favorables aux récoltes et à la vigne ("l'année de la comète"). Le mois d'août est toutefois plus frais.

L'automne 1811 est également sec et très beau; il se prolonge longtemps dans l'arrière-saison, au-delà de la Saint-Martin.

La moyenne d'octobre 1811 est de 12.1°C à Bâle.

 

L'hiver 1812 est très neigeux (jusqu'à 3 pieds de neige à Sainte-Croix). Le mois de janvier 1812 est très froid; par contre février est très doux.

Le mois d'avril 1812 est très chaud (moyenne 11.6°C à Bâle).

L'été 1812 est très froid et pluvieux; à Sainte-Croix il y a eu rarement plus de deux jours consécutifs sans pluie.

La moyenne est de 16.4°C pour juillet et 16.5°C pour août à Bâle.

Les vendanges sont très tardives.

L'automne 1812 est très froid, surtout novembre (moyenne 1.3°C à Bâle).

Décembre 1812 est glacial (moyenne -4.7°C à Bâle).

 

Hiver 1813 - Comme les deux hivers précédents, janvier est très froid, mais février est doux.

 

Le 31 mai 1813, en soirée, un violent orage sévit sur la ville de Fribourg. La foudre frappe une tour de la cathédrale Saint-Nicolas et met le feu à l'une des portes de la ville (rapporté dans la FAL du 31 mai 1913).

L'été 1813 est très désagréable, humide et frais; il est plus frais encore que l'été précédent (moyenne à Bâle de 15.7°C pour juillet, 15.6°C pour août et 12.0°C pour septembre).

Fin août 1813 - Très froid, il gèle fortement à Sainte-Croix. 

L'automne 1813 est également très froid.

 

L'hiver 1814 est long et froid (moyenne -2.5°C pour janvier et -3.9°C pour février, 1.9°C pour mars, à Bâle).

Le printemps 1814 est très sec, chaud en avril mais frais en mai.

L'été 1814 est à nouveau humide et très frais.

Septembre et octobre 1814 sont très froids (moyenne 11.9°C en septembre et 7.3°C en octobre à Bâle).

 

L'hiver 1815 est très contrasté, très doux en décembre, très froid en janvier, très doux en février (moyennes de 3.5°C / -4.3°C / 4.4°C à Bâle). Le mois de mars est très doux.

L'été 1815 est très sec mais frais.

L'automne 1815 est plutôt agréable mais devient très froid dès la Saint-Martin (moyenne de novembre 1.1°C à Bâle et 3.4°C à Paris).

 

1816 - "l'année sans été"

L'hiver 1815-1816 est très humide et perturbé, avec d'énormes quantités de neige en montagne, et ce temps perdure largement au printemps.

Le 10 mars, à Sainte-Croix, il y en a une hauteur de neige de quatre pieds.  Le 6 avril, il y a toujours une hauteur de neige de quatre pieds...

Tout l'été 1816 a été excessivement pluvieux et froid sur le Léman... comme presque partout en Europe. C'est la fameuse "année sans été", consécutive à l'éruption du Tambora (Sumbawa, Indonésie) en avril 1815.

Le 18 juin, il reste encore des accumulation de neige de l'hiver sur les hauteurs de Sainte-Croix (1050 m). Il y neige d'ailleurs les 5 et 27 juin, le 30 juillet et la nuit du 17 au 18 août... Ainsi, il y aura neigé tous les mois de l'année !

Les moyennes sont de 13.4°C pour juin, 14.9°C pour juillet, 14.8°C pour août et 12.8°C pour septembre à Bâle.

Novembre 1816 est très froid (moyenne 1.4°C à Bâle); à Sainte-Croix il y a des fortes gelées et des "tourbillons de neige".

 

Janvier et février 1817 sont doux (moyenne 2.5°C pour janvier et 4.0°C pour février à Bâle).

Les 8 et 9 mars 1817, à Sainte-Croix, retour du froid, il fait un "temps terrible de neige".

Avril 1817 est très froid (moyenne 4.8°C à Bâle, 7.4°C à Paris).

L'été 1817 est passablement frais et humide, mais quand même moins que 1816.

Le 27 juin 1817, dans le Gros-de-Vaud, la grêle dévaste les terres de Chevilly, d'Orny, de Dizy, de Goumoens, d'Eclépens et d'Oulens. (rapporté dans la FAL du 10 août 1910)

Une semaine après, les 4 et 5 juillet 1817, des vagues d'orages déferlent sur toute la région. Les cours d'eau atteignent des niveaux spectaculaires, tout particulièrement le Rhin et ses affluents. Dans le lac de Constance, les habitants de Lindau sont les pieds dans l'eau.  Le Rhône atteint aussi une hauteur prodigieuse. A Villeneuve toute les régions basses sont inondées. La région de Villeneuve et d'Aigle a de surcroit pris une énorme averse de grêle. (Rapporté dans la FAL du 10 août 1910).

Septembre 1817 est très beau, mais octobre 1817 est glacial (moyenne 5.2°C à Bâle). 

 

L'hiver 1818 est neigeux en montagne.

Le 16 juin 1818, la rupture d'une poche d'eau dans le glacier de Giétroz en Valais provoque une vague déferlante dans le val de Bagnes; cette vague inonde le centre de Martigny et tue 34 personnes.

L'été 1818 est extrêmement sec, et il est suivi d'un automne tout aussi sec et ensoleillé, qui se prolonge presque jusqu'à la mi-décembre.

 

13 août 1819 - Une rupture dans le glacier du Tacul (massif du Mont-Blanc) provoque une inondation dans la vallée de Chamonix.

 

9 au 14 janvier 1820 - Très forte vague de froid. A Sainte-Croix, la bise est glaciale, "les pommes de terre ont gelé dans les caves".

Mars 1820 est très froid (moyenne 2.0°C à Bâle et 3.3°C à Paris).

Avril 1820 est par contre très chaud (moyenne 11.4°C à Bâle et 11.6°C à Paris).

L'été 1820 est d'abord radieux, mais la fin de la saison est assez médiocre.

L'automne 1820 est très froid; à Sainte-Croix il neige le 21 septembre. Novembre 1820 est glacial (moyenne de 11.8°C pour septembre, 7.8°C pour octobre et 0.8°C pour novembre à Bâle).

 

L'été 1821 est très frais (moyenne de 13.9°C pour juin et 16.0°C pour juillet à Bâle).

Novembre et décembre 1821 sont par contre très doux.

24 décembre 1821 - Tempête de foehn dans les vallées alpines.

 

Le printemps 1822 est chaud et très précoce; à Sainte-Croix les semailles se font très tôt.

La moyenne est de 7.9°C pour mars, 15.5°C pour mai et 20.7°C pour juin à Bâle.

L'été 1822 est chaud et très sec, les vendanges sont précoces.

Juin 1822 -  Le dernier dimanche de juin, un violent orage détruit la récolte du vignoble dans la région de Montreux-Châtelard. (rapporté dans la FAL du 14/07/1922).

 

L'hiver 1823 est très rigoureux; décembre 1822 et janvier 1823 sont très froids, mais février est très doux (moyennes -3.3 / -4.0 / +3.4°C à Bâle).

 

L'hiver 1824 a été très long et très neigeux, mais sans froid extrême.

Au mois d'avril, à Sainte-Croix, il y a encore d'énormes quantités de neige au sol. Les chutes de neiges sont par ailleurs encore fréquentes au mois d'avril.

A Genève, le premier bourgeon du marronnier de La Treille ne s'ouvre que le 21 avril, soit presque aussi tardivement qu'en 1816. On n'a "jamais vu autant de neige sur les montagnes". Le 14 avril il y a encore 3 à 4 pieds de neige à Sainte-Croix.

Les mois de mars et d'avril 1824 sont très froids.

L'automne 1824 est doux et surtout très pluvieux.

 

Le 24 mai 1825, à 1 heure du matin, la foudre s'abat sur la flèche de la cathédrale de Lausanne et provoque un grave incendie sur la tour-lanterne. (rapporté dans la FAL du 24 mai 1925)

 

L'hiver 1826 et très sec et presque sans neige.

Décembre 1825 est très doux (moyenne 3.9°C à Bâle), mais janvier 1826 est glacial (moyenne -7.0°C à Bâle). Février 1826 est beaucoup plus doux.

Le printemps est doux (moyenne 6.0°C en mars, 9.1°C en avril à Genève). Mai est plus frais.

L'été 1826, chaud et sec, est souvent accompagnés de forts orages, fréquent tonnerre, grêle, etc, surtout sur les reliefs. (cité par le régent Margot).

3 août 1826 - Il fait 34.6°C à Genève.

 

L'hiver 1827 est très rude, avec du froid et beaucoup de neige, les nouvelles désastreuses (avalanches, routes coupées, gens morts de froid) "arrivent de tous côtés". Il se produit une grosse avalanche à Selkingen (Valais).

3 / 4 janvier 1827 - Très forte bise. Le bateau "Léman I" est endommagé.

Le mois de février 1827 est très froid (moyenne -4.4°C à Bâle).

Début mars 1827, à Sainte-Croix, il reste 3.5 pieds de neige.

Le printemps est doux (moyenne 6.3°C en mars, 10.2°C en avril et 14.4°C en mai à Genève)


20 mai 1827 -  énorme orage sur Genève, où il tombe 170 mm

26 mai 1827 - Lors d'une tempête, la vergue d'un mât du vapeur "Léman I" s'abat sur le pont et tue un passager anglais.

L'été 1827 est très sec.

11 août 1827 - Trombe sur le Léman.

Septembre 1827 - Sec. Il tombe 29.7 mm à Genève.

 

L'hiver 1828 est très doux.

17 juin 1828 - Tornade (classée EF2) à Arçon près de Pontarlier dans le Doubs.

Tornade à Arçon (Doubs) le 17 juin 1828. Tornade EF2 dans le Doubs (région Franche-Comté). Tornade F2 - KERAUNOS

Tornade d'Arçon : une tornade frappe le Doubs le 17 juin 1828 : tornades en France, trombe Arçon, tornade Arçon 1828, tornade Doubs, tornades Franche Comté, tornades France

http://www.keraunos.org

 

8 au 9 juillet 1828 -  Dans la nuit, à Lausanne, un orage enlève un tuyau de cheminée... signalé dans la rubrique "objets perdus" de la feuille d'avis de Lausanne.

Fin juillet 1828 - Coup de froid, il a gelé à Sainte-Croix.

Il tombe 173 mm à Genève durant le mois de juillet.

Cela dit, l'été 1828 est globalement assez chaud.

 

L'hiver 1829 est passablement froid, surtout janvier et février (moyennes -3.8°C et -1.8°C à Bâle).

En 1829, suite à un orage, dans le Gros de Vaud, le Talent entre en crue et détruit un aqueduc à Chavornay. L'été 1829 est humide et pluvieux.

L'automne 1829 est très froid, surtout octobre et novembre. En octobre, il y a beaucoup de gel et de neige.

 

Hiver 1830 très rigoureux

L'hiver 1829-1830 est très long, très froid et très sec, quasiment sans neige. Le froid est encore plus vif qu'en plaine qu'en montagne (inversion). La moyenne trimestrielle à Genève est de -3.5° C pour les mois de décembre, janvier et février. Le lac d'Annecy gèle entièrement.

Les moyennes pour Bâle sont de -5.2°C pour décembre 1829, -8.8°C pour janvier 1830, et -2.3°C pour février.

La plantation d'oliviers à Saint-Saphorin est anéantie par le gel.

31 janvier au 4 février 1830 - La moyenne est de -12.8°C à Genève sur ces 5 jours.

 

Le printemps 1830 arrive fortement sur des sols gelés. Mars et avril 1830 sont très doux (moyennes 6.5°C et 11.2°C pour Bâle; 8.9°C et 12.0°C pour Paris, 6.8°C et 12.1°C pour Genève).

9 juin 1830 - Trombe sur le lac de Neuchâtel.

 

Mars 1831 - Très doux (moyenne 7.0°C à Genève)

Avril 1831 - Très doux (moyenne 10.8°C à Genève)

 

Le 4 septembre 1831, à Lausanne, une crue du Flon tue 9 personnes; cette crue intervient après plusieurs jours de fortes pluies. Cet évènement a été relaté 150 ans plus tard, en 1981.

 

Durant l'été 1832, il y a une grande sécheresse dans la Vallée de Joux.

Fin juillet 1832 - Coup de froid, les pommes de terre gèlent à Sainte-Croix (1050 m). Il fait toujours très sec. En août, "les pâturages sont rouges".

22 août 1832 - Il fait 35.2°C à Genève.

Septembre 1832 - Très sec. Il ne tombe que 17 mm à Genève.

3 décembre 1832 - Trombe sur le Léman.

 

L'hiver 1833 est très contrasté; janvier est très froid mais février est très doux.

Mai 1833 est très chaud (moyenne 16.9°C à Bâle et 17.7°C à Paris).

26 juin 1833 - Trombe sur le lac de Constance, et peut-être aussi sur le Léman.

L'été 1833 est sec mais frais.

2 / 3 septembre 1833 - Nuit très froide, après de fortes pluies; à Sainte-Croix "les fenêtres gèlent".

Décembre 1833 est extrêmement doux (moyenne 6.0°C à Bâle et 7.9°C à Paris).

Janvier 1834 est également d'une extrême douceur (moyenne 5.1°C à Bâle et 7.1°C à Paris).

Mars 1834 - Très doux. Moyenne 7.1°C à Genève.

