1er au 4 janvier 1993 - Courte mais puissante vague de froid.

Le dimanche 3 janvier la température ne dépasse pas -7°C à Saint-Légier. Les maxima sont de -4.8°C à Genève et de -4.0°C à Lyon.

Le 4 janvier il fait -10.2°C à Lyon.

Le 5 janvier il fait -9.8°C à Genève.

Il s'ensuit un redoux très sensible.

 

10 au 14 janvier 1993 - Très doux ! A 2000 m d'altitude, il y a 4 nuit consécutives sans gel, du jamais vu depuis 1959.

La douceur persiste jusqu'au 22 janvier, avec un temps très ensoleillé et très peu de stratus. L'isotherme du zéro degré n'hésite pas à remonter jusqu'à 3200 mètres !

Comme en 1990, il n'y quasi pas de neige dans les stations en-dessous de 2000 mètres.

Le 13 janvier il fait 14.0°C à Genève et 15.6°C à Lyon.

Le temps reste souvent très ensoleillé, avec très peu de stratus.

22 au 24 janvier 1993 - Il fait à nouveau très doux.

 

Février 1993 est extrêmement sec et anticyclonique.

 

Le "croissant de lune solaire"

Le matin du 15 février il y a un fort brouillard à Saint-Légier. Toutefois, j'entrevois le soleil se lever au-dessus de la Dent-de-Jaman, à travers le brouillard. Le profil si particulier de cette montagne confère au soleil émergeant la forme parfaite d'un croissant !

 

 

22 février au 9 mars - Très froid !

Après une journée de neige le 22 février, la bise se lève et rend l'atmosphère glaciale !

Les 24 et 25 février il y a deux matins avec -13°C à Saint-Légier.

 

5 mars 1993 - Nouvelle nuit glaciale, il fait -10°C à Saint-Légier. Le temps est ensuite très ensoleillé, mais les nuits sont très froides jusqu'au 9 mars.

Les jours suivants sont très ensoleillés et printaniers.

20 mars 1993 - Il fait 22.7°C à Lyon.


21 mars 1993 - Le premier orage de l'année

Après plusieurs journées ensoleillées et très douces, le temps commence à se gâter ce dimanche 21 mars.

Dès le matin il y a des nuages assez menaçants, alternant avec des éclaircies.

L'orage éclate vers 18 heures; il n'y a que peu de tonnerre entendu à Saint-Légier. En revanche il y a de la vaudaire.

C'est surtout en Bas-Valais que l'orage est le plus fort, autour de Monthey.

 

22 mars 1993 - Violente averse en soirée, mais sans orage.

25 au 29 mars 1993 - Très froid !

La bise souffle avec force du 25 au 28 mars. Le 26 mars il y a une brusque averse de neige balayée par la bise. Le 29 mars il fait -7°C le matin à Saint-Légier.


10 avril 1993 - Bel orage en soirée

La matinée du samedi 10 avril est très pluvieuse. Puis le soleil s'impose dès midi.

Avec la montée de la température, un front orageux se met en place à l'ouest. Le ciel commence à se couvrir vers 18 heures.

Vers 20 heures, il y a un premier petit orage localisé au sud-est, derrière les Rochers-de-Naye.

Mais le front principal arrive par le sud-ouest, vers 21 h. Le front orageux amène de très fortes averses, et de coups de foudre parfois proches..

Une nouvelle très forte averse survient encore dans la nuit, mais sans orage.

 

Une situation de marais barométrique engendre une évolution convective tous les jours.

 

11 avril 1993 - Averse en fin d'après-midi, mais sans orage.

12 avril 1993 - Le ciel est menaçant en soirée, il y a des averses, mais sans orage.

13 avril 1993 - Il y a un peu de tonnerre en soirée, alors que je me trouve à Montreux.

14 avril 1993 - Pas d'orage ce jour-ci, mais les cumulus bien développés sont magnifiques à voir.

15 avril 1993 - Le ciel est menaçant dès midi, de fortes rafales de secteur nord soufflent dans l'après-midi, avec quelques pluies, mais sans orage.

16 avril 1993 - Le ciel est menaçant dès le début d'après-midi, de fortes rafales de secteurs nord soufflent, et cette fois-ci il y a quelques coups de tonnerre.

 

24 et 25 avril 1993 - Le foehn souffle très fort pendant deux jours.

Il y a une rafale de 115 km/h à Chamonix.

 

30 avril 1993 - Le temps est menaçant dès la fin de la matinée, avec un ciel noir, il y a une forte rafale, mais sans pluie et sans orage. Le soleil revient l'après-midi.

1er mai 1993 - Le ciel devient menaçant en tout d'après-midi, il y a orage qui passe à côté; il ne pleut pas à Saint-Légier.

2 mai 1993 - Forte averse à midi, avec quelques coups de tonnerre.

 

11 mai 1993 - Quelques coups de tonnerre en soirée, avec un bon coup de vent.

13 mai 1993 - Quelques coups de tonnerre en fin d'après-midi, avec une brève averse.

 

18 mai 1993 - la foudre presque devant le soleil !

Un orage sévit sur le Haut-Lac en soirée, modérément électrique, mais bien pluvieux.

Alors qu'une éclaircie se dessine au nord-ouest, près du soleil couchant, l'orage continue à donner plus au sud, sur le lac; vus de Saint-Légier,  quelques éclairs ne tombent vraiment pas loin du soleil   couchant ! 

Une ambiance "étrange", telle que j'avais pu déjà la connaître une fois lors de l'orage du 18 septembre 1989.

 

19 mai 1993 - Il y a un orage matinal vers 8 h sur le Lavaux, bien pluvieux, alors que je me trouve sur l'autoroute en direction de Lausanne.

20 mai 1993 - En ce jeudi de l'Ascension, il y a une violente rafale de vent d'ouest, suivi d'une forte averse, mais sans orage. Je me rends au bord du lac pour observer les vagues.

21 mai 1993 - Coup de froid. Il pleut tout le matin, et la neige s'abaisse à 1600 mètres autour du Léman. En certaines régions des Alpes la neige est même descendue jusqu'à 800 mètres ! Le beau temps puis la chaleur reviennent les jours suivants.

 

25 mai 1993 - Chaud.

Il fait 31.1°C à Grenoble, 29.8°C à Lyon, 29.6°C à Genève.

 

26 / 27 mai 1993 - Après une très chaude journée, le mercredi 26 mai, le ciel devient menaçant dans l'après-midi, avec une rafale, sans que ne se déclenche un orage sur le Haut-Lac. Dans la nuit suivante, il y a à nouveau une grosse rafale, suivi d'un peu de pluie en début de matinée.

Le 26 mai il tombe 33.4 mm à Lyon.


27 mai 1993 - Orages en soirée et fort vent

La journée est chaude et lourde. Le ciel se charge dans l'après-midi en même temps qu'un vent soutenu se lève, de secteur sud-ouest.

Sur le chemin du retour, de Lausanne en direction de Vevey, je vois qu'il y a un petit orage derrière les Rochers-de-Naye.

Arrivé à la maison, je profite du vent pour faire fonctionner le cerf-volant; cependant les rafales sont fortes et malmène le fragile aéronef... qui finit sa route emmêlé dans un lampadaire !

Vers 19 heures, il y a un nouvel orage, au nord-ouest, derrière le Mont-Pèlerin.

Puis vers 20 heures, la situation orageuse se généralise à tout le Haut-Lac, avec quelques bons coups de tonnerre et une bonne averse, en même temps que le vent cesse.

Vers 21 heures il y a les derniers coups de tonnerre. La température a bien chuté.

Il tombe 10.2 mm à Genève et 21 mm à Lyon.

 

30 mai 1993 - En ce dimanche de Pentecôte, il y a quelques coups de tonnerre en tout début d'après-midi.

 

1er / 2 juin 1993 - Nuit orageuse et front froid actif

La journée du mardi 1er juin est très ensoleillée. En soirée,  il y a de très beaux cumulus vespéraux, augurant une situation préorageuse.

Un premier orage éclate dans la nuit, vers 3 heures, mais passe à côté; le temps reste sec à Saint-Légier.

Un second orage survient vers 5 heures, et passe à côté... à nouveau pas une goutte ! Mais l'activité électrique est assez importante - une situation idéale pour la photographie...

Troisième orage vers 6 h 30; cette fois il y a la première averse, encore bien faible.

La forte pluie arrive finalement vers 9 h 30, alors que je me trouve au travail près de Lausanne; un déluge ! Mais il n'y a plus d'activité électrique. La pluie perdure modérément jusqu'en début d'après-midi, puis le ciel reste couvert.

Après un bref dégagement du ciel au crépuscule, une violente averse de pluie et de grêle surgit à 22 heures, sans éclairs. La température a bien chuté, il ne fait plus que 8°C (mais ce refroidissement n'est une nouvelle fois que temporaire)

 


6 juin 1993 - Il fait très chaud ce dimanche; un très bel orage est visible en fin d'après-midi au loin en direction du Nord, derrière Châtel-Saint-Denis. Le tonnerre se fait entendre au loin.

8 juin 1993 - Comme dimanche, avec la forte chaleur, il y a un peu d'orage au loin, sur le relief, en début de soirée, mais avec un peu plus de tonnerre entendu. Les nuages prennent par ailleurs des formes assez curieuses.

 

9 juin 1993 - Quatrième jour consécutif de forte chaleur.

Comme les jours précédents les "enclumes" ne manquent pas; alors que je suis encore près de Lausanne pour le travail, j'entends un peu de tonnerre lointain, dans l'après-midi.

En soirée, rentré à Saint-Légier, le vent de sud-ouest est assez soutenu, j'en profite pour faire fonctionner le cerf-volant, avec de sympathiques acrobaties par la même occasion... Par ailleurs, j'avais un autre cerf-volant qui s'était emmêlé en haut d'un lampadaire...   Il y est resté accroché pendant près de deux semaines, offrant ainsi aux passants une "décoration" insolite,  avant de se détacher à l'instant ! J'ai du coup pu le récupérer !

En début de nuit, alors que tout est calme sur l'est lémanique, je peux apercevoir des flashes lointains, en direction de Genève et du Jura.

Le 9 juin il est tombé 20.4 mm à Genève, mais le temps est resté sec sur l'est lémanique.

 


10 juin 1993 - le plongeon dans l'averse !

La journée est plus lourde que les précédentes; et dès midi le temps devient menaçant.

