L'hiver 1700 est très froid et sec; le printemps 1700 est glacial et sec.

La "grande inondation" de 1701 emporte la chapelle de Gruyères, qui sera rebâtie un siècle plus tard.

2 février 1701 - Une très violente tempête balaye la moitié nord de la France et l'Allemagne.

Le printemps 1701 est absolument glacial ! C'est le deuxième printemps le plus froid du XVIIIe siècle sur le plateau suisse.

 

7 / 8 décembre 1703 - la "grande tempête" de 1703 - "the Storm"

C'est l'une des plus violentes tempêtes jamais connues en Europe occidentale; celle-ci ravage le nord et l'ouest de la France, la Belgique, les Pays-Bas, l'Allemagne et le sud de l'Angleterre. Celle-ci fait près de 8000 victimes.

L'hiver 1704 est très froid et sec.

 

L'été 1705 est très chaud et juillet et août. La chaleur a par ailleurs brisé les thermomètres de Cassini par dilatation excessive du liquide.

L'été 1706 est chaud et très sec. L'automne est aussi chaud et sec.

1707 - L'hiver est doux, mais le printemps est froid. L'été est très arrosé, sans doute par de nombreux orages.

 

Novembre et décembre 1708 - Alternance de temps doux et pluvieux avec de brutales vagues de froid.

 

L'hiver de 1709

Le début de l'hiver 1708-1709 est marqué par une alternance, souvent brusque, de périodes très froides et de périodes beaucoup plus douces.

Une vague de froid d'une intensité exceptionnelle va concerner une grande partie de l'Europe.

Le 5 janvier, après plusieurs jours de pluie, la bise commence à souffler (Lochieu, Ain).

Le 6 janvier, jour de l'Epiphanie, la bise souffle avec une violence extrême; la température commence sa chute. Les sols gorgés d'eau, et sans neige, sont rapidement saisis par le gel, rendant les déplacements très périlleux.

Le 7 janvier, la bise souffle avec une telle vigueur que presque personne ne tente de s'y exposer...

Le froid est devenu si intense que les cours d'eau sont pris de glaces dès les premiers jours. Le Rhône est pris de glace même aux endroits où le courant est rapide.

Le sol est durci à tel point qu'il n'est même plus possible d'inhumer les morts.

Les oiseaux sont tombés morts de froid par dizaines, jonchant le sol. Les arbres se fendent en produisant de grand bruits.

Dans le Valromey, les noyers sont anéantis par le gel, tout comme les vignes.

Cette vague de froid dure près de trois semaines, jusqu'au 24 janvier.

Il y aura encore du froid en février et en mars, mais moins intense.

Dans une grande partie de l'Europe, l'hiver 1709 est considéré comme l'un des plus durs jamais connus. Le gel a détruit les cultures et les semailles, s'ensuit des récoltes désastreuses, et une famine. Cet hiver fait autant de victimes que l'aurait fait une grande guerre.

 

2 août 1709 - Trombe sur le lac de Pfäffikon.

L'hiver 1710 est froid et très sec.

L'hiver et le printemps 1711 sont humides. En février et mars la plupart des fleuves en Europe sont en crue. Le Rhône déborde.

L'automne 1711 est aussi très humide.

 

L'été 1713 est froid et très pluvieux; les vendanges sont très tardives. L'automne est aussi très froid et humide.

L'hiver 1714 est très sec. Le printemps 1714 est glacial, l'été et l'automne 1714 sont passablement frais.

23 septembre 1714 - Un énorme éboulement dans le massif des Diablerets ensevelit la région de Derborence.

 

18 juin 1715 - Gros épisode de grêle à Winterthur.

 

L'hiver 1716 est glacial et sec, mais avec parfois d'énormes accumulations de neige, surtout en montagne.

Le printemps 1716 est glacial; l'été 1716 est très frais, les vendanges sont très tardives.

L'hiver 1717 est froid et sec.

 

L'hiver 1718 est très froid; mais l'été 1718 est très chaud et sec. Les vendanges sont très précoces.

L'hiver 1719 est doux et très humide; l'été 1719 est à nouveau très chaud et très sec.

 

L'été 1720 est extrêmement arrosé, c'est le plus humide du XVIIIe siècle sur le plateau suisse.

L'hiver, le printemps et l'automne sont aussi des saisons fort humides.

Le printemps 1721 est très froid et très humide.

L'automne 1722 est chaud.

 

L'hiver 1723 est froid et humide.

Le printemps 1723 est par contre extrêmement chaud et sec. C'est le printemps le plus chaud du XVIIIe siècle sur le plateau suisse.

L'automne 1723 est chaud et sec. Les vendanges sont précoces.

 

L'hiver 1724 est très doux; le printemps 1724 est très chaud mais humide.

L'été 1724 est chaud et sec; l'automne est très sec. Les récoltes sont souvent surabondantes.

 

18 janvier 1725 - Il neige très abondamment à Saint-Romain-sur-Versigny (Saône-et-Loire) pendant deux jours. Il s'ensuit un vent de midi très chaud qui va rapidement faire fondre toute la neige.

De fin janvier à fin mars 1725 le temps est très sec.

Dès la semaine de Pâques (1er avril), la pluie fait son retour, pour persister tout le printemps et l'été...

L'été 1725 est pourri, frais et surtout très pluvieux; en août on compte 24 jours de pluie à Zurich. Les vendanges sont très tardives et les récoltes gâtées.

8 septembre 1725 - Le beau temps fait son retour, pour environ trois semaines, avant le retour d'un temps à nouveau pluvieux.

 

L'hiver 1726 est froid et humide; le printemps 1726 est très sec mais frais; l'été 1726 est en revanche bien chaud, on parle de "baromètre immobile".

 

Le 5 juillet 1726, après une journée de fortes chaleurs, un orage très durable s'est développé sur le Val-d'Illiez. L'intensité des pluies est telle que la Vièze entre en crue et arrache tout sur son passage: rochers, arbres, ponts et maisons... Dans la nuit, le torrent déborde à Monthey et provoque des inondations catastrophiques.

Le même jour, un autre orage frappe sévèrement Vevey et sa région. La Veveyse déborde à tel point qu'elle détruit l'un des murs d'enceinte de la ville. (rapporté dans la FAL du 31 juillet 1917).

 

Du 19 au 26 octobre 1726, il y a de nombreuses aurores boréales, parfois "terrorisantes"...

 

Le printemps et l'été 1727 sont plutôt chauds et bien arrosés.

 

Le printemps 1728 est très chaud et sec; l'été 1728 est aussi très chaud. Les vendanges sont précoces.

 

L'hiver 1729 est très rude et très long, avec beaucoup de neige.

J'ai trouvé cette anecdote inattendue le 19 février 1729, dans un registre paroissial de Chexbres, lors du mariage de deux de mes ancêtres directs, Jean Pierre Genton et Susanne Pasche. Ce mariage s'est fait avec beaucoup de difficulté et a dû être reporté à cause de la neige et du froid: "extraordinaire à cause de la grande quantité de neige qui étoit tombée le ieudy et le vendredy, qui ayant â cause du vent entierement bouché les chemins, ledit Genton ne pût se rendre le vendredy..."

Le printemps 1729 fait état aussi de neige et de très fortes gelées jusqu'à avril.

L'été 1729 est au contraire chaud et sec.

 

L'hiver 1731 est glacial; le printemps 1731 est très froid et très sec.

 

L'hiver 1733 est très doux et sec.

L'hiver 1734 est très doux et sec.

L'été 1734 est très arrosé; l'automne 1734 est très froid.

Le 28 juillet 1735, la foudre tue deux personnes sous le clocher de l'église au Grand-Abergement (Ain).

 

L'été 1737 est très arrosé.

L'hiver 1738 est très froid.

 

16 et 18 janvier 1739 - il y a de très violentes tempêtes sur la Suisse, qui causent de nombreux dégâts.

Le printemps 1739 est très froid.

11 novembre 1739 - le froid arrive en force.

 

L'année 1740 est une année épouvantable.

L'hiver 1740 est très long et très dur, un peu comme en 1709. Le froid y a été moins extrême mais par contre beaucoup plus durable qu'en 1709.

 

Le printemps 1740 est absolument glacial. C'est même le plus froid entre le XVIe et le XXe siècle sur le plateau suisse.

Le mois de mai est caractérisé par la présence de neige dès 1000 mètres une bonne partie du mois.

Le 2 mai, il neige dans la région de Nantua, et cela dure près de 10 jours. A Hotonnes (Ain, 750 m), on mesure un pied et demi de neige.

 

L'été 1740, relativement normal sur le plateau suisse, a été par contre excessivement arrosé et froid dans le nord de la France.

Le gel arrive très tôt à l'automne de 1740,

Le 10 octobre, le gel et la neige sont déjà là (Nantua).

Les raisins encore verts sont gelés.

D'autres sévères gelées surviennent en octobre et en novembre, suivi de pluies continuelles en décembre.

 

On dit volontiers "qu'il a gelé tous les mois de l'année". Cette année mémorable serait aussi à l'origine de la phrase "s'en moquer comme de l'an 40"...

 

L'hiver 1741 est très doux et très humide. Le printemps est froid et sec, l'été plutôt chaud.

Le 7 octobre 1741, il y a une trombe sur le Léman et plusieurs trombes sur le lac de Bienne.

Le printemps 1742 est assez froid, l'été par contre est plutôt chaud et sec.

Le 9 juillet 1742, il y une trombe sur le Léman.

 

L'hiver 1744 est froid et surtout très sec.

L'été 1746 est chaud et très sec.

L'été 1747 est par contre très arrosé.

Le printemps 1748 est très froid.

L'hiver 1749 est très doux.

 

9 novembre 1749 - Tempête de foehn dans les vallées alpines.

L'automne 1749 est très sec.

 

Le printemps 1750 est chaud et humide.

Le printemps 1751 est froid et surtout très arrosé. Les vendanges sont tardives.

L'automne 1752 est très sec.

 

Le printemps 1753 est très chaud et très sec.

L'été 1753 est chaud et sec, de même que l'automne.

 

L'été 1754 est plutôt chaud et sec.

23 septembre 1754 - Un orage surprend Jean-Jacques Rousseau dans l'après-midi, alors qu'il est en excursion sur la rive sud du lac. Il se réfugie dans une maison à Meillerie.

L'automne 1754 est très sec.

 

L'hiver 1755 est très froid et très sec; la moyenne à Bâle est de -5.7°C pour janvier et -3.0°C pour février.

Le mois d'avril 1755 est excessivement chaud; la moyenne à Bâle est de 13.2°C. A Paris on parle de "chaleur excessive". Le mois de mai qui suit, avec une moyenne de 10.5°C, est presque trois degré plus froid qu'avril !

 

9 décembre 1755 - Un violent séisme secoue le Valais. Il y a des dégâts aux église de Brig, Naters et Viège. La secousse est ressentie en Savoie, en Alsace, en Italie du Nord et en Allemagne jusqu'à Stuttgart et Ingolstadt. Le séisme se produit un mois seulement après le grand séisme de Lisbonne, le 1er novembre.

 

Le printemps 1756 est très froid (moyenne 3.9°C pour mars, 6.9°C pour avril et 11.1°C pour mai à Bâle).

L'automne 1756 est froid (moyenne 1.5°C à Bâle pour novembre).

 

L'hiver 1757 est glacial (moyenne -2.8°C pour décembre, -2.8°C pour janvier et -0.2°C pour février à Bâle).

L'été 1757 est plutôt chaud, surtout juin et juillet (moyenne 17.3°C en juin et 19.8°C en juillet à Bâle).