 

2 juillet 1834 - Grêle énorme dans la vallée de Joux

Un très violent orage de grêle sévit dans la vallée de Joux, particulièrement vers Le Brassus. Au lieu dit La Campe, les vitres ont été abattues "d'un coup". Les sapins ont été déshabillés d'un côté, jusqu'à l'écorce. 50 ans plus tard il était encore possible d'observer les stigmates de cette grêle.

L'été 1834 est chaud et sec, très ensoleillé, et le beau temps se prolonge dans l'arrière-saison.

Septembre 1834 - Très chaud ! Moyenne 18.4°C à Genève. Il ne tombe par ailleurs que 16 mm.

En 1834, il se produit de graves crues en Suisse, dans les cantons du Valais, du Tessin, d'Uri, de Glaris et des Grisons.

 

1er mai 1835 - Trombe sur le lac de Constance.

7 juillet 1835 - Tornade à St-Pantaleon (canton de Soleure)

25 août 1835 - Ce mardi soir, violent orage sur les Dents-du-Midi; le lendemain 26 août vers 10 heures, un effondrement se produit à la Cime-de-l'Est; s'en suit une coulée de boue noire qui dévale le torrent de Saint-Barthélémy; cette coulée inonde la pinède du Bois-Noir et finit par se déverser dans le Rhône après avoir coupé la route principale. Le choc fait refouler l'eau loin sur l'autre rive du Rhône. D'autres coulées surviennent les 28 et 30 août puis encore le 4 septembre 1835.

 

Novembre et décembre 1835 sont glacés ! (moyenne de 0.3°C pour novembre et -3.4°C pour décembre à Bâle). Janvier et février 1836 sont plutôt "dans la norme".

Mars 1836 est très doux (moyenne 7.6°C à Bâle, 7.1°C à Genève, et 8.8°C à Paris).

1er mai 1836 - Très froid. Il ne fait pas plus de 5.9°C à Genève; le lendemain il gèle avec -2.3°C.

Le 19 août 1836 un orage sur les Dent-du-Midi provoque une nouvelle coulée de boue dans le torrent de Saint-Barthélémy; la vitesse est décrite comme celle "d'un cheval au galop".

31 octobre 1836 - Très froid. Il ne fait pas plus de 2.0°C à Genève.

 

Tout le printemps 1837 est très froid ! Le mois de mars glacial (moyenne de 0.2°C à Bâle et 2.6°C à Paris).

Avril et mai 1837 sont également très froids (moyenne 4.9°C à Bâle et 5.7°C à Paris pour avril, moyenne 10.0°C à Bâle et 11.0°C à Paris pour mai).

10 avril 1837 - Il ne fait pas plus de 0.8°C à Genève.

13 août 1837 - Un orage sévissant sur une vallée latérale de l'Emmental provoque la plus grande crue jamais connue de la rivière Emme.

 

Janvier 1838 est glacial (moyenne -6.3°C à Bâle, -5.5°C à Genève, -4.6°C à Paris). Les autres mois de l'hiver sont plutôt "dans les normes".

Avril 1838 est sec mais très froid (moyenne 5.3°C à Bâle, et 6.7°C à Paris).

Il se produit 21 jours secs consécutifs à Genève.

 

7 septembre 1838 - Tempête de foehn dans les vallées alpines.

 

31 janvier au 4 février 1839 - Glacial. La moyenne est de -6.3°C en 5 jours à Genève.

 

Avril 1839 est très froid, pour la troisième année consécutive (moyenne 5.6°C à Bâle, 7.7°C à Paris).

Juin 1839 est par contre très chaud (moyenne 19.3°C à Bâle, 19.1°C à Paris).

28 août 1839 - Très froid. Il ne fait pas plus de 11.6°C à Genève.

Décembre 1839 file doux (moyenne 3.5°C à Bâle, 8.2°C à Paris).

 

Le mois de mars 1840 est glacial (moyenne 0.0°C à Bâle, 3.4°C à Paris). Avril est par contre très doux.

L'été 1840 est plutôt frais. Juillet est très frais avec une moyenne de 15.5°C à Bâle.

14 juillet 1840 - Il ne fait pas plus de 11.3°C à Genève.

Octobre 1840 est très froid et aussi très pluvieux (moyenne 5.8°C à Bâle).

En novembre 1840, le Rhône connaît une crue majeure.

Crue majeure du Rhône - Pluies extrêmes en France métropolitaine

Un retour sur la prodigieuse crue de novembre 1840 est donc indispensable. Les lignes qui suivent sont extraites de l'ouvrage de Maurice Champion : " Les inondations en France du VIe siècle à nos jours ", paru en 1858 et réédité en 2000 par le Cemagref dans le cadre de la Décennie Internationale de la Prévention des Risques Naturels.

http://pluiesextremes.meteo.fr

 

Décembre 1840 est glacial (moyenne -5.8°C à Bâle et -2.7°C à Paris).

 

Le mois de mai 1841 est très chaud (moyenne de 16.9°C à Bâle). C'est le plus chaud mois de l'année !

 

18 juillet 1841 - Tempête de foehn dans les vallées alpines; il y a eu de la tempête "sur toute l'Europe".

Un coup de vaudaire d'une intensité exceptionnelle sévit sur le Léman, et ce au-delà de Lausanne. A Lausanne même les dégâts ont été nombreux. Cet évènement a été relaté lors de la grande tempête du 20 février 1879.

 

L'été 1841 est pourri, très frais et pluvieux en Suisse.

Les moyennes sont de 14.9°C pour juin, 16.0°C pour juillet et 16.2°C pour août à Bâle.

 

6 octobre 1841 - Tornade (EF 2) à Sermange (Jura). (Source: Kéraunos)

 

L'hiver 1842 est contrasté, très doux en décembre mais très froid en janvier.

Février 1842 est très froid (moyenne -2.2°C à Genève).

22 juin 1842 - Une puissante tornade (EF 4) affecte le Charolais, passant très près de Chauffailles. (source: Kéraunos)

Un terrible orage avec rafales de vent ravage la ville de Mâcon; il se produit aussi de la grêle dans les environs.

Octobre 1842 est très froid.

 

L'été 1843 est assez frais.

Septembre 1843 est très sec, avec 10 mm à Genève.

30 septembre 1843 - Très froid, il fait -1.9°C à Genève.

 

Août 1844 est très froid ! (moyenne de 14.6°C à Bâle et 15.1°C à Paris).

5 août 1844 - Il fait 0.8°C à Genève !

 

L'hiver 1845 est très rude dans le Jura. Le mois de février 1845 est glacial (moyenne -4.9°C à Bâle, -2.3°C à Genève).

Le mois de mars 1845 est glacial ! (moyenne de -1.1°C à Bâle, 1.1°C à Paris).

Mai 1845 est aussi très froid (moyenne 10.1°C à Bâle, 10.6°C à Paris).

26 mai 1845 - il fait beau temps... (cité par Gustave Flaubert lors de son passage dans la région).

Août 1845 est très froid ! (moyenne de 14.2°C à Bâle et 15.5°C à Paris).

14 septembre 1845 - Tornade près de Bâle.

7 octobre 1845 - Nouvelle tornade près de Bâle.

 

8 janvier 1846 - Possible trombe sur le Léman.

L'hiver 1846 est doux et humide.

en juillet 1846 - Tornade (EF2) à Remoray (Doubs), près du Mont d'Or (source: Keraunos)

29 août 1846 -  Dès l'aube, un véritable déluge s'abat sur la région de Vevey à Montreux, ainsi que sur la Haute-Broye. Tous les cours d'eau du secteur entrent rapidement en crue. La crue de la Veveyse est la plus remarquable, débordant et inondant le centre-ville de Vevey. La Veveyse a charrié des débris, troncs d'arbres et même des blocs de rochers dont l'un pesait près de 60 tonnes.

Fait curieux, il n'y a pas eu le moindre coup de tonnerre lors de cet épisode. Par ailleurs, le niveau du Lac Léman est particulièrement haut, suite aux fortes chaleurs combinées par l'importante fonte des glaciers, très volumineux à cette époque.

Il est parfois fait mention d'une autre date, le 8 août 1846, où il est dit que la Veveyse et la Baye de Clarens ont débordé, ainsi que d'averses de grêle touchant Blonay. Reste à savoir s'il s'agit d'une erreur de date ou de deux épisodes distincts...

 

Décembre 1846 est très froid (moyenne -3.7°C à Bâle, -0.8°C à Paris).

Avril 1847 est très froid (moyenne 5.7°C à Bâle, 7.8°C à Paris).

Mai 1847 est par contre très chaud (moyenne 15.5°C à Bâle, 15.3°C à Paris).

4 août 1847 -  Dans la nuit, un violent orage a sévi sur Lausanne et ses environs, provoquant plusieurs éboulements. De nombreux vignobles sont complètement ravinés. Par ailleurs, la grêle a aussi fait de gros dégâts.

Septembre 1847 est très froid.

 

Le mois de janvier 1848 est glacial (moyenne -6.4°C à Bâle, -1.4°C à Paris).

1er mars 1848 - Le temps est froid et neigeux lors de la marche d'indépendance neuchâteloise.

 

Mars et avril 1849 sont passablement froids.

19 avril 1849 - Il fait -5.5°C à Genève.

17 juin 1849 - Tornade à Stüsslingen (canton de Soleure)

10 juillet 1849 - Orage à Chapelle-des-Bois (Doubs), la foudre tue une personne.

28 novembre 1849 - Glacial. Il ne fait pas plus de -5.7°C à Genève.

 

Novembre et décembre 1849, janvier 1850 sont très froids (moyenne de -4.0°C à Bâle pour janvier).

L'été 1850 est assez frais.

23 et 24 août 1850 -  Grosse vagues d'orages affectant surtout la région de Fribourg. Le 23 il grêle sur Fribourg, certains grêlons atteignent le poids d'une demi-livre. Le 24 une probable tornade a sévi entre Romont et Fribourg, on parlait d'un "tourbillon" de vents de sud-ouest combattant ceux du nord; des centaines de vitres ont été brisées et de nombreux objets emportés.

Septembre et octobre 1850 sont très froids (moyennes de 11.7°C pour septembre et 6.2°C pour octobre à Bâle).

 

1er et 2 janvier 1851: très doux (début des cartes de réanalyses NOAA).

27 février au 9 mars 1851: Froid.

11 au 24 avril 1851 - le temps est assez chaud et assez stable.

Mai 1851 est très froid (moyenne de 9.7°C pour Bâle, 11.2°C pour Lyon et 10.9°C pour Paris). Mais apparamment pas de températures extrêmes. Au début du mois le temps est très mauvais dans le sud-ouest de la France.

Juin 1851: très chaud du 12 au 14 juin, du 19 au 22 juin, et du 26 au 29 juin. Le mois est très sec à Lyon (15 mm).

Juillet 1851 est très pluvieux, avec 19 jours de pluie à Genève. Il tombe 130 mm à Lyon.

20 au 23 juillet 1851 - Très chaud.

7 août 1851 - Tornade (EF 3) à Haute-Rivoire, dans les Monts du Lyonnais (source: Kéraunos).

Il fait chaud du 4 au 14 août et du 22 au 26 août.

La moyenne du mois est de 18.9°C à Lyon, mais de 22.4°C à Bordeaux.

12 au 14 octobre 1851 - Très doux.

Septembre 1851 est très froid (moyenne de 10.8°C à Bâle et 12.4°C à Lyon). Le froid est particulièrement vif le 17.

Novembre et décembre 1851 sont très froids (moyenne de -0.1°C pour novembre et -2.4°C pour décembre à Bâle, 1.0°C pour novembre et -0.4°C pour décembre à Lyon - très sec avec 0.0 mm !).

3 au 10 novembre 1851 - Très froid.

15 novembre au 6 décembre 1851 - Le froid est persistant, avec un maximum d'intensité le 2 décembre.

26 au 28 décembre 1851 - Après une période plus douce, le temps redevient glacial.

 

en février 1852 -  possible tornade près de Montreux.

19 février au 16 mars 1852 - Froid persistant est assez marqué, avec fréquent flux d'est.

Le début de l'année 1852 est très sec à Lyon, jusqu'à mai.

Il se produit 26 jours secs en mars et 27 jours secs en avril à Genève, soit 53 jours secs consécutifs.

Juin 1852 - Frais et très pluvieux, le cumul mensuel est de 197 mm à Lyon, moyenne 15.9°C.

9 au 16 juin 1852 - Chute de température et période très fraîche.

3 au 21 juillet 1852 - La chaleur est intense et assez persistante.

Août 1852 est très frais et très pluvieux, après un juillet assez beau. (197 mm à Lyon et moyenne 17.6°C)

 

 

17 septembre 1852 - Fortes inondations

Suite aux fortes pluies, il y a de nombreuses inondations. Dans la campagne fribourgeoise, la berline de la duchesse d'Orléans et sa suite se renverse dans la rivière près de Promasens.

Le même jour, en Franche-Comté, il se produit une tornade (EF 2) qui affecte un quartier de la ville de Besançon.

L'Aar est en crue et connaît un niveau historique jamais atteint.

Il y a de graves inondations dans la région de Delémont (JU).

Il y a également des ruptures dans les glaciers près de Chamonix.

 

22 septembre 1852 - Forte chute de température.

 

Novembre et décembre 1852 sont extrêmement doux.

La moyenne de novembre est de 9.2°C à Lyon (114 mm), et même de 12.0°C à Bordeaux !

 

février 1853 - Possible tornade près de Montreux.

19 au 26 février 1853 - le temps est très froid.