En début d'après-midi, alors que je me trouve près de Lausanne, il y a un faible orage, avec une petite averse. Puis le temps redevient calme, avec des moments de soleil, mais l'état du ciel montre bien que de l'orage peut tomber à tout moment !

Vers 18 h 30, je suis en train de rentrer, je prends l'autoroute en direction de Vevey. Sur Lausanne, le temps est assez calme mais je vois que le ciel est assez noir; je me dis qu'il pourrait y avoir un orage non loin de Saint-Légier. En tout cas je vais droit dans sa direction.

Plus je m'approche et plus le ciel est noir.

Arrivé à hauteur de Chexbres, l'horizon se dégage et je peux vraiment voir ce qui se passe, pile devant moi. Les montagnes ont disparu derrière un rideau d'averse très localisé mais très compact ! Notre maison se trouve en plein dedans, et je vois des éclairs tomber par la même occasion...

Bien que je ne reçoive pas la moindre goutte, je m'approche inexorablement de la "bête".

C'est au moment de franchir le pont qui enjambe la Veveyse que j'entre dans l'orage. Il me faut moins d'une seconde pour passer du temps sec au déluge ! Un bord d'averse superbement tranché ! Il y a même des grêlons qui se mêlent à l'averse, la visibilité est d'un coup très réduite...

Arrivé à la maison, on a pu me dire qu'il y a eu des coups de foudre très proches, mais aussi une forte grêle.

Après un petit quart d'heure, l'orage se calme et l'averse cesse.

Plus tard dans la soirée, j'ai pu observer pas moins de trois autres orages du même genre; averse très localisée et très compacte. Cette fois-ci ces orages nous ont épargnés pour aller "doucher" d'autres localités alentour. Je les ai surnommés les "orages miliciens", je ne sais plus trop pourquoi, mais sans doute à cause de leur caractère soudain et "précis".

Cela a été l'une de mes plus "curieuses" aventures orageuses !

 

12 et 13 juin 1993 -  Le week-end est très médiocre; vent et fraîcheur sont au programme pour les concurrents du 55ème Bol d'Or lémanique. Le dimanche 13 juin il pleut même toute la journée et la température ne dépasse pas 11°C !

 

20 juin 1993 - Orage matinal

Un bref orage sévit près de Saint-Légier vers 9 heures du matin, avec une courte et forte averse.

Une fois l'orage terminé, un vent sensible se lève, de secteur nord; le ciel reste couvert.

J'en profite une nouvelle fois pour faire aller le cerf-volant; je le fais aller assez haut, en lâchant près de 300 m de fil. En toute logique, le vent étant de secteur nord à nord-est, il se trouve à l'opposé, en direction du lac, relativement en oblique.

Je fais la connaissance des vents contraires !  Alors que je sens toujours le vent de nord-est dans le dos, un vent opposé se met à souffler là où se trouve le cerf-volant. Je vois la ficelle donner du mou puis littéralement tomber alors que le petit aéronef repart vers le nord-est. Je m'empresse de rembobiner le fil mais c'est difficile quand le fil n'a plus de tension; et c'est avec bien des difficultés que j'arrive à récupérer tout le fil, tombé dans le champ et s'accrochant partout...

 

21 juin 1993 - Orages en série

Après une matinée ensoleillée, le temps tourne à l'orage dès l'après-midi.

Alors que je me trouve près de Lausanne, je vois défiler au loin pas moins de trois orages; le soleil est caché par moments.

Vers 18 h, quand je trouve sur l'autoroute entre Lausanne et Vevey, je ramasse une belle "flottée". Arrivé près de Vevey, je vois qu'il y a un autre orage en montagne, derrière les Rochers-de-Naye.

Plus tard dans la soirée, vers 20 heures, un nouvel orage issu du même secteur commence à déborder en direction du lac; l'averse commence à tomber avec force à Saint-Légier, avec de bons coups de foudre.

Peu après, je me rends à Montreux, l'averse perdure un bon moment puis ça devient plus sec, mais le tonnerre se fait entendre encore un certain temps.

 

29 juin 1993 - Violent orage en soirée

La journée ressemble beaucoup à celle du 21 juin, lourde et orageuse. Il y a eu une petite averse au lever du jour.

Les premiers orages arrivent plus tard que le 21 juin, j'ai eu le temps de rentrer avant. Un premier orage, assez faible, survient vers 19 heures avec une faible pluie.

En revanche, avant 22 heures, c'est un truc bien plus explosif qui arrive !  Une très forte rafale et suivie de grêle puis d'un déluge d'une intensité que j'ai rarement observée ! L'activité électrique est par contre assez espacée, mais il y a quelques puissants coups de foudre.

L'orage a provoqué des dégâts autour du Léman, surtout sur La Côte, avec des inondations. Des vignes ont été ravinées.

A noter le possible cas de foudre "en boule", aussi sur La Côte. Il est tombé 24.9 mm à Genève.

 

19930629

 

 

30 juin 1993 - Il y a plusieurs averses le matin, en journée et en soirée, dans une ambiance lourde, mais sans orage observé.

 

1er juillet 1993 - Alors que je me trouve à Prilly dans l'après-midi (où je vais bientôt déménager...), il y a trois orages successifs, assez brefs, mais deux d'entre eux sont accompagnés de petits "déluges".

Il y a encore quelques rares coups de tonnerre en soirée.

Il tombe 21 mm à Lyon.

 

2 juillet 1993 - Alors que je me trouve à Saint-Légier, il y a un orage lointain en direction du nord-ouest, derrière les Monts-de-Corsier.

3 juillet 1993 - En début d'après-midi, il y a à Saint-Légier une toute petite averse localisée pile au-dessus de la maison !

 

 

5 juillet 1993 - Orage violent avec puissant front de rafale - Un arbre du jardin arraché - Ma première vidéo d'orage !

Les prévisions météo annoncent un risque d'orage fort pour la soirée et pour la nuit.

La matinée du 5 juillet est très nuageuse, avec une teinte très jaunâtre !  Cette couverture nuageuse persiste un moment, avant que le soleil ne revienne briller généreusement. Il fait très chaud l'après-midi.

Vers 16 heures, alors que je me trouve encore au travail à Lausanne, le ciel commence déjà à se couvrir.

Vers 18 heures, quand je rentre en direction de Saint-Légier, le ciel est très couvert, mais pas réellement menaçant; l'air est très brumeux et jaunâtre, les montagnes sont à peine visibles.

Une fois arrivé à la maison, il me vient l'idée de ressortir mon camescope pour filmer l'orage... s'il vient !  J'avais fait une tentative l'an passé, le 7 août 1992, sans succès.  Je charge les deux batteries - qui sont à plat - en espérant qu'elles auront le temps d'êtres opérationnelles avant l'orage...

Quelques coups de tonnerre se font entendre au loin; j'ai du mal à deviner où se trouve l'orage tant l'ambiance est brumeuse; il y a toujours ce gris assez uniforme. De plus, le vent souffle de secteur nord-est, comme de la bise, et donc opposé au flux de l'orage.

Voici une situation qui me rappelle beaucoup l'orage du 4 juillet 1985, qui avait été violent... En sera-t-il de même pour celui-ci ?

 

Vers 20 heures, il y a toujours cette ambiance chaude et crasseuse, ce ciel gris, avec de petits coups de tonnerre lointains très isolés. Les batteries de mon camescope sont chargées, ainsi je suis prêt si un "vrai" orage vient...

Les coups de tonnerre lointains deviennent plus nombreux en direction du lac, soit en pleine direction du front dominant.

Quelques minutes plus tard j'aperçois les premiers éclairs; les canaux sont visibles à travers le voile de brume gris-jaunâtre sur le lac. Ils deviennent de plus en plus nombreux et le tonnerre lointain se fait de plus en plus insistant.

Cette fois, c'est bien un "vrai" orage face à nous; je peux commencer à filmer...

Le front orageux est très large, il couvre tout le lac, même si pour l'instant seuls les éclairs et le tonnerre révèlent vraiment sa présence à travers la crasse jaunâtre.  Pas de doute, on l'aura en pleine poire !

20 h 16: Une petite pluie se met à tomber; pour l'intant sans le moindre souffle de vent; le ciel sur le lac, toujours très crasseux, est en train de bien s'assombrir.

20 h 20: un arcus commence vaguement à se dessiner au-dessus du lac, alors que la nuit semble tomber "avant l'heure".

20 h 21: je loupe un magnifique éclair qui vient de s'abattre sur l'antenne du Mont-Pèlerin, bien à droite de l'objectif, alors que je filme le front orageux sur le lac !

20 h 24: en quelques minutes seulement, l'arcus qui était invisible est devenu très net, la base nuageuse est d'un noir d'encre, et l'averse en-dessous, sur le lac, est très compacte, de teinte jaunâtre. L'orage promet d'être violent. Des coups de foudre tombent à l'avant, avec un tonnerre bien plus fort et différencié des nombreux éclairs qui tombent sous le front. Pour l'instant nous n'avons pas le moindre souffle de vent, et la pluie a cessé.

20 h 25: un éclair à l'avant du front tombe en plein devant mon objectif ! Il s'est abattu à 2 kilomètres, par-devant le Mont-Pèlerin.

20 h 26: D'autres coups de foudre tombent assez près; la pluie commence à tomber, et le vent commence à se lever; plus possible d'observer l'orage depuis la terrasse, nous nous déplaçons aux fenêtres. L'arcus est encore plus noir !

20 h 28: Le front approche; je vois les hauteurs de Corsier et de Chardonne disparaître sous le rideau jaune, et Vevey va très vite "morfler" à son tour. Le front n'est plus qu'à 4 kilomètres. Il semble faire déjà nuit...

20 h 29: Le vent se lève très brutalement, en quelques secondes. La rafale descendante à l'avant du front  est sur nous !

20 h 30: Le front est à moins de 2 kilomètres, le Mont-Pèlerin se fait "ronger" et disparaît sous l'averse. Un nouvel impact de foudre tombe à l'avant du front, "dans notre dos", à 600 mètres à peine.

20 h 31: Le front est sur nous ! Tout le paysage disparaît et la visibilité se réduit presque à néant ! L'averse est chassée à l'horizontale.

20 h 32: la bourrasque atteint son paroxysme, puis en quelques secondes, le paysage réapparaît, le jour se "relève". Nous sommes déjà à l'arrière du front ! La rafale nous a donné l'impression de durer une éternité, mais en réalité elle n'a duré que 3 minutes ! Mais quelle intensité ! 

De gros impacts de foudre tombent juste derrière le rideau d'averse, donc encore très près de nous.

Quelques minutes plus tard, nous allons jeter un coup d'oeil au jardin, et un arbre a été arraché ! Un sumac de Virginie, en bas du jardin, n'a pas survécu à cette rafale. Le tronc a été cassé à la base, probablement lors de la toute première rafale.

 

Vers 21 h 30, nous avons droit au passage d'un nouvel orage, sans rafale cette fois, mais avec beaucoup de pluie; l'orage s'évacue ensuite sur les montagnes, vers les Rochers-de-Naye. Les éclairs sont espacés mais puissants.

Après une accalmie, il y a encore un orage modéré vers 23 heures, et les derniers coups de tonnerre vers minuit.

Il est tombé 10.6 mm à Genève et 12.6 mm à Lyon le 5 juillet.

 

Le mardi 6 juillet, le soleil revient, mais la bise se lève et souffle avec une violence peu commune. Alors que je me trouve au travail, le claquement d'une porte a fait se déplacer les grandes armoires d'une bonne dizaines de centimètres dans le bureau.

Le matin du 7 juillet, il n'y a pas un nuage, mais il ne fait que 7°C à Saint-Légier; je n'avais pas encore relevé une température aussi basse pour un mois de juillet !

 

Le front orageux était très étendu et a causé de nombreux dégâts en Suisse romande, ainsi que dans la région Rhône-Alpes, particulièrement dans l'Ain et l'Isère.

Voici ma vidéo de cette orage, en deux parties:

 

 


La carte de la température à 850 hPa montre un extraordinaire conflit de masse d'air, avec une température de 0°C au-dessus des Pays-Bas et de 30°C au-dessus de la Sicile !

19930705

 

Il y a une vidéo de l'orage du 5 juillet filmée au Breuil (Rhône):

 

 

 

9 / 10 juillet 1993 - Orages la nuit et front froid carabiné !

La journée du vendredi 9 juillet est splendide, mais un front froid suivi d'air polaire est à nos portes...

En soirée il y a quelques cumulus, et le ciel ne se couvre vraiment qu'après le coucher du soleil.

La nuit tombe, et des flashes deviennent visibles sur le lac, un orage approche. Je ressors mon camescope pour essayer de filmer l'orage, mais ça ne donne pas grand-chose, l'orage est peu électrique et les éclairs bien dispersés. Il y a quelques faibles averses.

Ce n'est que tard dans la nuit que ça s'active, je suis réveillé à 3 h 40 par un nouvel orage, cette fois-ci nettement plus fort; mais comme souvent lorsque je suis réveillé la nuit, je rechigne à me lever pour voir l'orage...

 

10 juillet 1993 - Week-end pourri !

Après la nuit d'orage, le ciel reste très couvert, et la pluie commence à tomber faiblement en matinée, puis de plus en plus fort, pour se transformer en déluge permanent !

Quelques coups de tonnerre très isolés éclantent dans cette masse pluvieuse.

Il tombe 27 mm à Genève le samedi 10 juillet. Dans les différents festivals les estivants pataugent dans la boue, mais ils sont nombreux à venir acclamer les rock stars qui n'hésitent pas à se mouiller, comme Zucchero ou Midnight Oil.

 

11 juillet 1993 - Dans un ciel de traîne glacé, il y a quelques coups de tonnerre en fin de soirée.

Il ne fait pas plus de 15.2°C à Genève.

 

12 juillet 1993 - Traîne glaciale !

Les averses sont nombreuses ce lundi dans une ambiance glaciale ! Sous l'une des averse vers 19 heures il ne fait que 6.9°C à Saint-Légier. La neige descend jusqu'à 1600 m autour du Léman, les sommets des Préalpes sont tout blancs !

Le matin du 13 juillet, il fait 6.7°C à Genève.

Le 14 juillet, le réchauffement est sensible en journée.

 

16 juillet 1993 - Des éclairs très près du soleil !

Le matin à 7 heures première surprise de la journée ! Cinq coups de tonnerre pour se réveiller ! Un petit orage accompagné d'une bonne averse est passée sur le Haut-Lac. Le soleil revient ensuite dans une ambiance lourde, riche en cumulus, et une chaleur retrouvée.

Vers 20 heures il y a un orage vers le Gros-de-Vaud, j'aperçois quelques éclairs qui tombe non loin du soleil couchant, un peu comme le soir du 18 mai dernier. Il y a en revanche bien peu d'activité électrique.

 

17 / 18 juillet 1993

Le 17 juillet il y a quelques averses en soirée, sans orage; la nuit est plutôt calme

Le 18 juillet, je suis réveillé à 6 h 20 par un violent et unique coup de foudre.

 

18 / 19 juillet 1993

La journée est lourde et orageuse; il y a un orage en soirée, vers 20 heures, je tente de filmer avec le camescope, mais ça ne donne pas grand-chose, l'orage est assez "dispersé".

En fin de soirée, je me rends à Prilly, où je vais passer ma première nuit dans mon nouvel appartement, encore presque vide. Il y a de violentes averses à quatre reprises au cours de la nuit, mais sans activité électrique entendue.

Une rafale de 130 km/h a été mesurée à Chambéry.

 

19 / 20 juillet 1993 - Nouvelle averse violente dans la nuit, en région lausannoise, sans orage entendu. Il fait bien frais.

 

24 juillet 1993 - Après une journée splendide et chaude, il y a quelques éclairs lointains en fin de soirée.

 

25 juillet 1993 - Orages matinaux

Une première salve orageuse éclate vers 9 heures, alors que je me trouve à Saint-Légier; celle-ci passe à côté de nous, avec une activité modérée.

Le deuxième orage se montre déjà plus virulent, avec une très brève mais violente averse de grêle, et des grêlons même assez gros !

Le troisième orage, vers 11 heures, donne une forte averse, et surtout, un coup de foudre extrêmement proche !

Le reste de la journée de ce dimanche est maussade, sous un ciel gris et une température qui  n'excède pas 16°C. Dès jundi matin c'est le retour de grand soleil.

 

30 / 31 juillet 1993 - Orage lointain et durable en début de nuit

La journée du vendredi 30 juillet est ensoleillée et très chaude.

Les nuages d'altitude deviennent plus nombreux en fin de journée.

Au début de la nuit, il y a un orage lointain qui sévit de la Savoie au Valais; cet orage est très durable et les éclairs lointains peuvent êtres longuement observés, offrant un beau spectacle sous la chaude soirée d'été, avec presque 25°C.

Plus tard dans la nuit, il y a une violente averse, sans orage. Le lendemain la température a bien chuté, il ne fait plus que 12°C au lever du jour.


3 août 1993 - Il y a un orage en  fin de soirée, en direction du Gros-de-Vaud, relativement électrique.

4 août 1993 - Orage modéré en matinée, vers 10 heures. Il y a aussi quelques coups de tonnerre en début de soirée.

5 / 6  août 1993 - Orage lointain en début de nuit.

Un peu comme le soir du 30 juillet, un orage lointain peut longuement être observé en début de nuit, en direction du Valais. Le temps reste chaud et sec sur le Léman.

 

12 / 13  août 1993 - Orage et étoiles filantes...

La journée du jeudi 12 août est splendide, le soleil brille presque sans aucun nuage.

Je profite des vacances et du très beau temps pour faire une excursion, de Caux aux Rochers-de-Naye.

En soirée, alors que le soleil se couche, il y a juste quelques bancs de nuages très lointains au sud-ouest.

La nuit tombe, et vu qu'on est en pleines "perséides" je profite, à Saint-Légier, du ciel très clair et de l'absence de la lune pour observer les étoiles filantes... je réussis à en voir trois, mais voilà qu'apparait un autre genre "d'étoile"...

Il s'agit en fait de lueurs provenant d'un orage très lointain, des petits flashes d'éclairs à peine visibles... L'orage doit se situer plus ou moins sur le Bugey. Mais voilà, cet orage se trouve au sud-ouest, et le flux est de sud-ouest...

Celui-ci a donc tout loisir de se rapprocher; je peux profiter pendant plus d'une heure de la phase d'approche, en voyant les flashes s'intensifier, puis les canaux de foudre apparaître sur le lac, et enfin, entendre les premiers coups de tonnerre.

Cet orage est d'ailleurs très régulier, il ne faiblit pas, et a de bonne chance d'arriver jusqu'à nous.

L'orage nous arrive finalement dessus vers minuit, et même s'il n'a pas donné beaucoup de pluie, l'activité électrique est relativement importante.

Le lendemain matin, retour du plein soleil.

 

14 / 15 août 1993 - Un orage "rondement mené" !

La journée du samedi 14 août est pleinement estivale; en début de soirée, l'ambiance est plus lourde et il y a un peu tonnerre lointain.

Vers 23 heures, j'ai rejoint mon appartement de Prilly, à présent aménagé. Je peux observer un orage passer à côté avec une belle activité électrique. Une fois que l'orage est passé, je vais me coucher.

Mais en pleine nuit, je suis réveillé par un autre orage ! Comme souvent lorsque je suis réveillé la nuit, je rechigne à me lever pour observer l'orage... J'entends le tonnerre puissant s'intensifier, alors qu'il ne pleut pas encore. Puis l'orage balaye la région lausannoise, avec de la grêle, une très violente averse, de bonnes rafales et de nombreux coups de foudre parfois très proches. Puis l'orage s'en va "fracasser" plus loin... Un orage "rondement mené" !

Le lendemain matin, le soleil se lève dans un ciel serein...

 

15 août 1993 - Gros orage débordant des montagnes - Ma deuxième vidéo d'orage !

Une nouvelle journée estivale et orageuse ! Après les orages de la nuit, le soleil brille et l'ambiance devient chaude et lourde.

En début d'après-midi j'ai invité la famille à Prilly pour "inaugurer" l'appartement; après une petite agape, je me déplace à Saint-Légier, en prenant soin de prendre le camescope, sentant qu'il pourrait encore y avoir de l'orage, ainsi qu'un trépied acheté récemment.

Vers 18 heures il y a effectivement un peu d'orage en direction du Valais; les coups de tonnerre sont à peine audibles, mais la masse nuageuse de l'orage a pris tant d'ampleur qu'elle vient s'étaler au-delà du zénith et cacher le soleil.

L'orage se rapproche en se dirigeant du Bas-Valais vers l'est lémanique; le tonnerre devient plus sensible et les éclairs deviennent visibles. Je place mon camescope sur le trépied, dans une chambre à l'étage qui a une vue plus ou moins dégagée vers le sud-est. Pour "agrémenter" la vidéo, je place un transistor à côté du camescope, branché sur une radio locale, pour "ajouter" un fond musical à l'ambiance orageuse !

Vers 19 h 30 l'orage ne cesse de s'étendre dans notre direction, venant par le sud-est. Les montagnes des Rochers-de-Naye disparaissent peu à peu dans l'averse, la pluie commence à tomber faiblement ici, et les coups de foudre commencent à bien claquer. De l'autre côté, une légère trouée dans les nuages manque de peu de laisser passer le soleil.

Vers 20 h le bord de l'orage est sur nous, la pluie se renforce très nettement et un impact tombe à 300 mètres.

L'averse devient si forte que la gouttière déborde juste devant le camescope, rendant l'ambiance très "mouillée" alors que d'autres impacts tombent toujours près.

L'orage perdure une bonne partie de la soirée, et ne s'achève qu'en début de nuit, avec une pluie régulière.

Le soleil revient le lendemain, avec toutefois d'abondants bancs de stratus matinaux.

L'orage a causé des inondations, notamment à Blonay, à Villeneuve, au Bouveret et à Saint-Gingolph.

 

Ma vidéo:

 

 

 

22 / 23 août 1993 - Orage "d'automne" et tonnerre toute la nuit

Ce dimanche 22 août est le dernier jour de grande chaleur.

Le temps est très ensoleillé jusqu'en fin d'après-midi, puis les premiers nuages annonceurs du changement de temps arrivent.

Vers 18 heures le ciel est couvert, avec un vent de sud-ouest assez soutenu; faisant penser que l'on va passer à la pluie sans passer par l'orage... Il se produit une première faible averse.

Vers 20 heures la pluie se met effectivement à tomber, d'abord sans orage puis il commence a y avoir des coups de tonnerre dans la masse...

Un orage "typique d'automne" se met en place ! Tout le Léman va être servi par des fortes pluies continues entrecoupées de coups de tonnerre.

Un tonnerre qui se prolonge toute la nuit, jusqu'au petit matin, parfois explosif, toutes les quelques minutes, avec un déluge incessant. Bonjour le sommeil !

Il tombe 44.6 mm à Lyon le 22 août.

 

25 août 1993 - Violente averse l'après-midi, sans l'orage. La journée est fraîche et très venteuse, de secteur ouest.

27 août 1993 - Journée très pluvieuse et assez fraîche. En fin d'après-midi il y a des coups de tonnerre dans la masse pluvieuse.

28 août 1993 - Il ne fait pas plus de 16°C à Genève.

 

9 septembre 1993 - De l'orage pendant 17 heures d'affilée !

Le mardi 7 septembre, après une matinée ensoleillée, le ciel se charge par le sud-ouest dès midi. Toute l'après-midi et la soirée se déroule sous un ciel gris. Si le temps reste sec sur l'est lémanique, la pluie commence déjà à tomber à Genève, où il tombe 17.9 mm.

Le mercredi 8 septembre, il pleut toute la journée sur le Léman, avec une température "scotchée" à 15°C. Genève reçoit 26.1 mm pour la journée. Plus à l'est, il y a du foehn et la température s'envole à 26°C sous l'effet combiné du foehn et des éclaircies.

Le jeudi 9 septembre, le matin ressemble comme deux gouttes d'eau au matin précédent... La pluie incessante semble repartie pour un tour... Vers 10 heures du matin la pluie a même tendance à se renforcer... Et voilà un coup de tonnerre !

Le premier d'une longue série... Les coups de tonnerre, encore rares en fin de matinée, vont devenir réguliers dès midi, à raison d'une détonation toutes les quelquse minutes, le tout sous une pluie incessante, pendant tout l'après-midi.

Et ça continue ! Le soir, et toute la nuit ! Sous un déluge qui n'en finit pas, encore et toujours une détonation toute les quelques minutes. Bonjour le sommeil ! Le vrai orage d'automne, que j'appelle "l'orage-qui-rend-fou"...

Le tonnerre a ainsi grondé pendant 17 heures d'affilée !

Il est tombé 69 mm à Lyon en 24 heures. A Genève il est tombé 129.2 mm du 7 au 9 septembre et 85.2 mm pour la seule journée du 9 septembre ! Le cumul mensuel de septembre 1993 à Genève est de 272 mm ! - le mois le plus pouvieux du XXe siècle en terme de quantité.

 

10 septembre 1993 - Après les 48 heures de pluie et les 17 heures d'orage "non-stop", petite accalmie ce matin du 10 septembre.

Vers 17 heures, il y a à Prilly une très violente averse avec un gros coup de tonnerre.

11 / 12 septembre 1993 - Très forte averse en début de nuit, sans orage entendu.

Le 12 septembre, il tombe 47.4 mm à Lyon.

13 septembre 1993 - Journée très pluvieuse. Il tombe à Genève 58.2 mm, et certainement moins à Lausanne, où la pluie est plutôt modérée.

 

19 au 21 septembre 1993 - Il fait passagèrement beau et chaud.

 

22 septembre 1993 - Les intempéries sont de retour, il tombe 12.2 mm à Genève, mais surtout 80 mm à Lyon !