Il se produit une canicule d'une ampleur exceptionnelle du 9 au 20 juillet.

Août est en revanche frais.

L'automne 1757 est très froid (moyenne de 11.3°C à Bâle pour septembre).

Octobre 1757 est glacial, la moyenne est de 4.2°C à Bâle.

 

Le mois de janvier 1758 est glacial (moyenne -5.2°C à Bâle).

17 / 18 avril 1758 - Gelées. Dans la région lyonnaise et dans le Bugey, il se produit des gelées dévastatrices dans la nuit. Les blés sont très endommagés. Les noyers du Bugey ne produiront pas la moindre noix cette année.

Durant l'été 1758, la grêle sévit quatre fois à Limonest (Rhône).

L'automne 1758 est très froid (moyenne 12.0°C pour septembre, 6.9°C pour octobre et 2.6°C pour novembre).

 

Novembre 1759 est hivernal, avec une moyenne de 0.5°C à Bâle et de 3.7°C à Paris.

L'hiver 1760 est très humide.

Le printemps et l'été 1761 sont passablement chauds.

 

Avril 1762 est très chaud (moyenne 11.7°C à Bâle et 13.8°C à Paris). Mai est également très chaud.

L'été 1762 et plutôt chaud. Il se produit une importante sécheresse (Azollette, Rhône).

L'automne 1762 est froid (moyenne 13.7°C pour septembre, 7.6°C pour octobre et 2.7°C pour novembre à Bâle).

 

L'hiver 1763 est très froid (moyenne -4.2°C en décembre 1762 et -6.0°C en janvier à Bâle). Février est par contre très doux.

Mars 1763 est très froid, plus froid que février (moyenne 2.4°C à Bâle). Avril et mai sont assez frais.

L'automne 1763 est très frais (moyenne 13.1°C en septembre, 7.3°C en octobre et 3.1°C en novembre).

 

L'hiver 1764 est très doux (moyenne 2.1°C en décembre, 3.6°C en janvier et 3.4°C en février à Bâle).

Mars 1764 est glacial. Avec une moyenne de 1.7°C à Bâle, il est plus froid que tous les autres mois de l'hiver !

En août 1764, il y a une trombe sur le Léman.

L'automne 1764 est à nouveau bien froid (moyenne 12.6°C en septembre, 7.1°C en octobre, 3.9°C en novembre à Bâle).

 

L'hiver 1766 est glacial, surtout janvier (moyenne de janvier -7.8°C à Bâle).

L'automne 1766 est très sec.

 

Alors que janvier 1767 est glacial (moyenne -5.9°C à Bâle), février 1767 est d'une extrême douceur (moyenne 4.9°C à Bâle et même 9.5°C à Paris).

Le printemps 1767 est froid (moyenne 3.4°C pour mars, 7.2°C pour avril, 12.0°C pour mai).

 

L'été 1767 est d'abord très humide, avec des inondations, puis ensuite très sec, avec de la sécheresse.

Les moyennes sont de 15.9°C pour juin, 18.3°C pour juillet et 18.2°C pour août et 14.4°C pour septembre à Bâle.

Les vendanges sont fort tardives.

5 juillet 1767 - inondations à Montbéliard.

9 septembre 1767 - Très forte chaleur à Collonges (Pays de Gex).

 

L'hiver 1768 est très froid, surtout décembre et janvier.

Mars 1768 est très froid (moyenne à Bâle 1.6°C). Avril et mai sont plus cléments.

 

Octobre 1769 est très froid (moyenne à Bâle 4.8°C).

Décembre 1769 - Très mauvais temps.

Le 13 décembre, W.A. Mozart et son père quittent Salzbourg pour Innsbruck avant de se rendre en Italie. Le début du voyage est particulièrement pénible à cause des intempéries.

 

Mars et avril 1770 sont très froids (moyennes de 1.6°C et 5.8°C à Bâle).

 

Mars et avril 1771 sont très froid (moyenne 3.0°C pour mars et 6.2°C pour avril à Bâle).

Mai 1771 est chaud (moyenne 16.3°C à Bâle), soit 10°C de plus qu'en avril.

 

L'hiver et le printemps 1772 sont humides.

Juin 1772 est chaud (moyenne 18.8°C à Bâle); c'est le mois le plus chaud de l'été. Tout l'automne est également chaud.

L'automne 1772 est très chaud (moyenne 16.3°C pour septembre, 11.4°C pour octobre et 5.8°C pour novembre à Bâle).

 

Juillet 1773 est très frais (moyenne 16.6°C à Bâle).

 

L'hiver 1774 est plutôt doux, le printemps et l'été 1774 sont chauds.

 

L'été 1775 est chaud et humide. Septembre est également chaud.

 

Janvier 1776 est glacial (moyenne -5.2° à Bâle). Février est en revanche très doux.

Le mois de mai 1776 est frais (moyenne 11.0°C à Bâle).

 

L'hiver 1777 est froid (moyenne -0.9°C en décembre, -1.6°C en janvier, et -0.9°C en février à Bâle).

Le mois d'avril 1777 est froid, avec des gelées (moyenne 7.2°C à Bâle).

Juillet 1777 est frais (moyenne 17.1°C à Bâle).

 

L'hiver 1778 est froid, surtout décembre.

L'été 1778 est chaud et sec. (moyenne 20.0°C en juillet et 18.6°C en août à Bâle). L'automne est par contre très humide.

 

Janvier 1779 est glacial (moyenne -7.0°C à Bâle). En revanche, décembre et février sont très doux. L'hiver est aussi très sec.

Avril 1779 est très chaud (moyenne 11.8°C à Bâle).

Septembre, octobre et décembre 1779 sont particulièrement doux. (moyenne 15.6°C pour septembre, 11.4°C pour octobre, 5.3°C pour novembre, et 5.1°C pour décembre).

 

L'hiver 1780 est très froid en janvier et février (moyenne -3.2°C et -2.6°C à Bâle).

Mars 1780 est très doux (moyenne 7.8°C à Bâle); avril est presque plus froid que mars (moyenne 7.8°C).

L'été 1780 est très chaud et très sec.

 

L'automne 1780 est chaud et humide; l'hiver 1780-1781 est très humide.

 

Le printemps 1781 est très chaud, l'été 1781 est chaud. Les récoltes et les vendanges sont précoces et surabondantes.

 

Durant l'hiver 1781-1782, il y a eu des quantités prodigieuses de neige en montagne. Ainsi, à Sainte-Croix, les accumulations provoquées par la neige et le vent ont pu atteindre par endroit 15 pieds de hauteur. (cité par le régent Margot).

A Bâle, janvier est doux, mais février est très froid.

 

Le printemps 1782 est frais et humide.

7 mai 1782 - Froid et neige. A Sainte-Croix, il y a des accumulations de neige devant les maisons qui atteignent 3 pieds de haut.

En revanche l'été 1782 est chaud et sec, surtout juin et juillet. Une sécheresse très sévère sévit (Champfromier, Ain).

11 août 1782 - Froid. Les grains sont gelés à Sainte-Croix.

Les récoltes de vin en Champagne sont très médiocres.

 

L'automne 1782 est très froid (moyenne 6.6°C en octobre). La neige vient de très bonne heure.

Novembre 1782 - Glacial. Après un mois d'octobre déjà bien froid, le mois de novembre est hivernal avec une moyenne de 0.5°C à Bâle et 2.3°C à Paris.

 

Printemps 1783 - Mars est plutôt froid (moyenne 3.5°C à Bâle), mais avril et mai sont plutôt chaud (moyenne 9.6°C et 14.4°C).

 

Dès le 8 juin 1783, débute l'éruption du Laki en Islande; la lave s'échappe d'une fissure longue de 27 km.

Le 26 juin 1783, la foudre s'abat sur l'église de Villars-le-Terroir, tuant 11 personnes et en blessant 13 autres (rapporté dans la Feuille d'Avis de Lausanne du 9 juillet 1910).

 

L'été 1783 est caractérisé par la présence de nombreuses brumes "qui se traînent comme des fumées" (ainsi décrit par le régent Margot à Sainte-Croix) et qui donnent d'étranges couleurs au crépuscule (le "soleil rouge et pâle à l'aurore du soir")... Il s'agit des poussières volcaniques provenant de l'éruption du Laki en Islande, qui ont concerné toute l'Europe.

Il a fait de très grandes pluies jusqu'à la Saint-Jean, puis ensuite l'été a été chaud, suivi d'un très bel automne; la terre a beaucoup produit.

La présence des ces brumes a également favorisé la formation d'orages fréquents, violents et souvent grêligènes. Il est souvent fait mention de tonnerres "furieux" et "effrayants" (Ochiaz et Champfromier, Ain).

 

L'hiver 1784 a été très froid (moyenne de -0.6°C pour décembre, -3.9°C pour janvier et -2.4°C pour février à Bâle).

En revanche, la neige est peu présente en début d'hiver. A Sainte-Croix, elle n'arrive en abondance que la nuit du 15 au 16 janvier 1784.

Avril 1784 est très froid (moyenne 6.4°C à Bâle).

Mai 1784 est très chaud (moyenne 15.9°C à Bâle).

Août 1784 est frais (moyenne 16.6°C à Bâle).

Septembre 1784 est chaud (moyenne 16.2°C à Bâle).

Octobre 1784 est glacial (moyenne 5.4°C à Bâle).

 

29 novembre 1784  - A Montbéliard, il se produit un orage hors saison en même temps qu'un séisme...

Mars 1785 - Neigeux et glacial ! Après un hiver déjà bien froid, ce mois de mars est extrême avec une moyenne de -2.8°C à Bâle et de 1.2°C à Paris.

Les 12 et 13 mars il y a 1 mètre de neige à Berne.

Avril 1785 est froid (moyenne 6.0°C à Bâle). Mai est plus chaud.

 

1er juillet 1785 - Très froid, il neige à Sainte-Croix.

Une importante sécheresse sévit durant l'été 1785, même si celui-ci est relativement frais (moyenne 16.0°C en juin, 17.3°C en juillet et 16.6°C en août à Bâle).

Septembre 1785 est très chaud (moyenne 16.3°C à Bâle).

 

Mars 1786 - Très froid (moyenne 1.9°C à Bâle).

Avril 1786 - Chaud (moyenne 10.5°C à Bâle).

1er mai 1786 - Froid. Il neige à Sainte-Croix.

 

Juin 1786 est chaud (moyenne 18.0°C à Bâle). En revanche, juillet et août sont très frais (moyennes 16.6°C et 16.6°C).

 

Octobre et novembre 1786 sont très froids. (moyennes 6.6°C et 2.3°C à Bâle).

 

13 avril 1787 - Froid.

Le 13 avril, il neige à Sainte-Croix, suivi d'une bise et de fortes gelées qui vont persister jusqu'au début de mai.

 

L'hiver 1788 est très humide et très doux (moyenne 3.9°C pour décembre, 1.1°C pour janvier et 3.8°C en février).

Le printemps 1788 est plutôt chaud et sec, l'été 1788 est chaud et arrosé.

Le 13 juillet 1788, une énorme colonne de grêle concerne l'ouest et le nord de la France, la Belgique et les Pays-Bas, en passant par la région parisienne.

10 octobre 1788 - Il neige à Sainte-Croix, avant le retour d'un temps plus chaud qui persistera jusqu'à la Saint-Martin.

Novembre 1788 est très froid (moyenne 0.3°C à Bâle).

 

L'hiver 1789 est très rude. La moyenne de décembre 1788 est de -9.6°C à Bâle ! Le Rhône est pris de glaces à Lyon.

Janvier 1789 est froid (-1.8°C), février est par contre doux (3.2°C).

Mars 1789 est très froid (moyenne 1.1°C à Bâle et 1.8°C à Paris).

Mai 1789 est très chaud (moyenne 15.4°C à Bâle).

29 / 30 juin 1789 - Très froid, le matin du 30 juin les crêtes du Jura sont blanches de neige. (Cité dans la FAL du 22.05.1902).

La moyenne de juin est de 14.3°C à Bâle (plus froid que mai) et de 15.3°C à Paris.

Juillet et août 1789 sont assez frais et surtout très arrosés. Il y a eu de la grêle à Sainte-Croix.

L'automne 1789 est froid.

 

12 juillet 1790 - Très froid, il y a une averse de neige à Sainte-Croix. Les deux jours suivants sont très pluvieux, les eaux débordent.

Les moyennes sont de 17.0°C pour juin, 16.8°C pour juillet et 18.0°C pour août à Bâle.

 

28 janvier 1791 - Orage - le tonnerre gronde à Sainte-Croix, suivi d'un gros temps de neige. Le mois de janvier est très doux.

Avril 1791 est chaud (moyenne 11.7°C à Bâle).

L'été 1791 est très sec à Limonest (Rhône). Sur le plateau suisse il est à peu près "dans les normes".

 

L'été 1793 est plutôt chaud, surtout juillet et août.

Le 1er novembre 1793, il y a une trombe sur le Léman.

 

Février, mars et avril 1794 sont très doux. (moyenne 4.8°C en février, 7.4°C en mars et 12.0°C en avril à Bâle).

Juillet 1794 est très chaud (moyenne 20.8°C à Bâle et 22.6°C à Paris). Août est en revanche frais.

 

25 au 27 janvier 1795 - Hiver très brutal

La moyenne de janvier est de -7.4°C à Bâle, et de -6.3°C à Paris.

Aux Pays-Bas, le Zuyderzee est gelé.

Après près de deux mois de temps excessivement froid et sec, de très fortes pluies arrosent la région, tombant sur des sols extrêmement gelés. L'eau ne pouvant être absorbée coule partout et oblige même des habitants à devoir abandonner leurs foyers. Le 29 janvier le froid revient en force et très brusquement, si bien que les chemins sont couverts d'une glace épaisse. Du 9 au 11 février un nouveau redoux brutal et très pluvieux amène de nouvelles inondations (cité par le régent Margot à Sainte-Croix).

 

L'hiver 1796 est très doux et humide.

Mars 1796 est très froid (moyenne à Bâle 1.3°C); plus froid que tous les autres mois de l'hiver.

L'été 1796 est plutôt frais.

 

L'hiver 1797 est froid et très sec, avec très peu de neige. Le mois de décembre 1796 est le plus froid avec une moyenne de -2.0°C à Bâle.

Juin 1797 - le temps est pourri, avec des pluies froides et répétées. Le 9 juin il y a de la neige à Sainte-Croix. La moyenne est de 13.9°C à Bâle.

Juillet et août 1797 sont en revanche chauds.

 

L'été 1798 est plutôt chaud, surtout juin.

Le 29 septembre 1798, il y a de l'orage, suivi de pluie et de temps très froid; il neige alors à Sainte-Croix, il y en a même un demi-pied sur les hauteurs du village. (cité par le régent Margot dans sa chronique météorologique).

 

L'année 1799 est globalement très froide et pluvieuse.

Janvier 1799 est très froid (moyenne -4.6°C à Bâle).

Le printemps 1799 est froid et pluvieux, surtout avril (moyenne 6.8°C à Bâle).

L'été 1799 est assez frais et très pluvieux.

L'automne 1799 est également froid et pluvieux.

Le mois de décembre 1799 est glacial (moyenne -4.8°C à Bâle et -1.4°C à Paris).