Mars 1853 est glacial (moyenne 1.6°C à Lyon et 2.9°C à Paris). Le froid est particulièrement intense du 17 au 29 mars. Tout le printemps 1853 est très froid.

 

2 et 3 juillet 1853 - Très froid. La chute de température est spectaculaire après les fortes chaleurs des tout derniers jours du mois de juin.

13 juillet 1853 - La météo est extrêmement instable sur le Nord de la France et sur le Sud de l'Allemagne. Il se produit une tornade (EF 3) dans le Pas-de-Calais. Cette instabilité s'accompagne d'une forte poussée de chaleur sur les Alpes les 13 et 14 juillet.

22 juillet au 7 août 1853 - Très chaud. Les cartes de réanalyse NOAA indiquent une température à 850 hPa (environ 1500 m en air libre) atteignant 27°C le 27 juillet, atteignant ou dépassant les 24°C du 25 au 29 juillet, et du 1er au 4 août.

4 au 7 septembre 1853 - Très froid.

26 au 31 décembre 1853 - Vague de froid, avec un maximum d'intensité en région lémanique du 29 au 31 décembre.

 

Janvier à mai 1854 - Tous ces mois sont très secs !

10 au 17 février 1854 - Très froid, avec un flux de nord, après quelques jours très doux. Le temps est très anticyclonique.

Il se produit 25 jours sans pluie en mars et 24 en avril à Genève, soit 49 jours secs consécutifs.

Le niveau des lacs suisses est très bas, au point que sur plusieurs lacs (Bienne, Neuchâtel, Zurich), des vestiges du Néolithique, alors immergés, se retrouvent à l'air libre, et sont ainsi découverts par les historiens.

 

3 au 8 juin 1854 - Le temps est très frais.

20 juin 1854 - Tornades à Girlikon (Thurgovie) et à Kirchberg (Saint-Gall).

L'été 1854 est frais et pluvieux, surtout juin, où il tombe 206 mm à Lyon.

23 au 31 juillet 1854 - Période de temps beau et chaud.

Septembre 1854 est totalement sec à Lyon comme à Genève (0.0 mm).

Le temps est totalement sec à Genève du 26 août au 3 octobre. (38 jours).

23 au 28 septembre 1854 - Très froid, surtout les 23 et 26.

17 /18 décembre 1854 - Forte tempête sur le nord de la France. La température chute fortement le 19 décembre, avant un redoux trois jours plus tard.

 

Janvier 1855 - Très froid; la froidure se répartit à peu près sur l'ensemble du mois. La moyenne est de -1.8°C à Lyon.

 

3 juin 1855 - Il se produit une tornade près du lac de Bienne, à Nidau.

16 au 25 juin 1855 - Très froid ! (surtout les 20 et 24 juin).

 

4 au 10 juillet 1855 - Temps chaud et orageux (marais barométrique à tendance dépressionnaire).

10 juillet 1855 - Tornade (EF 4) dans le Doubs

Une puissante tornade parcourt près de 20 km, à l'est de Pierrefontaine-les-Varans:

Tornade à Rosureux le 10 juillet 1855. Tornade EF4 dans le Doubs, région Franche-Comté. Tornade F4 en France - KERAUNOS

Tornade de Rosureux : une tornade meurtrière de très forte intensité (EF4) ravage au moins dix communes du Doubs le 10 juillet 1855. Dossier d'étude. Tornades en France, tornade Rosureux 1855, trombe Rosureux, trombe Doubs, tornade Doubs, tornade Franche-Comté, tornade EF4 France

http://www.keraunos.org

 

25 juillet 1855 - Un violent séisme secoue le Valais. L'épicentre se situe dans la vallée de la Vispa; un éboulement se produit près de St.Niklaus. Il y a de nombreuses répliques. La secousse est ressentie en Savoie, en Italie du Nord, dans le Tyrol et dans le sud de l'Allemagne.

19 au 31 août 1855 - Très chaud.

25 novembre au 24 décembre 1855 - Le froid est persistant pendant 30 jours. La moyenne est de 0.0°C à Lyon pour décembre.

20 décembre 1855 - Glacial ! Il ne fait pas plus de -9.5°C à Genève.

 

Janvier et février 1856 sont en revanche très doux.

8 et 9 février 1856 - Très doux et anticyclonique.

22 février au 9 mars 1856 - Le temps est au contraire froid, surtout le 24 février.

 

30 mai 1856 - Fortes crues du Rhône et de la Saône; à Lyon il y a une inondation catastrophique suite à la rupture d'une digue à la Tête-d'Or.

La Saône déborde également en ville de Lyon.

Les cumuls de pluies pour mai 1856 sont impressionnants: 269 mm à Lyon; 302 mm à Besançon.

 

3 juin 1856 - Il se produit un fort réchauffement; suite aux intempéries et à la fonte des neiges il y a des crues record.

7 juin 1856 - Froid ! La chute de température est spectaculaire après quelques jours chauds. Le température remonte ensuite aussi très vite.

20 au 24 juin 1856 - à nouveau très froid, surtout les 20 et 21.

9 et 10 juillet 1856 - Le temps est à nouveau glacial. L'anticyclone est très en retrait.

Le reste du mois de juillet est plus clément, et même plutôt chaud.

9 au 17 août 1856 - Très chaud.

Le 18 août la température chute assez brutalement.

 

21 août 1856 - Une tornade (EF 1) parcours 7 km dans la Bresse et touche le bourg de Marsonnas (Ain) (source: Keraunos)

7 septembre 1856 - Une tornade (EF 1) frappe la ville d'Arbois (Jura) et endommage l'église.

14 et 15 septembre 1856 - Très froid.

19 au 21 septembre 1856 - A nouveau très froid.

3 au 8 octobre 1856 - Très doux.

6 au 22 novembre 1856 - Froid.

 

18 au 20 juin 1857 - Chaleur et orages

Un très fort coup de chaleur sévit du 18 au 20 juin; le 20 il y a des orages sur les cantons de Vaud et de Fribourg.

8 juillet 1857 - Trombe sur le Léman. 

Le mois de juillet 1857 est chaud et sec à Lyon.

La chaleur est persistante du 13 juillet au 6 août. Les maximums sont atteints les 16, 20, 26 juillet, et du 3 au 5 août.

 

Janvier 1858 est très froid, et surtout très sec. Le maximum de froid est atteint le 22 janvier. La moyenne est de -2.0°C à Lyon, avec seulement 2 mm.

10 au 18 mars 1858 - Très froid.

Avril puis juin 1858 sont très chauds (moyennes de 12.8°C et 20.9°C à Lyon).

La moyenne est de 11.0°C pour avril à Genève.

25 au 27 mai 1858 - Très froid.

31 mai au 20 juin 1858 - Très chaud ! La chaleur est persistante, et atteint un maximum du 14 au 16 juin.

10 au 13 juillet 1858 - très frais.

28 juillet 1858  - Forte chute de température après une poussée de chaleur.

26 et 27 août 1858 - Très froid. Forte chute de température.

11 au 23 septembre 1858 - très chaud ! Le maximum est atteint les 15 et 16 septembre. Il fait à nouveau chaud dans les derniers jours du mois.

29 octobre au 4 novembre 1858 - Glacial. La chute de température est brutale.

 

 

4 au 8 avril 1859 - Le temps est très chaud.

8 juin 1859 -  Violent coup de vent sur le lac. Le bateau "l'Industriel" est secoué et une partie de son chargement (4 wagons de chemin de fer) sont précipités à l'eau.

17 au 22 juin 1859 - le temps est très frais.

Le mois de juillet 1859 est caniculaire (moyenne de 23.8°C à Lyon).

Un premier pic de chaleur sévit du 3 au 8 juillet.

Un second pic de chaleur sévit du 19 au 23 juillet.

Le mois d'août 1859 est aussi très chaud (moyenne de 21.9°C à Lyon).

9 août 1859 - Il fait 35.0°C à Genève. La chaleur est persistante presque tout le mois.

31 août 1859 - Forte chute de température, assez brève.

18 septembre 1859 - Nouvelle forte et brève chute de température.

23 septembre au 9 octobre 1859 - Le temps est très chaud. Les maxima de chaleur sont atteints du 24 au 27 septembre, puis du 1er au 5 octobre.

2 et 3 novembre 1859 - Très forte crue de l'Isère à Grenoble. Il fait très doux du 2 au 8 novembre.

Décembre 1859 est très froid (moyenne -0.4°C à Lyon). Les pics de froid sont atteints les 4, 11, 15 et 16 décembre.

Un net redoux se profile le 30 décembre.

 

1er et 2 janvier 1860 - très doux ! Il y a un fort courant de sud-ouest.

3 au 5 puis 12 au 22 février 1860 - Très froid.

27 ou 28 février 1860 - Possible trombe sur le lac de Thoune.

Le 27 février une violente tempête secoue le sud de l'Europe.

Début mars il y a une importante crue du Rhin.

6 au 8 avril 1860 - Doux. Il y a un marais barométrique.

19 avril 1860 - Très froid. Chute brutale de température.

17 et 18 mai 1860 - très chaud.

23 au 25 mai 1860 - très chaud.

31 mai au 2 juin 1860 - chaud.

8 au 13 juin 1860 - très chaud. Le maximum est atteint le 12 juin. Il s'ensuit une forte chute de température le 14 juin.

24 au 28 juin 1860 - nouvelle poussée de chaleur, avec un maximum les 25 et 26.

 

Juillet et août 1860 sont très frais (moyenne de 17.7°C à Lyon pour juillet et de 18.0°C pour août).

15 au 21 juillet 1860 - Il y a une poussée de chaleur. La carte de réanalyse NOAA indique même une température de 25°C à 850 hPa sur la région lémanique le 18 juillet.

10 au 13 octobre 1860 - Très froid.

6 au 9 novembre 1860 - Glacial.

26 au 29 novembre 1860 - il fait au contraire très doux par flux de sud.

 

Janvier 1861 est très froid et sec (moyenne -1.9°C à Lyon et 13 mm).

22 janvier au 1er février 1861 - Très forte inversion de température. Il fait très doux en altitude (9°C à 850 hPa sur presque toute la période).

 

Avril et mai 1861 - Bise tenace - La bise souffle très souvent pendant 6 semaines consécutives.

Il y a 21 jours sans pluie en avril et 23 jours sans pluie en mai à Lausanne, soit une période sèche de 44 jours consécutifs.

3 au 9 mai 1861 - Très froid, surtout le 6 mai.

10 mai 1861 - Tempête de foehn dans les vallées alpines.

Début juin 1861, les pluies font très vite "redémarrer" la végétation.

 

en juillet 1861, un écrivain danois, Andersen, de passage à Bex, a fait une narration d'un orage qu'il a pu observer: "l'orage était si majestueux que j'étais bouleversé; le tonnerre a grondé durant deux à trois heures; les éclairs formaient des figures fantastiques; le ciel n'était qu'un seul brasier."

4 au 19 août 1861 - Chaud. La chaleur est assez persistante, avec un net pic de chaleur le 16 août.

25 au 28 août 1861 - Très frais.

2 au 6 septembre 1861 - Très chaud.

15 au 17 septembre 1861 - Très frais.

20 novembre 1861 - Fort redoux après quelques jours froids, et avant une nouvelle chute de température.

16 au 20 décembre 1861 - Temps froid avec un flux d'est.

 

Hiver 1861-1862 sans neige - A Sainte-Croix, à part deux jours début janvier, il ne tombe aucune neige de tout l'hiver. Tout l'hiver est très ensoleillé, notamment en montagne.

2 au 7 janvier 1862 - Vague de froid. Le temps est très anticyclonique.

8 au 10 février 1862 - Vague de froid, brève mais intense. Le mois de février est particulièrement glacial en Scandinavie, avec une moyenne de -8.8°C à Oslo.

Le printemps 1862 est très chaud et sec (moyenne de 8.9°C pour mars, 12.9°C pour avril et 16.1°C pour mai à Lyon; moyenne de 6.9°C en mars, 11.3°C en avril et 15.4°C à Genève).

24 au 27 mars 1862 - Chaud, surtout les 25 et 26 mars.

14 et 15 avril 1862 - coup de froid ("rebuse" printanière).

24 avril au 1er mai 1862 - Chaud. Il y a un marais barométrique à tendance anticyclonique.

17 juin au 1er juillet 1862 - le temps est assez frais, surtout les 22 et 23 juin.

 

en juillet 1862, les orages empêchent d'effectuer le renflouement de l'épave de "l'Hirondelle", qui avait coulé le 10 juin dernier au large de la pointe de la Becque à La Tour-de-Peilz. "L'Hirondelle" était un grand bateau construit en 1856, capable de transporter 800 personnes à son bord. Lors de son naufrage, la totalité des 150 passagers ont pu être évacués, avec l'aide des pêcheurs, sains et saufs vers la rive toute proche.

14 juillet au 8 août 1862 - Très chaud. La chaleur est très persistante, et très forte du 23 au 29 juillet.

 

3 novembre 1862 - Il y a un fort brouillard à Nyon, le bateau "Helvétie I" s'échoue.

22 au 24 décembre 1862 - Très froid.

 

7 janvier 1863 - Tempête de foehn dans les vallées alpines.

Février 1863 est très sec, il ne tombe que 1 mm à Lyon.

Avril et mai 1863 - ces deux mois sont très doux, avec des températures très stables.

12 au 21 juin 1863 - il fait assez frais.

28 juin 1863 - 
Orage sur Genève.

21 au 23 juillet 1863 - très chaud.

8 au 17 août 1863 - Très chaud.

Il fait 34.5°C à Genève le 16 août.

La température chute brutalement le 18 août.

20 au 22 août 1863 - Très frais.

28 août au 5 septembre 1863 - Il fait à nouveau très chaud.

Fin septembre 1863, il y a des inondations. La Venoge déborde, et emporte plusieurs ponts.

13 au 31 décembre 1863 - le temps est assez froid.

 

Janvier 1864 est très froid. La moyenne est de -3.3°C à Genève, -1.8°C à Lyon.

2 et 3 janvier 1864 - Glacial ! Il se produit une intense vague de froid.

Février 1864 est assez froid également.

Le printemps 1864 est très sec et chaud (il tombe 80 mm à Lyon sur les 3 mois). Les températures sont assez stables.

15 et 16 juillet 1864 - très chaud.

1er au 6 août 1864 - très chaud. Mis à part ces deux périodes, l'été est sans grand excès de chaleur.

24 au 28 août 1864 - Le temps est très frais, après une chute brutale de température le 24 août.

11 au 16 octobre 1864 - Très froid.

7 et 8 novembre 1864 - Froid.

23 au 25 décembre 1864 - Très froid.

 

 

17 au 19 janvier 1865 - Froid.

24 au 27 janvier 1865 - Il fait au contraire très doux !

9 au 12 février 1865 - Glacial ! Il se produit une vague de froid.

20 au 22 février 1865 - Très froid.

 

Le mois de mars 1865 est glacial ! (moyenne de 2.0°C pour Lyon, 1.1°C pour Genève, et 2.0°C pour Paris). Le froid persiste tout le mois.

En fin de mois On relève 8 pieds de neige à Chapelle-des-Bois.

5 avril 1865 - Le changement de temps est très net, avec le retour d'un temps ensoleillé, doux et très anticyclonique.

Le mois d'avril 1865 est au contraire de mars très chaud (moyenne de 14.2°C à Lyon, 12.8°C à Genève et 14.6°C à Paris), avec des températures très stables.

Mai 1865 est également chaud (moyenne 16.0°C à Genève). La température est aussi très stable.

La chaleur s'accentue bien en fin de mois.

L'été 1865 est chaud, surtout juin et juillet; août est un peu plus frais.

4 au 6 juillet 1865 - très chaud.

Le 14 juillet 1865 Whymper réussit la première ascension du Cervin.

14 au 21 juillet 1865 - Vague de chaleur très intense.

La carte de réanalyse NOAA indique une température de 27°C à 850 hPa sur les Alpes le 17 juillet, et plus de 24°C du 16 au 21 juillet. La "bulle chaude" est presque centrée sur la Suisse.

9 au 13 août 1865 - Chaud.

25 au 28 août 1865 - Chaud.

Septembre 1865 est très chaud et totalement sec ! (moyenne de 18.8°C à Lyon et 0 mm !). A Bâle le mois et aussi totalement sec. Lausanne ne reçoit que 3 mm.

Le maximum de chaleur se situe du 5 au 11 septembre, mais il fait chaud à peu près tout le mois.

Les vendanges sont très précoces !

 

13 au 26 novembre 1865 - Très doux ! Le maximum de douceur se situe les 15 et 16 novembre.

13 au 18 décembre 1865 - Froid.

 

Janvier 1866 est très doux (moyenne 5.7°C à Lyon).

11 janvier 1866 - Tempête

Selon un chroniqueur landais, il y aurait des orages "sur toute l'Europe", au coeur de l'hiver.

Une très forte tempête secoue l'Europe de l'ouest dans la nuit du 10 au 11 janvier. Pour l'instant je n'ai pas trouvé d'indication d'orage sur la région lémanique.

Février 1866 est très doux (moyenne 7.2°C à Lyon).

10 au 14 mars 1866 - Froid. Le mois de mars est glacial en Scandinavie (moyenne de -5.7°C à Oslo !).

Le reste du mois de mars est plutôt doux.

Avril 1866 est très doux (moyenne 12.2°C à Lyon).

12 au 15 mai 1866 - Très froid.

 

Juin 1866 est très chaud (moyenne 20.3°C à Lyon, 18.1°C à Genève). La Mer de Glace recule de 100 mètres en une année.

17 juin 1866 - Coup de froid très brutal. Il aurait neigé dans les Ardennes.

21 au 29 juin 1866 - Très chaud.

1er au 8 juillet 1866 - le temps est assez frais.

Le mois d'août 1866 est frais et très pluvieux (moyenne 17.8°C à Lyon et 208 mm à Bâle).

3 au 5 puis 11 au 15 août 1866 - Le temps est passablement frais.

23 au 27 août 1866 - Coup de chaleur très intense, surtout les 26 et 27 août. La température chute brusquement ensuite.

 

Le mois de septembre 1866 est remarquable pour ses changements très brusques de température.

3 septembre 1866 - Très froid.

5 au 8 septembre 1866 - Très chaud. La remontée de température est brutale.

11 et 12 septembre 1866 - Très froid.

15 septembre 1866 - Très chaud.

17 au 19 septembre 1866 - Très froid ! Surtout le 18 septembre.

23 septembre 1866 - Tempête de foehn dans les vallées alpines. Il fait à nouveau très chaud.

Il y a de très fortes inondations en France durant l'automne 1866.

 

Mi-octobre 1866 -  Une énorme grêle frappe les villages de Bursins et Vinzel, juste avant les vendanges; il a fallu évacuer les amas de grêlons à la pelle.

Il tombe 163 mm de pluies à Lyon en octobre.

Novembre 1866 est en revanche très sec, avec 5 mm à Lyon.

17 au 30 novembre 1866 - Froid.

18 au 24 décembre 1866 - Le temps est très doux et très anticyclonique.

 

2 au 5 janvier 1867 - Froid.

23 janvier 1867 - Très doux. Le contraste de masse d'air est énorme entre l'Atlantique, où il fait très doux, et l'Europe de l'Est, où les températures sont glaciales.

Février 1867 est très doux et très sec ! (moyenne de 7.1°C et 7 mm à Lyon).

1er au 3 mars 1867 - Très froid. Le temps devient ensuite nettement plus doux à partir du 10 mars.

18 et 19 avril 1867 - Très chaud.

4 au 11 mai 1867 - le temps est plutôt chaud.

 

23 et 24 mai 1867 - Très froid ! Il neige à Zurich.

25 mai 1867 - Il se produit une gelée tardive désastreuse.

La température remonte rapidement ensuite.

28 mai au 2 juin 1867 - Très chaud.

 

L'été 1867 est assez frais, à Sainte-Croix il gèle en juin et en juillet.

14 au 17 juin 1867 - le temps est très froid.

9 au 20 août 1867 - Très chaud, surtout du 12 au 14 et le 20.

1er au 15 septembre 1867 - Le temps est très chaud. Le maximum se situe au 9 septembre.

25 et 26 septembre 1867 - Très froid.

4 au 12 octobre 1867 - Vague de froid précoce. Le temps est glacial.

Novembre 1867 est très sec. Il tombe 4 mm à Lyon et 8 mm à Bâle.

1er novembre 1867 - Très doux.

3 au 7 novembre 1867 - Très froid ! La température chute brutalement.

3 au 11 décembre 1867 - Très froid, avec un maximum le 7.

 

Janvier 1868 est très froid (moyenne -0.5°C à Lyon).

30 décembre au 9 janvier 1868 - Vague de froid. La Garonne et la Seine gèlent en partie.

15 au 17 janvier 1868 - Redoux très marqué.

24 au 27 janvier 1868 - à nouveau très froid.

10 au 17 avril 1868 - Très froid, surtout le 17 avril.

22 avril 1868 - Très chaud.

 

Le mois de mai 1868 est très chaud ! (moyennes de 18.7°C à  Lyon et de 17.4°C à Paris). La chaleur est persistante est répartie sur tout le mois.

4 / 5 mai 1868 - Un éboulement près d'Untervaz (Grisons) coupe le cours de la rivière et inonde le village et les champs.

25 mai au 1er juin 1868 - Très chaud.

Le mois de juin 1868 est chaud (moyenne de 19.9°C à Lyon, 18.1°C à Genève).

4 / 5 juin 1868 - Terrible grêle dans le Haut Lauchetal en Thurgovie, ainsi qu'à Wetzikon.

11 et 12 juin 1868 - Très frais, avant le retour de la chaleur.

 

3 juillet 1868 - Orage dévastateur à Saulcy (JU) (source: chronologie jurassienne).

8 au 28 juillet 1868 - Très chaud. La chaleur est la plus intense les 22-23 et 26-27 juillet "qué chaleur".

30 juillet 1868 - Trombe sur le lac de Morat.

 

2 au 4 août 1868 - Très chaud.

4 et 11 août 1868 - 
Orages avec inondations à Vevey (?)

9 au 11 août 1868 - Très chaud.

 

16 / 17 août 1868 - Alors que le niveau du Rhône est déjà très haut en Haut-Valais, un terrible orage frappe la région de Viège dans la nuit de dimanche à lundi. Le contrecoup de cet orage se fait sentir jusqu'au bords du Léman.

La ville de Viège est fortement inondée, avec localement de l'eau jusqu'au premier étage des maisons. Rarogne est également inondée, ainsi que Fully et Le Bouveret.

Le niveau du lac Léman monte sensiblement les jours suivants.

Septembre 1868 - Chaud. Moyenne 16.6°C à Lausanne, 18.8°C à Lyon.

4 au 8 septembre 1868 - Très chaud.

 

28 septembre au 5 octobre 1868 - Pluies et inondations historiques

D'énormes pluies orageuses se succèdent jour après jour sur la chaîne des Alpes; le 29 septembre il tombe 122 mm à Thusis dans les Grisons; du 1er au 3 octobre il tombe 320 mm dans la région du Gothard. La plupart des fleuves et affluents naissant dans les Alpes sont en crue.

Les températures sont restées passablement élevées durant toute la période.

Il tombe 1'118 mm au San Bernardino en 8 jours; un record pour la Suisse.

Le Lac Majeur atteint une cote record jamais atteinte avec 199,98 m.

Il y a aussi de très fortes inondations en France, notamment dans les bassins de la Garonne et de la Loire.

Il y a un rapport très détaillé sur les inondations de 1868 en Suisse:

 

http://www.geography.unibe.ch/unibe/portal/fak_naturwis/e_geowiss/c_igeogr/content/e39624/e39625/e39626/e722004/e741286/hochwasser1868e_fr_ger.pdf

"les inondations qui changèrent la Suisse"

 

 

8 novembre 1868 - Froid. Après un début de novembre doux, le froid s'intensifie. A Sainte-Croix, la neige tient 4 semaines.

Décembre 1868 est extrêmement doux ! La moyenne est de 8.4°C à Lyon, 6.6°C à Bâle, 8.1°C à Paris.

4 au 7 décembre 1868 - Vague de douceur.

26 / 27 décembre 1868 - Une violente tempête secoue la région de Delémont.

 

Janvier 1869 est très sec ! (2 mm à Lyon)

22 au 24 janvier 1869 - Vague de froid.

31 janvier 1869 - Vague de douceur.

Février 1869 est très doux et sec (moyenne 6.7°C à Lyon et 19 mm).

4 au 8 février 1869 - Vague de douceur. La douceur devient extrême les 5 et 6 février. (masse d'air à 12°C à 850 hPa).

 

Le mois de mars 1869 est par contre glacial (moyenne 3.0°C à Lyon, 2.9°C à Paris). Le "retour de l'hiver" est très perceptible à Sainte-Croix. Le froid persiste à peu près tout le mois.

7 avril 1869 - Le temps se radoucit sensiblement.

 

12 et 13 mai 1869 - Il y a une poussée de chaleur absolument énorme ! La masse d'air atteint 21°C à 850 hPa sur les Alpes, qui contraste avec les -14°C au-dessus des îles Shetland, au nord de l'Ecosse !

 

6 au 8 juin 1869 - Très chaud.

Le 12 juin 1869, il y a à nouveau un énorme contraste de masses d'air: 22°C à 850 hPa au-dessus de Perpignan, 15°C sur les Alpes, mais -8°C au-dessus de l'Ecosse.

15 au 22 juin 1869 - Très froid. La masse d'air atteint même 0°C à 850 hPa le 16 juin sur tout le nord de la France.

Le mois de juillet 1869 est très chaud (moyenne 22.1°C à Lyon).

 

8 au 13 juillet 1869 - Vague de chaleur.

27 juillet au 1er août 1869 - Nouvelle vague de chaleur. Le pic de chaleur est atteint le 1er août. (24°C à 850 hPa).

 
30 juillet 1869
:
Gros orage à Lenk dans l'Oberland bernois entre 19 h et 20 h; le village est inondé et les routes coupées.

31 juillet 1869: Orage dévastateur à Delémont et dans ses environs (source: chronologie jurassienne).

 

15 au 19 août 1869 - Le temps est très frais.

24 au 31 août 1869 - La chaleur revient.

7 au 10 septembre 1869 - à nouveau très chaud.

21 septembre 1869 - Très froid.

25 septembre au 1er octobre 1869 - Il fait à nouveau très chaud. La douceur persiste jusqu'au 13 octobre.

 

20 au 30 octobre 1869 - Vague de froid. Le temps est glacial.

La température chute brutalement le 20 octobre. Il tombe 20 cm de neige à Paris.

11 et 12 novembre 1869 - Courte vague de froid.

1er au 4 décembre 1869 - Très froid. Il y a un très net redoux le 5 décembre.

26 au 29 décembre 1869 - Vague de froid. Un redoux intervient à la Saint-Sylvestre.