 

23 septembre 1993 - Brigue ville sinistrée

Si la journée est modérément pluvieuse sur le Léman, c'est un déluge qui s'abat en Haut-Valais, sur la ville de Brigue.

La surabondance des précipitations fait déborder la rivière Saltina, qui inonde complètement la ville de Brigue, tuant deux personnes et ravageant tout le centre-ville.

19930923

 

26 septembre 1993 - Toujours pluvieux et très froid. La neige s'abaisse jusqu'à 1400 mètres.

1er / 2 octobre 1993 - Violentes averses dans la nuit, sans orage entendu.

 

6 octobre 1993 - Orage d'automne et nouveau déluge !

La pluie commence à tomber en continu le mardi 5 octobre dès la fin de l'après-midi. La pluie persiste toute la nuit suivante.

Le matin du 6 octobre, alors qu'il pleut toujours, celle-ci se renforce vers 8 heures en même temps qu'éclate un premier coup de tonnerre.

De violentes pluies vont arroser la région de Lausanne avec pas mal de coups de tonnerre entre 10 h et midi. Un nouvel "orage d'automne".

Une petite éclaircie fait son apparition à 13 heures avec un petit rayon de soleil... De courte durée, car de nouvelles pluies prolongées arrivent dès 15 heures et insistent jusqu'à la nuit tombante.

Vers 18 heures c'est à nouveau le déluge et il se produit quelques coups de tonnerre.

Vers 20 heures je me dirige de Lausanne en direction du Bas-Valais; il y a une accalmie avec même un peu de ciel étoilé, mais je vois que les éclairs se déchaînent derrière les montagnes du Chablais vaudois, les lueurs sont nombreuses.

La pluie reprend sur la région jusqu'à 23 heures avec de nouveaux coups de tonnerre...

Il tombe 34.1 mm à Genève ce 6 octobre, et sans doute plus sur l'est lémanique.

 

19931006

 

19931006B

 

 

8 octobre 1993 - Il pleut toute la journée sur le Léman.

A Genève, le cumul du 5 au 8 octobre est de 96.1 mm et à Lyon de 118 mm en 4 jours !

Et ceci après un mois de septembre record de 273 mm... Et ce n'est pas fini !

 

11 octobre 1993 - Bref coup de chaud, il fait 22.9°C à Genève et 22.8°C à Lyon.

12 octobre 1993 - Après une "trève" de trois jours la pluie fait son gros retour ! De grosses averses avec même des coups de tonnerre l'après-midi.

13 octobre 1993 - Il y a une rafale de 97 km/h à Chamonix.

14 octobre 1993 - Violente averse dans la nuit, avec quelques coups de tonnerre. Toutes les journées du 14 au 17 octobre sont très sombres et pluvieuses.  Et hop encore 59 mm à Genève (et 99 mm à Lyon) pour ces cinq dernières journées...

Le cumul en moins de deux mois (du 22 août au 17 octobre) est ainsi de 522.4 mm pour Genève et 598.7 mm pour Lyon !

 

La deuxième quinzaine d'octobre est froide et extrêmement sombre !

 

22 octobre 1993 - Descente d'air polaire. Sous une forte bise, il fait très froid.

Le stratus est surabondant en cette fin d'octobre. On ne dépasse pas les 50 heures d'ensoleillement pour tout le mois !

Il ne fait pas plus de 6.6°C à Genève et 7.3°C à Lyon.

 

3 novembre 1993 - Petit intermède "d'été indien" avec un magnifique soleil, et de la douceur (15.7°C à Genève et 20.3°C à Lyon).

 

22 au 30 novembre 1993 - Très froid ! Il y a très peu dégel pendant cette période.

 

1er décembre 1993 - Le retour d'une faible pluie sur les sols froids rend les routes très glissantes.

Le mois de décembre est très agité, pluvieux et venteux.

7 au 9 décembre 1993 - Temps doux très agité et venteux avec de fortes averses.

16 décembre 1993 - Nouvelle journée agitée et venteuse. Il y a même une averse de petite grêle en soirée.

 

20 / 21 décembre 1993 - Orage dans la nuit !

Après une journée de "tiède déprime" (pluie faible et température constamment supérieure à 10°C...), ça s'agite brusquement dans la nuit !

Une très violente averse surgit en fin de nuit avec quelques gros coups de tonnerre !

Le 21 décembre vers 8 heures il y a une averse mêlée de grêle !

A noter qu'à Genève il a fait un pic à 14°C pile à minuit la nuit du 20 au 21 décembre, occasionnant du coup la même température maximale sur les deux journes des 20 et 21 décembre !

 

22 / 23 décembre 1993 - C'est un déluge qui s'abat toute la nuit sur la région lausannoise.

 

24 décembre 1993 - le réveillon sous la neige

Le matin, il y a des averses parfois mêlées de grêlons; puis sur le coup de midi, une averse de neige "surprise" amène très rapidement une couche de 3 cm en plein Lausanne, juste à la veille de Noël. Après quelques éclaircies, la neige se remet à tomber en soirée, je mesure 7 cm à Prilly.

26 décembre 1993 - Brise et brusque coup de froid, la température ne dépasse guère les -4°C à Saint-Légier.

 

30 décembre 1993 - Pluie verglaçante !

Alors que je me trouve en Valais, à Charrat, il y a dans la nuit une magnifique pluie verglaçante. Les routes sont transformées en patinoires.

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer