Le vendredi 25 juillet, le risque orageux s'approche; il y a des orages du côté de Saint-Etienne ainsi que sur l'Ardèche.

 

Le samedi 26 juillet, le risque orageux s'annonce plus marqué sur le Léman.

Je suis encore assez peu au courant des évènements qui se passent entre chasseurs d'orages. Ainsi, je loupe complètement une grande rencontre entre chasseurs d'orage faite à Genève, et qui s'est terminée par une chasse à l'orage !

Le temps est venu d'améliorer un tant soit peu la qualité de mes chasses à l'orage, encore très basique. J'ai l'intention d'acquérir un reflex pour le début de la saison 2009. Par ailleurs, je vais essayer de "bouger" un peu plus et de tenter enfin de nouveaux points de vue.  Enfin, j'ai reçu quelques conseils pour mieux utiliser la caméra, notamment le mode manuel pour certains paramètres, tels que la mise au point et l'exposition. Je fais quelques essais "hors orage".

L'heure est venue de trouver de nouveaux spots au-delà de mon presque unique point de vue à Prilly. Vers midi je m'y trouve encore, et les congestus développés précocement durant la matinée sur le Jura s'étalent vite en enclumes, de plus en plus puissantes:

20080726B_013

20080726B_007

Sur le coup de 16 heures, je fais mon premier déplacement, et tente le Mont-Chesau, près de Puidoux.

Les enclumes lointaines sont toujours bien présentes.

20080726B_035

20080726B_043

Comme les orages sont encore lointains, je me dirige à pied vers le Mont-Pèlerin,  où j'en profite pour monter à la terrasse panoramique située sous l'antenne. Je vois d'ailleurs tomber un éclair à une vingtaine de km vers l'est, par-derrière les Rochers-de-Naye.

Une très belle vue à 360°, mais l'accès est fermé en cas d'orage... Les hauts-parleurs demandent d'évacuer la terrasse panoramique; je redescends par l'ascenseur, puis rejoins la voiture.

La vue du Mont-Pèlerin, en direction des Rochers-de-Naye:

20080726B_025

à 18 h je me dirige vers le Lavaux; je m'arrête sur la corniche du Dézaley, entre Chexbres et Epesses, un point de vue magnifique mais que je n'ose pas exploiter car je le trouve trop exposé...

Je retourne à la maison à Prilly, car le ciel est bien peu menaçant depuis la fin de l'après-midi, simplement couvert, qu point que j'ai du mal à imaginer une suite "orageuse".

Cependant, vers 20 h, à ma surprise, j''entends un coup de tonnerre; je vais alors voir sur mon balcon (exposé sud-ouest), je ne vois rien de spécial... je sors voir dehors et c'est au Nord que le ciel est noir: l'orage s'est formé sur place à 10 km environ. Il me vient droit dessus, je ne peux que constater que la pluie commence, puis très vite ça tourne en grêle ! je "chasse" alors depuis mon balcon, avec la caméra:

DSCB00653

L'orage prendra tout son temps pour s'éloigner en direction du Sud, il va traverser le lac pour aller taper du côté de Thonon, puis va s'approcher de Genève.

Quelques captures d'éclairs faites avec la caméra. Le rendu est encore bien médiocre.

DSCB00619

DSCB00630

DSCB00644

Une fois l'orage terminé, le reste de la nuit est calme.

 

De nombreux chasseurs d'orages étaient au "taquet" ce soir là, particulièrement à Genève grâce à une grande rencontre organisée, et où l'orage a joué le rôle de "l'invité surprise".

La chasse à l'orage du "team" lyonnais à Genève: (malheureusement il manque certaines photos, sûrement dû au problème des hébergeurs de photos)

 

L'orage a été aussi violent à Grenoble, avec de la grosse grêle.

Il y a eu 10 cm de grêlons à Chamrousse.

 

 

Dimanche 27 juillet 2008

Ce dimanche, il fait beau mais un tout petit peu moins chaud que la veille. Le temps est moins orageux aussi.

Cependant, une cellule formée sur le Jura vient cacher le soleil jusqu'à Lausanne. Le bord de l'enclume est couronné de mammatus.

20080727 007

 

Lundi 28 juillet 2008

La chaleur est sensiblement plus marquée que la veille. Des orages se forment sur le Jura, avec à nouveau des mammatus !

20080728B 005

20080728B 011

 

 

Lors d'un orage sur Paris le 28 juillet, un splendide cliché de la foudre sur la Tour Eiffel a été pris à 21 h 02 par Bertrand Kulik.

Interview d'un chasseur d'éclairs à Paris

3 juin 1902, 21h20 : la foudre heurte la tour Eiffel dans un moment de grâce presque impossible à saisir. Mais une image existe et c'est la toute première photo d'un coup de foudre sur la tour Eiffel ! 106 ans plus tard, un photographe amateur, Bertrand Kulik, a réitéré cet exploit.

https://www.pariszigzag.fr

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer